< <
3 / total: 14

Autrefois La Vie Était Supposée Être Simple

Le darwinisme avance que tous les êtres vivants sur terre sont nés non pas dans un certain but ou un certain plan, mais suite à des événements aléatoires. Le premier lien dans cette chaîne d’événements est attribué au premier être vivant apparu au sein de la matière inanimée. Pour discuter de l’existence ou non d’un processus naturel de l’évolution, il faut d’abord démontrer que la vie a pu effectivement émerger par hasard à partir de matière inanimée.

Donc, lorsque nous comparons ce premier “lien” avec les données scientifiques, qu’apparaît-il? Le hasard peut-il donner naissance à un organisme vivant à partir de matière inanimée?

Autrefois, on pensait que l’observation et l’expérimentation apportaient une réponse positive à ces questions. On croyait alors que les créatures vivantes pouvaient évoluer spontanément au sein d’une matière inanimée. Mais les observations et les expériences qui semblaient aller dans le sens de ces affirmations étaient extrêmement primitives.

A l’époque de l’Egypte antique, on pensait que le nombre de grenouilles le long du Nil augmentait pendant la saison des pluies parce que le fleuve les générait à partir de boue. Les Egyptiens croyaient que non seulement les grenouilles mais aussi les serpents, les vers et les souris venaient de la boue de la crue du Nil chaque été. Des observations superficielles menèrent à de telles superstitions.

La frontière entre les êtres animés et inanimés n’était pas claire pas seulement du temps de l’Egypte antique. De nombreuses sociétés anciennes païennes considéraient que cette frontière pouvait être facilement traversée. Dans la mythologie hindoue, le monde est né d’une immense goutte ronde de matière appelée prakriti. De cette matière, tous les êtres animés et inanimés ont évolué et y retourneront de nouveau. Anaximandre, ancien élève du philosophe grec Thalès, écrivit dans son livre Sur La Nature que les animaux étaient nés d’une sorte de boue bouillante dans la chaleur du soleil.

Toutes ces superstitions provenaient de la croyance selon laquelle les choses vivantes étaient des structures simples. Cette foi fut longtemps maintenue en Europe où la science moderne commença son développement au 16ème siècle. Mais l’idée que la structure de la vie était simple conserva encore son influence pendant près de trois cent ans, parce que les scientifiques ne disposaient pas des moyens d’observer les détails infimes chez les êtres vivants, particulièrement les cellules microscopiques et les minuscules molécules.

Quelques observations et expériences superficielles suffirent à convaincre les scientifiques que la vie était simple. Le chimiste belge Jean Baptiste van Helmont (1577-1644) fit l’expérience de répandre du blé sur une chemise souillée. Il observa par la suite des souris se précipitant autour de la chemise. Il conclut que les souris étaient nées de la combinaison du blé et de la chemise. Le scientifique allemand Athanasius Kircher (1601-1680) mena une expérience similaire. Il versa du miel sur des mouches mortes et vit plus tard d’autres mouches tournoyer autour du miel. Il supposa alors que la combinaison du miel et des mouches mortes produisait des mouches vivantes.

frog, grenouille

Lazzaro Spallanzani
 

Lazzaro Spallanzani

Des scientifiques plus soigneux furent capables de voir que ces conclusions étaient toutes fausses. Le scientifique italien Francisco Redi (1626-1697) fut le premier à effectuer des expériences contrôlées en la matière. En utilisant la méthode d’isolation, il découvrit que les vers sur la viande n’apparaissaient pas spontanément mais qu’ils provenaient d’œufs laissés par des mouches. Redi prouva que la vie ne pouvait pas émerger de matière inanimée mais uniquement d’une autre forme vivante, un point de vue désormais connu sous le concept de biogenèse. Le nom donné à la génération spontanée de la vie est l’abiogenèse.

La bataille scientifique entre les partisans de la biogenèse et ceux de l’abiogenèse continua jusqu’au 18ème siècle avec John Needham (1713-1781) et Lazzaro Spallanzani (1729-1799). Les deux firent bouillir un morceau de viande et l’isolèrent ensuite. Needham observa l’apparition de vers sur la viande et prit cela pour preuve de l’abiogenèse. Spallanzani répéta la même expérience à la différence qu’il fit bouillir la viande plus longtemps. Ainsi toutes les formes de vie organiques sur la viande furent détruites et par conséquent aucun vers n’apparut sur la viande. Bien que Spallanzani ait invalidé la théorie de l’abiogenèse, nombreux furent ceux qui ne le crurent pas, sous prétexte que Spallanzani avait fait bouillir la viande si longtemps qu’il tua “le pouvoir vital” qu’elle contenait.

Comme Charles Darwin développait sa théorie, la question des origines de la vie était obscurcie par de tels débats. Nombreux étaient ceux qui croyaient que la matière non vivante pouvait générer des bactéries et d’autres germes, si ce n’est des créatures visibles telles que les vers. En 1860, le célèbre chimiste français Louis Pasteur réfuta le principe d’abiogenèse sans pour autant convaincre tout le monde.

Louis Pasteur
 

Les expériences scientifiques de Louis Pasteur prouvèrent que la vie ne pouvait pas naître de matière inanimée. Le tout premier lien dans la chaîne illusoire de l’évolution proposée par Darwin se brisa ainsi.

Darwin ne s’attacha pratiquement pas à savoir comment la première cellule avait pu naître. Il ne fit aucune mention du sujet dans son livre L’origine des espèces publié en 1859. Même si les expériences de Pasteur lui posaient un problème majeur, il s’attarda à peine sur la question. Sa seule explication de l’origine de la vie était que la première cellule avait pu naître dans une “petite mare chaude”.

Dans une lettre à Joseph Hooker en 1871, Darwin écrivit:

On dit souvent que toutes les conditions de la première production d’un organisme vivant sont maintenant présentes, qu’elles ont toujours pu être présentes. Mais si nous pouvons concevoir, dans une petite mare chaude avec toutes sortes d’ammoniaque et de sels phosphoriques, de lumière, de chaleur, d’électricité, etc. présents, qu’un composant de protéine ait pu chimiquement être formé et prêt à subir encore d’autres changements plus complexes, en ce jour présent une telle matière serait instantanément dévorée ou absorbée, ce qui n’eut pas été le cas avant la formation des créatures vivantes.7

En résumé, Darwin affirmait que si une petite mare chaude contenait les matières premières chimiques nécessaires à la vie, elles pourraient former des protéines qui auraient pu ensuite se multiplier et se combiner pour former une cellule. Par ailleurs, il avançait qu’une telle formation aurait été impossible dans les conditions présentes mais qu’elle aurait pu s’être produite dans des temps reculés.

Le livre de Darwin, L’origine des espèces
 

Le livre de Darwin : L’origine des espèces

Ces deux déclarations de Darwin relèvent de la pure spéculation, sans la moindre base scientifique.

Elles n’en inspirèrent pas moins les évolutionnistes qui lui succédèrent et qui allaient entreprendre une tâche infructueuse pendant près d’un siècle.

Cet effort désespéré reposait sur une erreur défendue pendant des siècles, notamment par Darwin, à savoir que la vie n’est qu’un pur hasard et une loi naturelle.

Depuis cette époque, plus d’un siècle s’est écoulé et des milliers de scientifiques ont tenté d’expliquer les origines de la vie en termes d’évolution. Deux scientifiques, le Russe Alexander Oparin et l’Anglais J.B.S. Haldane, tous deux marxistes ouvrirent une nouvelle voie de recherche. Ils élaborèrent la théorie de “l’évolution chimique” stipulant, comme en avait toujours rêvé Darwin, que les molécules – les matières premières de vie – avec l’addition d’énergie avaient évolué spontanément pour former une cellule vivante.

Au milieu du 20ème siècle, la théorie d’Oparin et de Haldane gagna du terrain car la véritable complexité de la vie n’était pas encore pleinement comprise. Un jeune chimiste du nom de Stanley Miller apporta un soutien apparemment scientifique à la thèse de “l’évolution chimique”.

Haldane, Oparin
 

J. B. S. Haldane & Alexander Oparin

Autrefois, Il y Eut L’expérience De Miller

Stanley Miller
 

Stanley Miller

En jetant un œil sur la littérature évolutionniste actuelle traitant des origines de la vie, vous rencontrerez très probablement des défenseurs de l’évolution érigeant “l’expérience de Miller” au niveau de preuve la plus importante de leurs thèses. De nombreux manuels de biologies dans plusieurs pays soulignent à quel point cette expérience fut importante et comment elle permet d’éclairer le problème des origines de la vie. La plupart du temps, les détails de l’expérience sont négligés. Sont également ignorés ce qu’elle produisit et dans quelle manière elle “fit la lumière” sur les origines de la vie.

Résumons les faits pertinents qui furent détaillés dans un autre de nos livres. En 1953, Stanley Miller, un étudiant de troisième cycle en chimie à l’Université de Chicago, sous la supervision de son professeur Harold Urey, composa une mixture de gaz qui, supposait-il, se rapprochait de l’atmosphère de la terre primitive. Ensuite, il exposa cette mixture à une décharge électrique pendant plus d’une semaine. Il observa alors que certains acides aminés utilisés chez les êtres vivants s’étaient synthétisés, avec ceux qui ne l’avaient pas été.

Les acides aminés sont les composants de base des protéines, qui à leur tour sont les matériaux de base pour le corps. Des centaines d’acides aminés se combinent en séquence particulière au sein de la cellule pour produire des protéines. Les cellules sont produites à partir de quelques milliers de types différents de protéines. En d’autres termes, les acides aminés sont les composants les plus petits chez tous les êtres vivants.

C’est pourquoi la synthèse d’acides aminés de Stanley Miller provoqua un grand remous parmi les évolutionnistes. C’est ainsi que naquit la légende de “l’expérience de Miller” qui allait perdurer pendant des décennies.

Or, il apparut peu à peu que l’expérience n’était pas valable. Dans les années 70, il fut prouvé que l’atmosphère de la terre primitive était principalement composée de nitrogène et de dioxyde de carbone et qu’elle ne contenait pas les gaz méthane et ammoniaque comme l’avait supposé Miller dans son expérience. Le scénario de Miller ne tenait donc plus étant donné que N et CO2 ne conviennent pas à la formation d’acides aminés. Un article datant de 1998 dans le magazine géologique Earth résumait la question:

De nos jours, le scénario de Miller est considéré avec incertitude. L’une des raisons est que les géologues pensent aujourd’hui que l’atmosphère primitive se composait principalement de dioxyde de carbone et de nitrogène, des gaz beaucoup moins réactifs que ceux utilisés lors de l’expérience de 1953.8
Miller
 

Contrairement à l’hypothèse de Miller, l’atmosphère primordiale n’était en aucun cas adaptée à la formation de molécules organiques.

La même année, National Geographic, un autre magazine scientifique célèbre, publia:

De nombreux scientifiques suspectent désormais l’atmosphère primitive d’avoir été différente de celle supposée par Miller. Ils pensent qu’elle se composait de dioxyde de carbone et de nitrogène au lieu d’hydrogène, de méthane et d’ammoniaque. C’est une mauvaise nouvelle pour les chimistes. Lorsqu’ils essaient de faire réagir le dioxyde de carbone et le nitrogène, ils obtiennent une quantité piètre de molécules organiques.9
Jeremy Rifkin
 

Jeremy Rifkin

En 1995, Jon Cohen fit une interprétation édifiante dans un article historique dans le magazine Science, affirmant que les scientifiques s’intéressant aux origines de la vie ne prenaient pas en compte l’expérience de Miller. Il en souligne les raisons comme suit: “L’atmosphère primitive ne ressemblait en rien à la simulation Miller-Urey.”10

Il fut certifié que l’atmosphère primitive était riche en oxygène, ce qui remet en question aussi bien l’expérience de Miller que les autres scénarios chimiques évolutionnistes. L’oxygène a en effet, la capacité d’oxyder, c’est-à-dire de brûler complètement les molécules organiques. Dans le corps, des systèmes d’enzymes très spéciales contrecarrent cet effet. Toutefois dans la nature, il est impossible qu’une molécule organique libre ne s’oxyde pas.

Pendant des décennies, en dépit de tous ces faits, l’expérience Miller occupa une partie importante dans l’explication des origines de la vie. Dans leurs manuels, les étudiants pouvaient lire que “Miller montra comment les composants organiques peuvent être synthétisés” ou que “Miller démontra comment les premières cellules furent formées”.

Par conséquent, de nombreuses personnes éduquées se laissèrent tromper. Par exemple, dans certains articles ayant trait à la théorie de l’évolution, on peut lire: “La combinaison et l’ébullition d’une matière organique telle que les acides aminés ou les protéines produisent la vie”. C’est probablement la superstition laissée par l’expérience de Miller dans certains esprits. La vérité est qu’une telle chose ne fut jamais observée. Comme nous l’avons expliqué plus haut, l’expérience de Miller dont l’objectif était d’expliquer la formation des acides aminés est aujourd’hui considérée comme démodée et non valable. Elle souffrit du même sort que la prétendue preuve de l’abiogenèse de Jean Baptiste van Helmont ou de l’expérience d’Athanasius Kircher.

Dans son livre Algeny: A New World – A New World (Algeny: un nouveau monde – un nouveau monde), Jeremy Rifkin fait la même comparaison lorsqu’il dit que si les scientifiques avaient pris la peine d’avoir le moindre soupçon, ils auraient vu immédiatement que l’expérience de Miller constituait uniquement un conte scientifique fantaisiste, tout comme les scientifiques antérieurs avaient prétendu, sur la base d’observations de vers émergeant de poubelles, que la vie naissait de matière inanimée.11

Ceux qui estimaient que l’expérience de Miller avait produit des résultats importants ne comprirent pas que Miller conduisit son expérience dans des conditions artificielles choisies par lui-même et n’ayant rien à voir avec l’atmosphère de la terre primitive. L’expérience fut donc menée dans des conditions non valables. Et surtout elle se limitait à synthétiser les acides aminés. La formation d’acides aminés n’indique nullement la création de la vie.

Si nous comparons une cellule vivante à une immense usine, les acides aminés correspondent aux briques de l’usine. La conception et l’arrangement de ces briques sont vitaux à l’usine. A ce jour, aucune expérience n’a pu montrer comment les acides aminés ont pu naître spontanément ou s’organiser de manière aléatoire de sorte à fabriquer une protéine fonctionnelle. Pour former une cellule vivante, un mécanisme complexe doit entièrement être mis en place: des centaines de protéines différentes, des codes ADN ainsi que des enzymes pour les lire et une membrane cellulaire perméable de façon sélective. Cependant, il n’a pas encore été montré qu’une “évolution chimique” de la sorte était possible. Aussi croire à une telle possibilité équivaut à croire à l’impossible. Paul Davies, le célèbre physicien et écrivain scientifique, fait un commentaire important sur la question:

Certains scientifiques disent: “Jetez-y seulement de l’énergie et [la vie] apparaîtra spontanément.” Cela revient un peu à dire: “Mettez un bâton de dynamite sous une pile de briques, bang et vous avez une maison!” Bien sûr que vous n’obtiendrez pas une maison mais un beau désordre. La difficulté à expliquer l’origine de la vie réside dans l’explication de la naissance spontanée de la structure organisationnelle élaborée de ces molécules complexes à partir d’une alimentation aléatoire en énergie. Comment ces mêmes molécules complexes spécifiques ont-elles pu s’assembler?12

En réalité, l’exemple de Davies contient la solution au problème de l’origine de la vie. Est-il raisonnable de supposer qu’une maison puisse se construire suite à une explosion? Est-il raisonnable ensuite d’élaborer des théories sur comment? Ou est-il plus raisonnable de croire que la maison était le résultat d’une création et d’une organisation supérieures? La réponse est évidente.

Au cours des vingt dernières années, durant lesquelles les détails complexes de la vie ont pu être compris, de nombreux scientifiques ont rejeté le mythe de l’évolution chimique et ont commencé à donner une nouvelle réponse aux origines de la vie: La création.

La Complexité Étonnante De La Vie

Le point de départ qui rendit le fait de la création manifeste à tous est la complexité de la vie, dont on ne soupçonnait rien du temps de Darwin. Dans son livre datant de 1996, Darwin’s Black Box (La boîte noire de Darwin), Michael Behe, professeur en biochimie à Lehigh University écrit à propos de la découverte de la complexité des êtres vivants:

Depuis le milieu des années 50, la biochimie a minutieusement élucidé les fonctionnements de la vie au niveau moléculaire. … La science du 19ème siècle ne pouvait même pas deviner les mécanismes de vision, d’immunité ou de mouvement, mais la biochimie moderne a pu identifier les molécules qui permettent ces fonctions ainsi que d’autres. On s’attendait autrefois à une base de la vie excessivement simple. Cette attente a été démolie. La vision, le mouvement et les autres fonctions biologiques se sont avérés non moins sophistiqués que les caméras de télévision ou les automobiles. La science a fait d’énormes progrès dans la compréhension du fonctionnement de la chimie de la vie, mais l’élégance et la complexité des systèmes biologiques sur le plan moléculaire ont paralysé la tentative de la science d’expliquer leurs origines. … De nombreux scientifiques ont courageusement affirmé que des explications étaient déjà disponibles, ou qu’elles le seront tôt ou tard, mais aucun soutien de telles affirmations ne peut être trouvé dans la littérature scientifique professionnelle. Plus important encore, il existe des raisons contraignantes – basées sur la structure des systèmes eux-mêmes – de penser qu’une explication darwiniste des mécanismes de la vie se révélera toujours évasive.13

Qu’est-ce qui est donc aussi complexe dans une cellule? Behe répond:

Peu après 1950, la science avança au point qu’elle pouvait déterminer les formes et les propriétés de quelques-unes des molécules composant les organismes vivants. Lentement, minutieusement, les structures de plus en plus de molécules biologiques furent élucidées, et leur mode de fonctionnement se déduisit d’innombrables expériences. Les résultats cumulatifs montrent avec une clarté pénétrante que la vie est basée sur des machines – des machines faites de molécules! Les machines moléculaires transportent des cargaisons d’un endroit dans la cellule à un autre le long d’“autoroutes” faites d’autres molécules, tandis que d’autres font office de câbles, de cordes et de poulies pour maintenir la cellule sous sa forme. Les machines allument et éteignent des interrupteurs cellulaires, tuant parfois la cellule ou la faisant grandir. Des machines fonctionnant à l’énergie solaire captent l’énergie des photons et l’emmagasinent dans les substances chimiques. Les machines électriques permettent au courant de circuler à travers les nerfs. Les machines de fabrication bâtissent d’autres machines moléculaires. Les cellules nagent en utilisant les machines, se copient avec les machines, ingèrent de la nourriture avec les machines. En résumé, les machines moléculaires hautement sophistiquées contrôlent tous les processus cellulaires. Ainsi les détails de la vie sont finement calibrés et la machine de la vie énormément complexe.14
Gerald Schroeder
 

Gerald Schroeder, célèbre physicien et biologiste moléculaire israélien

Geraald Schroeder, physicien et biologiste moléculaire israélien, souligne cette extraordinaire complexité:

En moyenne, chaque cellule de votre corps, à cette seconde précise, forme deux mille protéines. Chaque seconde! Dans chaque cellule. Continuellement. Et elles le font de manière si modeste. En dépit de toute cette activité, nous ne pouvons rien en ressentir. Une protéine est une série de plusieurs centaines d’acides aminés, et un acide aminé est une molécule d’une vingtaine d’atomes. Toutes les cellules, chacune d’entre elles dans votre corps sélectionne en ce moment environ cinq cent milles acides aminés, composés de quelques dix millions d’atomes, les organisant en des séries présélectionnées, les assemblant, vérifiant que chaque série est sous des formes spécifiques, et envoyant ensuite chaque protéine vers un site, des sites pour certains au sein de la cellule et pour d’autres en dehors, des sites ayant émis le signal d’un besoin de ces protéines spécifiques. Toutes les secondes. Toutes les cellules. Votre corps, et le mien aussi, est une merveille vivante.15

Comme l’écrivait Paul Davies, prétendre qu’un système aussi complexe puisse être le fruit du hasard ou des lois naturelles équivaut à affirmer qu’une maison puisse se construire en faisant exploser des briques avec de la dynamite. C’est pour ces raisons que la complexité de la vie désarme les darwinistes. Behe dit qu’aucune de leurs publications scientifiques ne donne d’explication évolutionniste de l’origine de la vie:

Si vous cherchez dans la littérature scientifique à propos de l’évolution, et si vous concentrez vos recherches sur la question de savoir comment les machines moléculaires – la base de la vie – se sont développées, vous trouverez un silence complet inquiétant. La complexité du fondement de la vie paralyse les tentatives scientifiques visant à l’expliquer; les machines moléculaires soulèvent une barrière encore impénétrable à la portée universelle du darwinisme.16
ADN, biologie moléculaire
 

La biologie moléculaire révéla que la vie est bien plus complexe qu’aucun à l’époque de Darwin n’aurait pu imaginer. Aujourd’hui nous savons que la cellule vivante est très supérieure à toutes les inventions de l’humanité. Ce fait anéantit le darwinisme qui considère la vie comme le fruit de coïncidences.

 

Après avoir investi pendant de longues années des fortunes dans la recherche sur la structure et le codage de l’ADN, les scientifiques obtinrent des informations nouvelles remarquables. Néanmoins la perfection de la structure génétique de la cellule continue à garder ses secrets. La structure complexe de l’ADN et les données vitales de haute capacité contenues dedans déconcertent ceux qui cherchent à expliquer l’origine de la vie par le hasard.

 

L’ADN est la partie la plus importante de la structure complexe d’une cellule car il détermine sa structure génétique.

En somme, les investigations menées à propos des origines de la vie ont contribué à la fin de la théorie de l’évolution. Pourquoi donc les évolutionnistes continuent-ils à s’accrocher au darwinisme?

Harold Urey, l’un des auteurs de l’expérience Miller, reconnaît:

Nous tous qui étudions l’origine de la vie trouvons que plus nous nous penchons dessus, plus nous avons le sentiment qu’elle est trop complexe pour avoir évolué d’où que ce soit. Nous croyons tous comme un article de foi que la vie est née de la matière morte sur cette planète. C’est juste que sa complexité est si grande, qu’il nous est difficile d’imaginer que ce fut vraiment le cas.17

Urey affirme que lui et nombre de ses collègues “croient” que l’origine de la vie fut un évènement fortuit. En réalité, la science n’était donc pas la base de leur expérience mais la foi. L’idée que rien n’existe en dehors de la matière et que tout doit être expliqué en termes d’effets physiques relève de la philosophie matérialiste.

Le darwinisme s’est effondré scientifiquement et seule la foi aveugle en sa philosophie le maintient en vie, mais cela ne suffira jamais à le revivifier en tant que théorie.

 

NOTES

7- CHARLES DARWIN TO J.D. HOOKER, Down [March 29, 1863]. http://ibiblio.org/gutenberg/etext00/2llcd10.txt

8- "The Crucible of Life", Earth, Şubat 1998

9- "Origin of Life on Earth", National Geographic, Mart 1998

10- Jonathan Wells, Icons of Evolution, Science or Myth, Why Much of What We Teach About Evolution is Wrong, Washington, DC, Regnery Publishing, 2000, s. 21

11- Jeremy Rifkin, Darwin'in Çöküşü, Ufuk Kitapları, İstanbul 2001, s.133

12- Paul Davies, C.W. [renouned physicist] & Adams Phillip [journalist], "More Big Questions," ABC Books: Sydney, Australia, 1998, ss.53-54, 47-48, 48

13- Michael J. Behe, Darwin'in Kara Kutusu, "Evrim Teorisi"ne Karşı Biyokimyasal Zafer, Aksoy Yayıncılık, 1998, s.8

14- Michael J. Behe, Darwin'in Kara Kutusu, s.14

15- Gerald L. Schroeder, Tanrı'nın Saklı Yüzü, Gelenek Yayıncılık, Nisan 2003, İstanbul, ss.67-68

16- Michael J. Behe, Darwin'in Kara Kutusu, s.15

17- W. R. Bird, The Origin of Species Revisited, Nashville: Thomas Nelson Co., 1991, s. 325

 

3 / total 14
Vous pouvez lire le livre Il Était Une Fois Le Darwinisme de Harun Yahya en ligne, le partager sur des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, le télécharger sur votre ordinateur, l’utiliser dans vos devoirs et thèses, et le publier, dupliquer ou reproduire sur vos sites internet ou blogs sans payer des droits d’auteurs, à condition de citer le site comme référence.
Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top