L'importance d'Ahl al-Sounnah : Certains conseils du Prophète Mohammed (pbsl)

La protection des liens de parenté et d'autres conseils du Prophète (pbsl)

Le Prophète [pbsl] a recommandé que l’on privilégie les membres de sa famille pour les aides financières ou autres et pour l’enseignement morale de l’Islam. D’après la sunnah, on ne doit pas détruire les liens familiaux. Cependant, les familles qui s’opposent aux croyants en termes de religion ne sont pas considérés comme les membres de notre famille, comme nous le définit le Messager d’Allah [pbsl].

 Le Messager d’Allah [pbsl] a partagé  de nombreux hadiths en ce sens:

“Celui qui viole les droits des liens de parenté n’entrera pas au Paradis." (Sahih al-Bukhari et Sahih Muslim)

“Saluez votre famille quand vous les visitez. Ce sera une source de bénédictions pour vous et pour eux." (Al-Tirmidhi)

“En vérité, les actes montent vers Allah le vendredi soir. Cependant, les actes de ceux qui rompent les liens de parenté ne seront pas acceptés." (Ahmad)

“Celui qui veut augmenter sa subsistance et qui veut que ses pas demeurent longtemps en ce monde [c’est à dire qu’il vive longtemps] doit être bon et serviable envers ses proches." (Sahih al-Bukhari et Sahih Muslim)

Les droits de l’orphelin et la compassion envers les pauvres et les personnes âgées.

Allah (swt) a révélé ceci concernant les droits des orphelins:

“Ceux qui mangent [disposent] injustement des biens des orphelins ne font que manger du feu dans leurs ventres. Ils brûleront bientôt dans les flammes de l’Enfer." (Sourate an-Nisa', 10)

Le  Messager d’Allah [pbsl] a répété plusieurs fois que les droits de l’orphelin doivent être préservés et que ceux qui abusent de leurs droits seront sévèrement punis dans les deux mondes :

“Quant à celui qui adopte un orphelin parmi les Musulmans et partage son repas et sa boisson avec lui, Allah le fera entrer au Paradis à condition qu’il ne soit pas coupable d’un péché impardonnable." (Al-Tirmidhi)

“La meilleure maison d’un croyant est celle qui abrite un orphelin et qu’on le traite d’une façon agréable et affectueuse. La pire maison du Musulman est celle où vit un orphelin et qu’on le traite cruellement et injustement." (Ibn Majah)

“O Allah, je renonce au gaspillage des droits de deux personnes faibles: un orphelin et une femme." (Ibn Majah)

Dans cette société, les indigents et les personnes âgées ont besoin de notre soutient et de notre intérêt. La sunnah requiert que chaque Musulman doive s’occuper de toute personne se trouvant dans cette position :

Selon Abou Hourayra (ra), le Messager d’Allah [pbsl] a dit : "Celui qui entretient par son travail la veuve et l'orphelin est comme le combattant au service de Dieu". Je crois même qu'il a ajouté: "...Comme celui qui passe toute sa nuit à prier et comme celui qui jeûne toute l'année sans rupture".  (Sahih Muslim)

“Pour le jeune homme qui honore un vieux à cause de son âge, Allah enverra des hommes pour l’honorer dans ses vieux jours."  (Al-Tirmidhi)

“Témoigner du respect envers les personnes âgées est dû au respect que l’on éprouve envers Allah." (Abu Dawud)

Les droits des voisins

Dans le Noble Coran, les voisins sont choisis comme étant des gens méritant d'être bien traités par les Musulmans :

“Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers [vos] pères et mères, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession, car Allah n’aime pas, en vérité, le présomptueux, l’arrogant." (Sourate an-Nisa', 36)

Le Messager d’Allah [pbsl] aidait toujours ses voisins et les traitait convenablement afin qu’ils puissent vivre dans l’aisance. Il était très amical envers eux et demandait fréquemment de leurs nouvelles. Il était toujours le premier à aider un nécessiteux,  qu’il s’agissait de besoin matériel ou spirituel : 

“Jibril [as] n'a pas cessé de me recommander le voisin à tel point que j'ai cru qu'il allait lui donner droit à l'héritage.". (Sahih al-Bukhari et Sahih Muslim)

Le Messager d’Allah [pbsl] conseillait aux Musulmans de se comporter correctement envers leurs voisins, de veiller sur eux, de les protéger et de les aider autant que possible.  Probablement nul n’a jamais accordé autant d’importance aux droits des voisins. Ceci peut être aisément compris en étudiant les ahadith. En effet, les obligations des croyants envers leurs voisins sont du même ressort que celles des parents et des épouses.

"Celui qui croit en Dieu et au jour dernier, qu'il fasse du bien à son voisin ! Celui qui croit en Dieu et au jour dernier, qu'il reçoive généreusement son hôte ! Celui qui croit en Dieu et au jour dernier, qu'il dise une bonne chose ou qu'il se taise !" (Sahih al-Bukhari et Sahih Muslim)

Aisha (ra) rapporte : J'ai dit: "O Messager d’Allah ! J'ai deux voisins. A qui des deux dois-je faire mon cadeau ?" Il dit : "A celui dont la porte est la plus proche de la tienne". (Al Boukhâri)

Visiter les malades

Parmi les moments où les Musulmans ont le plus besoin des autres, c’est pendant la maladie. Visiter les personnes malades est important, car cela augmente les sentiments d’unité et donne espoir aux malades.

“Celui qui visite le malade est en fait, comme celui qui se trouve dans le Jardin du Paradis jusqu’à ce qu’il y entre." (Sahih Muslim, Livre 032, Numéro 6227)

Le Prophète [pbsl] avait l’habitude de visiter les gens et les encourageait avec ses mots. Il recommandait  à sa communauté de suivre son exemple. Durant les premières années de l’ère islamique, c’était une tradition d’informer le Prophète [pbsl] de celui qui était sur le point de mourir afin qu’il puisse demander son pardon. Il visitait les familles des défunts, priait pour eux, et ensuite accomplissait la prière mortuaire. Quand le Messager d’Allah ([pbsl]  visitait un patient ou qu’un  patient lui était amené, il suppliait Allah (swt), en disant : 

"Seigneur Dieu, Maître des Humains ! Fais partir le mal. Guéris, c'est Toi Qui guéris et il n'est de guérison que la Tienne. Une guérison ne laissant après elle aucun mal".  (Sahih al-Bukhari, Volume 7, Livre 70, Numéro 579)

Il avait l’habitude de dire aux gens malades : "II n'y a pas de mal. C'est une occasion de te purifier de tes péchés.".(Sahih Al-Bukhari, Volume 7, Livre 70, Numéro 560). Mais il n’était pas content s’ils médisaient ou se plaignaient concernant ce mal.

“Celui qui visite son frère musulman lorsqu’il est malade, espérant une bénédiction, sera préservé du feu d’une même distance qui lui prendra soixante-dix ans pour marcher." (Abu Dawud)

Les coutumes des rencontres et l’hospitalité

Quand le Prophète [pbsl] se mêlait à une assemblée, il s’asseyait avec dignité et grâce. Tous ceux qui étaient présents observaient son comportement exemplaire avec grande attention, et l’écoutaient attentivement, avec beaucoup de respect lorsqu’il parlait.

Le Prophète [pbsl] n’interrompait jamais personne. De pauvres bédouins venaient lui parler concernant leurs problèmes, en ne tenant pas compte des règles de rencontre. Le Prophète [pbsl] les écoutait sans broncher et les réprimandait poliment à la fin de la conversation.

Il [pbsl] prenait part aux conversations de ses compagnons; il parlait des mêmes choses qu’eux. Il se joignait à leurs plaisanteries, mais réprimandait ceux qui plaisantaient comme à l’époque de l’ignorance (jahiliyyah). Les assemblées informelles étaient généralement axées sur la religion, la moralité et les informations qui pouvaient aider les gens dans leurs vies de tous les jours.

Les salutations

Dans le Coran l’importance des salutations est soulignée comme suit :

"Si on vous fait une salutation, saluez d’une façon meilleure; ou bien rendez-la [simplement]. Certes Allah tient compte de tout." (Sourate an-Nisa', 86)

En d’autres mots, un croyant doit rendre une salutation meilleure ou au moins une salutation égale à celui qui le lui fait :

Selon 'Abdullàh Ibn 'Amr Ibn Al 'As (ra), un homme demanda une fois au Messager d’Allah [pbsl ]: "Quel est le meilleur Islam ?" Il lui dit : "Tu donnes à manger et tu salues ceux que tu connais et ceux que tu ne connais pas.".  (Sahih al-Bukhari, Volume 8, Livre 74, Numéro 253k)

“Celui qui rassemble ces traits en lui-même aura gagné la foi: ne pas abandonner la justice, même si c’est contre soi-même; de saluer tout le monde, et de faire la charité, même si on est pauvre." (Sahih Al-Bukhari)

Saluer tout le monde est une manifestation d’humilité, car celui qui salue montre à l’autre qu’il n’est pas fier. La personne qui est saluée, comme il est indiqué dans le Coran, doit répondre par une meilleure salutation afin de démontrer un exemple d’humilité.

Quand le Prophète [pbsl] s’approchait de la porte d’une maison, il ne tournait pas son visage dans la direction de la porte, mais il se mettait en retrait en disant deux fois : "As-salaamu alaykum" (Abu Dawud).

De cette façon, il donnait à ceux qui étaient à l’intérieur suffisamment de temps pour se préparer et pour préparer leur maison afin de le recevoir. Après les avoir salués, il attendait d’être invité à rentrer.

Il acceptait les salutations qu’on lui faisait et répondait en disant: "wa alaikum salaam." Pour ceux qui n’étaient pas présents, il envoyait ses salutations au moyen de leurs proches. (Sahih Muslim).

Un autre aspect de ses habitudes était de dire "wa barakatuh" à la fin de ses salutations. De plus, il répétait ses salutations trois fois, afin de s’assurer que tout le monde entendit et lui répondit en retour. Lorsqu’il rencontrait quelqu’un, il saluait et répondait d’une voix audible.

Le Messager d’Allah [pbsl] a également dit:

"O gens, adorez Allah, Le Bon; nourrissez Ses Serviteurs et répandez le salam aussi loin que possible; et vous gagnerez le Paradis en toute sureté." (Al-Tirmidhi)

“Quand vous arrivez dans une assemblée, saluez ceux qui sont présents et ensuite asseyez-vous si vous le voulez. Ensuite, saluez encore avant de partir. La première salutation n’est pas supérieure à la seconde." (At-Tirmidhi)

"C'est celui qui est monté qui salue le piéton, c'est le piéton qui salue celui qui est assis et c'est le petit groupe qui salue le plus grand"..  (Sahih Muslim, Livre 026, Numéro 5374)

Prier sur le Prophète [pbsl]

"Certes Allah et  Ses anges prient sur le Prophète ; O vous qui croyez priez sur lui et adressez [lui] vos salutations." (Sourate al-Ahzab, 56)

Les savants sont divisés par rapport aux salutations qu’on doit adresser au Prophète [pbsl] lorsque son saint nom est mentionné. Mais les savants d’Ahl al-Sunnah croient que le fait de le faire est un acte vertueux qui résultera en l’intercession du Prophète pour les croyants dans l’au-delà.  Prier sur le Prophète [pbsl]est un acte noble et très bénéfique. Ceux qui le font régulièrement seront élevés par Allah (swt) dans l’au-delà; ceux qui ne le font pas seront privés de nombreuses faveurs dans l’autre monde. Voici quelques hadiths sur le sujet:

"Les gens les plus proches de moi au jour de la Résurrection seront ceux qui m’auront  adressé le plus de prières.” (At-Tirmidhi)

"Si quelqu’un m’adresse ses prières une fois, Allah le bénira dix fois." (Sahih Muslim)

"Envoyez beaucoup de salutations sur moi les vendredis. Vos salutations me sont offertes [en ce jour]. Il n’y a pas un  Musulman qui m’envoie ses salutations sans qu’un ange ne me les transmette." (Abu Dawud)

“Envoyez moi vos salutations où que vous soyez. Elles me parviendront." (At-Tabarani)

Les heures recommandées pour envoyer les salutations sur le Messager d’Allah [pbsl] sont comme suit:

1) Quand l’adhan est récité

Le Prophète [pbsl] a dit : "Lorsque vous entendez l’appel à la prière, répétez les paroles du muezzin et après envoyez le salam sur moi. Allah vous récompensera dix fois pour chaque invocation de bénédictions et de paix." (Ahmad)

2) En entrant et en quittant la mosquée :

Le Messager d’Allah [pbsl]avait l’habitude de saluer quand il entrait ou sortait de la mosquée. Ali (ra) dit: "Quand vous entrez à la mosquée, envoyez vos salutations sur le Messager d’Allah." (Ahmad)

3) Aux funérailles:

D’après une Sunnah, une prière (‘Allahumma salli’ et ‘Allahumma barik’) est dite sur le Prophète [pbsl] à la fin des rites funéraires.

4) A la fin d’une supplication:

Umar (ra) dit: «La supplication et la prière sont suspendues entre le ciel et la terre, et rien ne monte jusqu’à ce que vous priez sur le Prophète. » "

5) Les vendredis

Le Prophète [pbsl] a dit : "Le meilleur jour est le vendredi. Donc, envoyez les bénédictions abondamment sur moi en ce jour, car vos bénédictions me seront présentées." (Sunan Ibn Majah, Hadith no. 1085)

La façon de se tenir à table

Quelques ahadith expliquent le bon comportement à table, et montrent que le Prophète [pbsl]  était très sensible à ces choses. Les ressources limitées de sa communauté ne l’empêchaient pas de s’attarder sur ce fait. Quelques exemples de ces comportements sont :

1)  Se laver les mains est une sunnah:

Se laver les mains avant et après le repas est très important pour la santé. Le Prophète [pbsl] encourageait les croyants à garder cette habitude : "Se laver les mains avant le repas préserve de la pauvreté ; les laver après le repas préserve des péchés."  (At-Tabarani)

"Quiconque se retire la nuit avec de la nourriture sur ses mains et est atteint de quelque malheur  à cause de cela, ne peut que se blâmer lui-même.” (Abu Dawud)

"Se laver les mains et la bouche avant et après le repas est une source de bénédictions.” (Abu Dawud)

2) C’est une sunnah de commencer le repas en disant ‘Bismillah’ et de le terminer en disant ‘Alhamdulillah’.

"Lorsque l’un de vous a l’intention de manger, qu’il dise ‘Bismillah’. En cas d’oubli, il doit dire ‘Bismillah Awwaluhu wa Akhirahu’ à la fin. ’ (Abu Dawud et At-Tirmidhi)

Aisha (ra) raconte que pendant que le Messager d’Allah [pbsl]  mangeait un repas avec six de ses Compagnons. A ce moment arriva un Bédouin qui avala le repas en deux bouchées. Le Messager d’Allah [pbsl] dit : "S'il avait prononcé le nom de Dieu, le repas vous aurait suffi" (At-Tirmidhi)

3) Le Prophète [pbsl] conseillait aux gens de commencer leur repas avec des dattes, du sel et de l’eau.

Le Messager d’Allah [pbsl] ne critiquait jamais un repas lorsqu’il se trouvait à table. Si la nourriture ne lui convenait pas, il gardait le silence et la mangeait.

4) C’est une sunnah du Messager d’Allah [pbsl]  de manger avec la main droite et de manger ce qui était devant lui [en premier].

Umar ibn Salmah raconte que "J'étais un enfant vivant sous le toit du Messager d’Allah [pbsl]. Quand je mangeais, je promenais ma main un peu partout dans le plateau. Le Messager d’ Allah [pbsl] me dit : "Enfant ! Prononce le nom de Dieu, mange avec ta main droite et mange de ce qui est devant toi".  (Sahih Muslim)

"La bénédiction (de Dieu) descend au milieu du repas. Mangez donc de ses bords et ne mangez pas de son milieu". (At-Tirmidhi et Abu Dawud)

5) Les Musulmans doivent s’asseoir ensemble durant le repas, car manger ensemble est une bénédiction :

"Asseyez-vous ensemble et récitez le nom d’Allah. Il y aura plus de bénédictions pour vous en ce repas."  (Abu Dawud)

6) La nourriture ne doit pas être mangée lorsqu’elle est trop chaude :

"Il n’y a pas de bénédiction dans les repas brûlants, car Allah ne nous nourrit pas avec le feu. Mangez votre nourriture après qu’elle ait refroidit.” (Al-Bayhaqi)

7) Quelques points doivent être mis en pratique lorsque nous buvons:

Tenir le verre dans la main droite, respirer trois fois pendant la boisson sans respirer dans le verre. Comme le Prophète Muhammad [pbsl] dit : "La meilleure boisson en ce monde et dans l’au-delà est l’eau. Quand vous avez soif, buvez par gorgée et non d’un seul trait, car le fait de boire d’un seul trait rend le foie malade." (Al-Daylami)

Abdullah ibn Abbas (ra) raconte que le  Messager d’Allah [pbsl] a interdit de respirer ou de souffler dans un récipient [de boisson]. (Abu Dawud et Ibn Majah).

Le Messager d’Allah [pbsl] reprenait son haleine trois fois [en dehors du récipient] pendant qu’il buvait et disait: “ il est plus étanche, sain et plus net " (Sahih Muslim, Livre 023, Numéro 5030).

Quand on distribue à boire dans une foule, on doit commencer par la droite et tenir la boisson avec la main droite. Le Prophète [pbsl] partageait toujours sa boisson avec ceux qui était à ses côtés, quand il buvait du lait ou du jus. Le verre allait toujours dans le sens de ceux qui étaient du côté droit.

Anas ibn Malik (ra) rapporte qu’on a offert une tasse de lait mélangé avec de l’eau au Messager d’Allah [pbsl]. A sa droite, il y avait un bédouin, et à sa gauche Abu Bakr (ra). Il [le Prophète]  a bu, ensuite il l’a donné  au Bédouin en disant: "(Donne-le ensuite) à celui qui est à ta droite, puis encore à celui qui est à ta droite." (Sahih Muslim, Livre 023, Numéro 5032)

Le Prophète [pbsl] aimait manger en la compagnie de plusieurs personnes. Comme le repas était servi, il disait : "O Allah, fais que cette nourriture soit parmi nos provisions, nous rendons grâce, grâce à travers laquelle nous pouvons obtenir les bénédictions du Paradis." Il n’aimait pas manger la nourriture brûlante ; Il attendait qu’elle refroidisse pour la manger.

Le Prophète [pbsl] recommandait aux croyants de s’inviter mutuellement à prendre un repas ensemble.  Les savants islamiques ont décrété que les Musulmans, à moins qu’ils aient une raison ou une excuse valable, doivent accepter l’invitation d’un frère croyant:

"Quand quelqu’un parmi vous est invité à une fête, il doit accepter.” (Sahih al-Bukhari, Sahih Muslim, et At-Tirmidhi)

Abu Hurayrah (ra) avait l’habitude de dire: "Celui qui n’accepte pas les invitations désobéit à Allah et à Son Messager.” (Sahih Al-Bukhari)

“Lorsque deux personnes vous lancent une invitation, acceptez celle dont la porte est la plus proche de vous. Mais si une invitation est faite avant une autre, alors acceptez la première invitation."  (Sunan Abu Dawud, Livre 27, Numéro 3747)

"Celui qui se présente à un repas sans y être invité est un faasiq, et il est interdit pour lui de prendre part à ce repas." (Al-Bayhaqi)

"En vérité, il y a des palais au Paradis, dont l’extérieur peut être vu par ceux qui sont à l’intérieur alors que ceux qui sont à l’extérieur ne peuvent pas voir l’intérieur.  Ils sont pour ceux qui utilisent un bon langage, nourrissent les autres, et passent la nuit en prière surérogatoire pendant que dorment les gens." (At-Tirmidhi)

"Quiconque nourrit son frère en Islam avec de la nourriture qu’il désire, ses péchés lui seront pardonnés. Quiconque fait plaisir à son frère fait plaisir à Allah."  (At-Tabarani)

C’est un bon aspect du comportement du croyant que d’accepter les invitations avec respect. 

La nourriture aimée par le Prophète [pbsl]

Le Messager d’Allah [pbsl]  ne faisait aucune discrimination concernant la nourriture. Il ne dénigrait pas la nourriture qu’il ne voulait pas manger ; il la délaissait tout simplement. Le Prophète [pbsl] aimait la calebasse, un plat végétarien. Il faisait aussi l'éloge des plats de viande.

"O, A'isha, quand tu prépares un ragout, mets-y beaucoup de calebasses, car la calebasse tonifie le cœur de ceux qui souffrent.” (Ihya' 'Ulum Ad-Din)

"La viande est la meilleure nourriture des deux mondes. Elle augmente la capacité d’entendre. Si j’avais demandé à Allah de me donner de la viande tous les jours, Il me l’aurait donnée."

Anas (ra) raconte: “Une fois, un tailleur  invita le Prophète [pbsl] à diner chez lui. Je l’ai accompagné. Le tailleur a servi uniquement du pain et une soupe contenant des morceaux de calebasses et de la viande sèche. J’ai remarqué que le Prophète [pbsl] prenait des morceaux de calebasses du bol et les mangeait. Par la suite, j’ai également commencé à manger de la calebasse avec contentement." (Sahih Al-Bukhari et Sahih Muslim)

Abu Ayyub Al-Ansari raconte : "Quand la nourriture était servie au Messager d’Allah [pbsl], il en mangeait et gardait le reste pour moi. Un jour, il m’envoya le reste ; j’ai remarqué qu’il n’avait rien mangé car il y avait de l’ail [dans la nourriture].  Je lui ai demandé si cela était interdit, et il a répondu : “Non, mais je ne l’apprécie pas à cause de son odeur." J’ai dit : "Ainsi, moi aussi je n’apprécie pas ce que tu détestes." (Sahih Muslim, Livre 023, Numéro 5097)

La santé et l’importance de la propreté et de l’hygiène

Le  Messager d’Allah [pbsl] accordait une grande importance à la santé et à l’hygiène de ses compagnons. Il disait qu’une personne propre est au-dessus de celle qui ne s’occupe pas de sa personne et qui ainsi détruit sa santé: " Un croyant fort est meilleur et plus aimé d’Allah qu’un croyant faible." (Sahih Muslim, Livre 033, Numéro 6441)

Dans le Coran, il est dit concernant le Prophète  Yahya (as):

 « Ainsi que la tendresse de Notre part et la pureté. » (Sourate Maryam, verset 13)

 

Les conseils du Prophète [pbsl] concernant le rinçage des mains avant et après un repas, son insistance concernant l’ablution, et ses traditions concernant la propreté du corps démontrent à quel point il accordait de l’importance à la santé et à la propreté.

Dans le Coran, l’importance est axée sur la propreté du lieu de prière et aussi sur la personne qui prie.

Les croyants doivent être méticuleux concernant la propreté, car on ne peut pas prier avec un corps sale ou en portant des habits sales.

Le Prophète [pbsl] a dit : “La propreté représente la moitié de la foi.” (Sahih Muslim). Pour cette raison, la  propreté est tout aussi importante dans le domaine de la foi et de la croyance."

Le Prophète Muhammad [pbsl] a fait plusieurs recommandations concernant le  wudu':

1) L’utilisation du siwâk:

Comme l’a rapporté Abu Hurayrah [ra], notre bien-aimé Prophète [pbsl] a dit : "Si ce n'eût été trop imposer à ma communauté j'aurais ordonné de faire usage du siwâk pour chaque prière."  (Sahih Muslim)

Certains  bienfaits de l’utilisation du siwâk:

Il rend les dents brillantes, renforce la gomme, favorise la santé buccale, enlève la mauvaise odeur, renforce les dents, combat les plaques dentaires, renforce l’estomac et ainsi aide à prévenir les désordres de l’estomac. Il favorise également une meilleure digestion. En l’utilisant, on pratique la sunnah du Prophète [pbsl] et on plait à Allah.

2) Se laver les mains :

“Quiconque se lève de son sommeil doit se laver les mains avant de les mettre dans l’eau pour l’ablution." (Sahih al-Bukhari, Volume 1, Livre 4, Numéro 163)

“Quand l’un d’entre vous se lève de son sommeil, il doit se laver les mains trois fois." (Sahih Muslim, Livre 002, Numéro 0544)

3) Se laver le nez:

“Lorsque l’un de vous fait ses ablutions, il doit aspirer de l’eau dans les narines et ensuite la rejeter." (Sahih Muslim, Livre 002, Numéro 0458)

4) Se laver la barbe et se laver entre les doigts et les orteils:

“Faire ses ablutions complètes en passant les doigts dans la barbe…." (Sunan Abu Dawud, Livre 1, Numéro 0142)

Al-Mustawrid ibn Shaddad raconte: “J’ai vu le Messager d’Allah [pbsl] se frotter les orteils avec le petit doigt quand il faisait ses ablutions." (Sunan Abu Dawud, Livre 1, Numéro 0148)

5) Se frotter les oreilles :

"Al-Rubaiyi' ibn Muawwiz (ra) a dit qu’elle a vu le Prophète [pbsl] insérer deux doigts dans l’orifice de ses oreilles en faisant ses ablutions." (Abu Dawud)

6) Ne pas gaspiller l’eau :

Une fois Sa'd ibn Abi Waqas (ra) faisait le wudu'. Le  Messager d’Allah [pbsl] passait près de lui et lui demanda: “Quelle extravagance est-ce?" "O Messager d’Allah," dit Sa'd, "peut-il y avoir du gaspillage même en faisant le  wudu'?" "oui," dit le Prophète [pbsl]. " C’est du gaspillage même si nous accomplissons le wudu au bord d’une rivière.” (Ahmad et Ibn Majah)

7) S’essuyer le visage :

Il est rapporté par Mu'az ibn Jabal [ra] que : " J’ai vu que lorsque le Messager d’Allah [pbsl] fait le wudu’, il s’essuie le visage avec un pan de son vêtement.” (At-Tirmidhi)

Quand une personne était malade, le Messager d’Allah [pbsl]  donnait la priorité aux médecins. Il disait que même s’il avait des connaissances dans le domaine, il était préférable d’avoir l’avis d’un médecin.

Un homme était blessé à l’époque du Messager  d’Allah [pbsl]. Le sang coagulait dans sa plaie, et l’homme a appelé deux hommes de la tribu de Banu Ammar. Ils l’ont examiné et ont dit que le Messager  d’Allah [pbsl] leur a demandé : "Lequel d’entre vous est le meilleur guérisseur?" Ils ont demandé : " Y a-t-il quelque bien dans la médecine, O Messager d’Allah?" Zayd a dit que le Messager d’Allah [pbsl] a répondu : "Celui qui a envoyé cette maladie a aussi envoyé sa guérison." (Malik, al-Muwatta', Livre 50, Numéro 50.5.12)

Le Prophète [pbsl]a dit qu’il y a un remède pour chaque maladie et a recommandé aux Musulmans de chercher les soins adéquats :

“Allah a descendu la maladie et la guérison, et Il a fait descendre un remède pour chaque maladie. Donc traitez-vous mais n’utilisez pas ce qui est prohibé." (Sunan Abu Dawud, Livre 28, Numéro 3865)

“Allah n’a pas fait descendre une maladie sans sa guérison, à l’exception d’une, la vieillesse." (Sunan Abu Dawud, Livre 28, Numéro 3846)

“Il n’y a pas de maladie qu’Allah a créé excepté qu’Il a envoyé son remède." (Sahih Al-Bukhari, Volume 7, Livre 71, Numéro 582)

Notre  Prophète [pbsl]  a dit : " Il y a deux bénédictions que de nombreuses personnes gaspillent: la santé et le temps libre pour faire le bien.” (Sahih Al-Bukhari, Volume 8, Livre 76, Numéro 421).

Les Musulmans ne doivent jamais oublier que la bonne santé est une grande bénédiction. Comme le Messager d’Allah [pbsl]  l’a dit, le temps libre qui est gaspillé mène vers l’échec, et une personne ne peut comprendre la grâce de la bonne santé qu’après l’avoir perdue.

D’après la tradition racontée par Abu Hurayrah, le Messager d’Allah [pbsl]  a dit : " Si quelqu’un mangeait du miel chaque matin pendant un mois, il ne souffrirait pas d’une dure affliction.”

" Quiconque commence sa journée en toute sécurité dans sa maison, en ayant un corps en bonne santé, et possédant une provision pour la journée, c’est comme s’il possédait le monde". (At-Tirmidhi)

"Demandez à Allah la certitude et la santé, car après avoir eu la certitude, il n’y a rien de meilleur que la santé." (Ibn Majah)

Le Prophète [pbsl] a trouvé des bienfaits dans certains aliments. Le premier qui est mentionné dans le Noble Coran est le miel. Il recommandait les aliments suivants pour la consommation:

“Si quelqu’un mange sept datte ‘Ajwa le matin, ni la magie ni le poison ne l’atteindra en ce jour."  (Sahih Al-Bukhari, Volume 7, Livre 71, Numéro 664)

“Les truffes sont comme la manne [c’est-à-dire qu’elles poussent naturellement] et leur eau guérit les maladies." (Sahih al-Bukhari, Volume 7, Livre 71, Numéro 609)

Jabir ibn 'Abdullah a rapporté que le Messager d’Allah [pbsl]  a demandé à sa famille certains condiments : Ils ont répondu : "Nous n’en avons pas excepté du vinaigre." Il [pbsl] l’a pris et a commencé à manger en disant : “le vinaigre est un bon condiment, le vinaigre est un bon condiment." (Sahih Muslim, Livre 023, Numéro 5093)

Un homme est venu voir le Prophète [pbsl] et a dit : “Mon frère a des troubles abdominaux”. Le Prophète a dit :"qu’il prenne du miel". (Sahih Al-Bukhari, Volume 7, Livre 71, Numéro 588)

Les vêtements

Notre bien-aimé Prophète [pbsl] portait des vêtements légers et fins presque tout le temps. Son vêtement préféré était le kurta (longue chemise). Son turban était généralement mi-long,  pas trop long pour éviter les maux de tête. Sa couleur favorite était le blanc.

Il disait aux Musulmans de ne pas se vanter de leurs habits et les réprimandait s’ils se montraient arrogants par rapport aux vêtements:

“Le jour de la résurrection, Allah ne regardera pas la personne qui tire ses vêtements [derrière lui] avec arrogance." (Sahih Al-Bukhari, Volume 7, Livre 72, Numéro 675)

Outre la compagnie des croyants, le Prophète [pbsl] prenait grand soin de ses vêtements et préférait porter de beaux habits lorsqu’il se trouvait en compagnie des étrangers. Il ne dédaignait ni ne rejetait les habits onéreux que lui offraient les rois et les chefs des autres tribus ; au contraire, il les portait. Il conseillait aux Musulmans de toujours porter des vêtements propres.

Abdullah ibn Abbas  a dit : "Quand le Haruriyyah se révolta, je vins vers Ali (ra). Il a dit : “Allez vers ces gens.”  J’ai mis le meilleur costume Yéménite et je les ai rejoints.' Ils ont dit: 'Bienvenu, Ibn Abbas. Quel est cet habit? “J’ai dit : 'Pourquoi faites-vous objection à cela ? J’ai vu le Messager d’Allah [pbsl] porter les meilleurs habits". (Sunan Abu Dawud, Livre 32, Numéro 4026)

Notre Prophète [pbsl] faisait l’invocation suivante lorsqu’il portait des habits neufs:

“Gloire et reconnaissance à Allah qui m’a vêtu de ceci.”

"O Allah, je Te supplie de m’accorder le bien qui s’y trouve et le bien pour lequel il a été créé. Et je cherche refuge auprès de Toi contre le mal de sa création." (At-Tirmidhi)

Le Messager d’Allah [pbsl] a interdit aux hommes de porter de la soie et ainsi que l’or.

“Nul ne porte un vêtement en soie dans ce monde exceptés ceux qui ne le porteront pas dans l’au-delà." (Sahih Al-Bukhari, Volume 7, Livre 72, Numéro 720)

“L’or et les vêtements en soie sont autorisés aux femmes musulmanes et interdits aux hommes musulmans.” (At-Tirmidhi)

Il était dans sa tradition d’entrer dans une mosquée ou une assemblée en étant impeccablement propre et très beau. Le Messager d’Allah [pbsl] a dit: "Allah aime toute personne qui se vêt convenablement avant de se montrer devant une congrégation ou devant ses amis."

“Le Messager d’Allah [pbsl] portait une bague en argent et tournait sa pierre vers la paume de sa main." (Sahih Al-Bukhari)

'Aisha raconte : “J’avais l’habitude de parfumer le Messager d’Allah avec les meilleurs parfums jusqu’à ce que je vis une brillance sur sa tête et sur sa barbe." (Sahih Al-Bukhari, Volume 7, Livre 72, Numéro 806)

L’importance du Tawakkul (la confiance totale en Allah]

Il est compatible avec la croyance d’Ahl al-Sunnah de penser que la coïncidence, ainsi que le décret du destin régissent la vie des gens.  Les croyants ont confiance en Allah Azzawajal car ils savent que tout vient de Lui et que rien n’arrive par chance. Pour ceux qui Le craignent et Le respectent, il n’y a que du bien dans l’événement de toutes choses.

De grands savants islamiques ont dit que le cœur abrite le tawakkul. Aussi longtemps que les gens croient qu’Allah (swt) est Le détenteur de toutes choses et que ce qu’ils font en cette vie ne contredit pas la confiance qu’ils nourrissent dans leurs cœurs.  Allah (swt) crée toute chose, donne ce qu’Il veut à qui Il veut, et reprend ce qu’Il veut de qui Il veut. Il n’y aucune puissance excepté la Sienne.

Le Messager d’Allah [pbsl] a dit:

“Soixante-dix de mes compagnons seront admis au Paradis sans rétribution de compte. Ils seront ceux qui n’auront pas eu recours à la sorcellerie ni aux amulettes, mais qui auront mis leur confiance en leur Seigneur et Créateur." (Sahih Al-Bukhari et Sahih Muslim)

“Le cœur du fils d’Adam a une part en toute chose: celui qui fait confiance à Allah Il lui donnera suffisamment pour tout." (Ibn Majah)

"Ne désespérez pas pour votre provision [rizq] lorsque vous vieillissez, car la maman donne naissance à son bébé qui n’a pas de vêtements, ensuite Allah pourvoit pour le bébé."  (Ibn Majah)

La peur de la pauvreté et la croyance dans le malheur sont des exemples, à savoir comment satan le maudit égare les gens. Chacun a probablement reçu des secours inattendus dans les moments difficiles qui lui ont permis de les surmonter.  Une chose que nous ne devons jamais oubliée est que l’aide vient uniquement d’Allah (swt), le Puissant, le Fort.

Le Prophète [pbsl] était un exemple de courage, car il avait confiance en Allah (swt) et avait un profond tawakkul. Quand il était en bonne santé, il participait aux batailles en première ligne et sa foi en Allah était un modèle pour tous les croyants.

Quand les persécutions des Mecquois étaient devenues insupportables, l’oncle du Prophète [pbsl] lui a dit  : "Ne peux-tu pas arrêter de prêcher de telles idéologies ?  Crois en ce que tu crois mais ne le propage pas aux autres. Si tu continues de prêcher, les personnes de hauts rangs seront en colère contre toi et nous serons tous en danger."

Le Prophète Muhammad [pbsl] a répondu : "O oncle, même s’ils mettaient le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche, je ne cesserais de propager l’Islam."

Il y a de nombreux exemples qui démontrent cette parfaite confiance dans la vie du Prophète [pbsl]. En voici quelques exemples :

"Je ne repousserai aucune expédition faite dans la voie d’Allah, l’Exalté….par la main de Celui où se trouve ma vie, j’aurais préféré être tué dans Sa voie et ensuite être rendu à la vie et être tué encore." (Sahih Muslim, Livre 20, Hadith No. 4631)

“Protéger les Musulmans contre les non croyants ne serait-ce qu’un jour pour la cause d’Allah est meilleur que le monde avec tout son décor…” (Sahih al-Bukhari, Volume 4, Livre 52, Hadith No. 142)

D’après les récits, il est dit que les Musulmans se dispersèrent lors de la bataille de Hunayn lorsqu’ils furent confrontés à un barrage de flèches effectué par la partie résistante. Le Messager d’Allah [pbsl] les appela à reprendre la première ligne.

Ceux qui l’ont fait se sont attaqués à l’ennemi et sont sortis victorieux. Al-Bara' ibn Azib qui a témoigné de cet événement, a dit : “Le Messager d’Allah [pbsl] ne se retira pas…quand la bataille s’engagea férocement, nous, par Allah, nous cherchions protection à ses côtés, et le plus brave d’entre nous était le Prophète [pbsl] qui affronta les attaques." (Sahih Muslim, Livre 19, Hadith No. 4389).

L’importance de la patience

Toute la vie du Prophète [pbsl] est un modèle de patience et de persévérance.

Non seulement ses vingt-trois années de prophétie étaient remplies de difficultés, mais les quarante premières années de sa vie furent tout aussi pénibles. Étant orphelin dès son jeune âge et le fait d’avoir grandi dans des conditions difficiles ne l’a pas empêché d’être un homme respectable, constant et loyal. 

L’importance de la persévérance est hautement soulignée dans les versets coraniques:

“O les croyants! Soyez endurants. Incitez-vous à l’endurance. Luttez constamment [contre l’ennemi] et craignez Allah, afin que vous réussissiez !" (Sourate Al 'Imran, 200)

Après qu’Allah l’ait nommé prophète, le Messager d’Allah [pbsl] a affronté les attaques des polythéistes et des hypocrites avec bravoure et n’a jamais agi à la hâte. En fait, Allah le Tout Puissant lui a conseillé d’être toujours constant et assidu:

“Endure [Muhammad] donc, comme ont enduré les messagers doués de fermeté; et ne te montre pas trop pressé de les voir subir [leur châtiment]… (Sourate al-Ahqaf, 35)

En vérité, le Messager d’Allah [pbsl] a dit :

“Allah donnera de la patience à ceux qui veulent être patients. Nul n’a été pourvu d’un cadeau plus immense que la patience." (Sahih Muslim)

 “Etranges sont les voies des croyants, car il y a un bien dans toutes leurs affaires. Ceci n’est pas le cas pour tout le monde. Si les croyants se réjouissent, ils remercient Allah.  Ainsi, il y a un bien pour eux. S’ils sont dans l’épreuve, ils se résignent en patientant et il y a un bien pour eux en cela." (Sahih Muslim, Livre 42, Hadith No. 7138)

“Si un serviteur d’Allah souffre de calamité et dit : "Nous appartenons à Allah et nous retournerons à Lui. O Allah, récompense-moi pour mon affliction et donne-moi quelque chose de meilleur en échange de cela", Allah le récompensera et lui donnera quelque chose de meilleur en retour." (Sahih Muslim, Livre 4, Hadith No. 2000)Anas ibn Malik raconte que le Messager d’Allah [pbsl] vint vers une femme qui avait pleuré pour son fils [mort] et lui dit : "Crains et respecte Allah et montre de l’endurance." Elle ne l’a pas reconnu et a dit : "Vous n’avez pas été éprouvé comme moi." Après son départ, quelqu’un lui dit que c’était le Messager d’Allah. Complètement anéantie par cela, elle partit à sa porte et ne trouva aucune surveillance. Elle dit : "O messager d’Allah, je ne t’ai pas reconnu." Il lui dit : "L’endurance doit être acquise dès le premier instant [du trouble]."  (Sahih Muslim, Livre 4, Hadith No. 2013)

“Nulle fatigue, maladie, misère, tristesse, blessure ou détresse ne tombe sur un Musulman, ne serait-ce qu’une simple piqûre venant d’une épine, sans qu’Allah n’expie la personne de ses péchés." (Sahih Al-Bukhari, Volume 7, Livre 70, Hadith No. 545)

Anas ibn Malik rapporte que le Messager d’Allah [pbsl] a dit : “ vous devez montrer de l’endurance dès la première instance. » Si les croyants ont une confiance totale en Allah, ils verront chaque événement comme un bien dès le commencement."

Eviter l’extrémisme dans la religion

Dans toute l’histoire, il y a eu ceux qui sont partis dans l’extrême parmi les peuples à qui Allah a envoyé la révélation de Son message.

Allah a créé les Musulmans pour être des personnes modérées afin d’être des modèles pour les autres. Les Musulmans doivent se conformer à ceci et éviter tout type d’extrémisme :

Dis: “O  gens du Livre, n’exagérez pas en votre religion, s’opposant à la vérité. Ne suivez pas les passions des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit." (Sourate al-Ma'ida, 77)

Dans les dernières années de la vie du Prophète [pbsl] comme durant la période des quatre califes, les kharijites ont émergés.

Bien qu’ils fussent dévoués à leurs prières, leurs membres devinrent des extrémistes et ainsi s’égarèrent de la sunnah du Prophète [pbsl].

 Le Prophète [pbsl] a dit aux Musulmans d’argumenter contre les fausses idéologies de ces personnes.

Le Messager d’Allah [pbsl] ne tolérait pas ceux qui essayaient de faire apparaitre leurs actions, qui ne faisaient pas parti de l’islam, par crainte et respect pour Allah (taqwa). Ses propos contiennent des recommandations contre l’excès dans la religion. Par exemple:

“Dans chaque acte, il y a de l’enthousiasme et il viendra un temps où cet enthousiasme mourra. Si les gens ressentent cet enthousiasme dans leurs actes, ils agiront modérément. S’ils persistent dans ce comportement modéré, il y a de l’espoir qu’ils vont réussir. S’ils  vont dans les extrêmes et attirent l’attention par leurs comportements, ne les considérez pas comme des êtres pieux." (At-Tirmidhi)

Aisha (ra) a raconté: " Une femme de la tribu des Bani Asad s’asseyait auprès de moi :

Le Messager d’Allah [pbsl] vint dans ma maison et me demanda : "Qui est-ce ?" J’ai répondu : "Elle est une telle. Elle ne dort pas la nuit parce qu’elle est engagée dans la prière." Le Prophète [pbsl] a désapprouvé cela : "Faites les [bonnes] œuvres d’après votre capacité."  (Sahih Al-Bukhari, Volume 2, Livre 21, Hadith No. 251)

Les gens continueront à questionner les uns les autres jusqu’à ce qu’ils demandent : "Allah a créé toutes choses mais qui a créé Allah ?" Ceux qui se trouvent confrontés à une telle situation, doivent dire : "Je confirme ma foi en Allah." (Sahih Muslim, Livre 1, Hadith No. 242)

La grâce du Coran et l’honneur de le réciter

Réciter le Noble Coran est un acte d’adoration. Le Messager d’Allah [pbsl] avait l’habitude de dire : « Je cherche refuge auprès d’Allah contre Satan le maudit, contre sa respiration (nafkh), son crachat (nafth), et ses suggestions (hamz) » avant de commencer la récitation du Coran. (Abu Dawud)

Notre bien-aimé Prophète [pbsl] a mis l’accent sur la récitation du Coran et l’honneur de l’enseigner aux autres. Il considérait ceci comme étant le pas initial avant la pratique :

“Récite le Coran, car le Jour de la Résurrection, il sera un intercesseur pour ceux qui l’ont récité." (Sahih Muslim)

“Au jour de la Résurrection, le Coran sera amené à ceux qui avaient l’habitude d’agir en conséquence dans ce monde, et sera précédé par la sourate Al Baqara et la sourate Al Imran pour ceux qui les connaissaient." (Sahih Muslim)

“Le meilleur parmi vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne." (Sahih Al-Bukhari, Volume 6, Livre 61, Numéro 545)

"La jalousie n'est permise que dans deux choses : Un homme à qui Dieu a donné d'apprendre le Coran et de passer des heures de la nuit et du jour à le lire et à méditer sur son contenu. Un homme à qui Dieu a donné une fortune qu'il ne fait que dépenser (dans le bien) de nuit et de jour". » (Sahih Al-Bukhari, Volume 6, Livre 61, Numéro 543)

"Lis et monte [les degrés du Paradis]. Récite clairement comme tu le faisais dans le bas-monde. Ta place au Paradis te sera fixée au dernier verset que tu liras". (Abu Dawud et At-Tirmidhi)

"II n'est pas un groupe de gens qui se réunissent dans l'une des maisons de Dieu [les mosquées] pour réciter le Coran et l'étudier en commun, sans que la sérénité divine ne descende sur eux, que la miséricorde de Dieu ne les recouvre, que les Anges ne les entourent de toutes parts et que Dieu ne les cite parmi ceux qui sont auprès de Lui".  (Sahih Muslim, Livre 035, Numéro 6518)

“Au jour du jugement, face à Allah, nul intercesseur n’aura un plus grand statut que le Coran, pas même un prophète ni un ange.” (At-Tabarani)

“Quiconque ne récite pas le Coran d’une voix agréable n’est pas parmi nous.” (Sahih Al-Bukhari, Volume 9, Livre 93, Numéro 618)

La Bienséance en récitant le Coran:

1) Faire ses ablutions (wudu), se tourner en direction de la qiblah et s’asseoir humblement et modestement comme dans la salat.

2) Notre bien-aimé Prophète [pbsl] a dit que ceux qui terminent leur récitation du Coran en moins de trois jours ne peuvent comprendre ses commandements. Ainsi, lorsqu’on récite le Coran, le lecteur doit bien en comprendre le contenu et méditer sur son sens profond. 

3) Chaque verset doit être proprement lu.   Notre  Prophète [pbsl] cherchait toujours refuge en Allah (swt) lorsqu’il lisait les versets qui parlent des supplices de l’enfer et demandait Sa miséricorde lorsqu’il lisait les versets concernant Sa Miséricorde.

4) "Le Coran ne doit pas être récité d’une façon qui puisse être interprétée comme étant un moyen de se faire voir ou de distraire les gens pendant qu’ils prient. Notre Prophète [pbsl] a dit que la récitation du Coran à voix basse est supérieure à la récitation faite à haute voix, telle une aumône donnée en secret qui est supérieure à une aumône donnée en public." (Sahih Al-Bukhari)

5) On doit essayer de réciter le Coran avec un ton plaisant. Le Prophète [pbsl] a dit : "Embellissez le Coran par la beauté de vos voix." (Mishkat)  Plus la voix du récitateur est plaisante, plus elle attendrit le coeur de ceux qui écoutent.

6) Le récitateur doit ressentir la grandeur du Coran dans son coeur. Il doit garder cela à l’esprit et préparer son coeur pour cela et ne pas délaisser sa vraie signification.

Apprendre et enseigner dans la voie d’Allah ('Ilm)

Le Prophète Muhammad [pbsl] a dit, "Les ulamas [les savants] sont les héritiers des Prophètes." Cela n’a aucun sens de dire : "Je suis la voie du Messager d’Allah tout en persistant dans l’ignorance."

Il a aussi dit: “Cherchez la connaissance même [si c’est pour aller loin] en Chine” (At-Tabarani), et "chercher la connaissance est un devoir obligatoire pour chaque Musulman – homme et femme." (Ibn Majah).

Ainsi chaque Musulman est obligé d’étendre sa connaissance; premièrement, il doit établir la connaissance comme règle fondamentale de l’Islam à tel point qu’il est capable de représenter la  religion.

Notre Prophète [pbsl] a dit :

“Les prophètes ne distribuent pas des pièces d’or ou d’argent. Ils ne font que partager la connaissance, donc celui qui la prend, a en effet pris une belle part." (Abu Dawud)

“La croyance est nue et son manteau est la piété. Sa décoration est la modestie; et ses fruits, la connaissance." (Al-Hakim)

“Si un jour arrive et que je n’augmente pas ma connaissance pour me rapprocher d’Allah, que ce jour soit maudit." (At-Tabarani)

“Celui qui va à la recherche de la connaissance dans la voie d’Allah, mais l’utilise uniquement pour gagner ses provisions ici-bas ne verra pas le parfum du Paradis le Jour de la Résurrection." (Abu Dawud)

Notre Prophète [pbsl] a dit: “Ceux qui acquièrent de la connaissance seront approvisionnés par  Allah, là où ils ne s’y attendent pas."

Satan essaie d’empêcher les gens d’œuvrer dans la voie du savoir en les occupant par l’avenir de ce monde et ils sont absorbés par cette présente vie. La vérité est cependant, qu’Allah le Tout Puissant protège ceux qui luttent pour acquérir le savoir pour Sa satisfaction dans ce monde et dans l’autre.

“…celui qui recherche la connaissance, Allah lui facilitera le chemin qui mène au Paradis…" (Sahih Muslim, Livre 035, Numéro 6518)

“Celui qui est surpris par la mort alors qu’il est allé à la recherche de la connaissance pour renforcer l’Islam, il n’y aura qu’un étage entre lui et les prophètes au Paradis." (Ad-Darimi)

“Il y aura, au Jour de la Résurrection, ceux qui intercéderont [devant Allah]: les prophètes, puis les savants, puis les martyrs." (Ibn Majah)

«…Celui qu’Allah aime, Il lui ouvre son coeur vers [la compréhension de] la religion." (Sahih Muslim, Livre 020, Numéro 4720)

Notre Prophète [pbsl] a divisé les gens de savoir en deux groupes: ceux qui apprennent pour ce monde et ceux qui apprennent pour l’au-delà. Le premier a l’intention d’obtenir des capitaux, des hautes positions et de bonnes réputations.

Ceux qui ne vivent pas en marge avec leurs connaissances acquises sont des hypocrites car leurs cœurs ne sont pas en harmonie avec l’affirmation de leurs langues, et ainsi ils essayent de tromper Allah Azzawajal.

Le Messager d’Allah [pbsl] nous a informés que ces personnes seront le plus sévèrement punies dans l’au-delà.

Notre bien-aimé Prophète [pbsl] a dit que “la personne qui aura la plus sévère punition au Jour de la Résurrection sera un savant qui n’a pas bénéficié de sa connaissance."

Le Prophète [pbsl] a également dit :

“Quiconque est élevé en connaissances mais ne fait pas d’effort pour travailler sa moralité, ne gagne rien excepté l’éloignement d’Allah." (Ad-Daylami)

Il y a une grande responsabilité sur les gens de connaissance. Un croyant qui possède la piété doit partager cette bénédiction avec les autres croyants. De cette façon, la beauté de la connaissance sera distribuée à l’ummah (la communauté).

"Quiconque possède une connaissance mais la cache, sera au Jour de la Résurrection encerclé par le feu." (Ibn Majah)

“Quand un homme meurt, ses actes prennent fin, excepté trois… [Un de ces trois est] la connaissance distribuée [aux gens]…" (Sahih Muslim, Livre 013, Numéro 4005)

La beauté de l’invocation (Du'ah)

Le Prophète Muhammad [pbsl] était le plus prédominant dans le rappel d’Allah parmi toute la création.  Il ne s’arrêtait jamais de se rappeler et d’invoquer Allah pendant toute la journée, peu importe en quoi il était engagé. Àtravers son caractère noble, il était toujours totalement focalisé sur la religion et sur l’au-delà ; l’objectif suprême de tous les croyants sincères.

Dans le Coran, il est dit : “Dis: Mon Seigneur ne se souciera pas de vous sans votre prière…” Sourate Al Furqan verset 77.

Le Messager d’Allah [pbsl] n’arrêtait jamais de prier et de se rappeler d’Allah en toutes circonstances.

Nous pouvons mieux comprendre l’importance qu’il attachait à l’invocation par ses propres mots:

“Aux yeux d’Allah, il n’y a rien de plus honorable que l’invocation.” (At-Tirmidhi)

“Le serviteur d’Allah reçoit au moins une des trois [récompenses] pour ses invocations : soit son péché lui est pardonné soit il reçoit une récompense en ce monde ou alors il reçoit la récompense dans l’au-delà." (Ad-Daylami)

“Demande à Allah de t’accorder Ses faveurs car Allah aime qu’on Lui demande." (At-Tirmidhi)

“L’homme est plus proche d’Allah lorsqu’il se prosterne. Invoquez beaucoup Allah lorsque vous vous prosternez." (Sahih Muslim)

“Votre Seigneur, qu’Il soit béni et exalté, est bon et Généreux, et Il est trop bon pour laisser Son serviteur les mains vides, lorsqu’il lève les mains vers Lui" (At-Tirmidhi et Abu Dawud)

“Invoquez Allah avec la ferme conviction qu’Il vous répondra. Sachez qu’Allah ne répond pas à une invocation qui vient d’un cœur négligent et indifférent." (At-Tirmidhi)

“L’invocation de l’un de vous est exaucée s’il ne devient pas impatient et dit 'J’ai supplié mon Seigneur et Il ne m’a pas exaucé.'" (Sahih Muslim, Livre 035, Numéro 6594)

Pendant la journée, notre Prophète Muhammad [pbsl] avait l’habitude d’invoquer comme suit :

“J’ai tourné  mon visage vers le Concepteur (Créateur mü desek ??) des Cieux et de la Terre sincèrement pour l’Islam et je ne suis pas parmi les polythéistes. En effet, ma prière, mon sacrifice, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, le Seigneur des mondes: Il n’a aucun associé. Avec ceci j’ai été commandé, et je suis le premier des Musulmans [qui Lui est soumis].O Allah ! Tu es le Roi, nul n’a le droit d’être adoré excepté Toi, Tu es le plus parfait et à Toi toutes les louanges. Tu es mon Seigneur et je suis Ton serviteur. Pardonne-moi mes péchés car nul ne pardonne les péchés à part Toi. Guide-moi vers l’excellence morale, vers laquelle nul ne peut guider à part Toi, et sauve-moi des pires caractères, desquels nul ne peut sauver excepté Toi. Je suis présent et heureux de Te servir. Tu es béni et exalté. Je cherche Ton pardon et je me repens à toi. Ô Allah, Créateur des Cieux et de la Terre, connaisseur de toutes choses cachées et connues! C’est Toi qui jugeras entre Tes serviteurs des choses sur lesquelles ils divergent. Guide-moi par Ta Grâce vers la vérité concernant laquelle ils divergent, car en effet Tu guides qui Tu veux vers le chemin de vérité." (At-Tirmidhi et Sahih Muslim)

L’invocation du Prophète [pbsl] au moment de se réveiller :

“Toute louange est à Allah qui nous donne la vie après qu’Il nous l’ait prise, et vers Lui est la résurrection. Il n’y a pas de divinité excepté Allah. Il n’a pas d’associé. Le royaume est à Lui. Louange à Lui. Il est le Tout Puissant. Gloire à Allah. Il n’y a pas de divinité excepté Allah. Il est le Très Sublime." (Sahih Al-Bukhari et At-Tirmidhi)

L’invocation du Prophète [pbsl] en quittant sa maison :

“Au nom d’Allah, je me  confie à Allah. O Allah, je cherche refuge auprès de Toi de peur de m’égarer ou d’égarer un autre, de glisser ou de trébucher, d’oppresser ou d’être oppressé, d’agir stupidement ou d’être traité stupidement." (At-Tirmidhi)

L’invocation du Prophète [pbsl] faite alors qu’il entrait à la mosquée :

"O Allah! Ouvre-moi les portes de Ta Miséricorde.” (Sahih Muslim)

L’invocation du Prophète [pbsl] en entrant dans sa maison:

“Louanges à Allah qui me protège et m’abrite. Louanges à Allah qui me nourrit et me donne à boire. Louanges à Allah qui est Bienfaisant envers moi et augmente mes faveurs. O mon Seigneur, je Te demande de me protéger contre l’enfer." (Abu Dawud)

Une autre invocation du Prophète [pbsl]:

“O Allah, je cherche refuge en Toi contre toutes sortes de malpropreté, visibles et invisibles, matérielles ou spirituelles. Je cherche refuge en Toi contre satan le maudit." (At-Tabarani)

L’invocation du Prophète [pbsl] faite lorsqu’il entendit l’appel à la prière [adhan] :

“O Allah, Seigneur de ce parfait appel et de cette prière ; et de la piété. Fais-moi mourir en ayant la foi, fais-moi vivre conformément à cela, et fais-moi de ceux qui auront la foi au Jour de la Résurrection." (Al-Bayhaqi)

L’invocation du Prophète [pbsl] après le repas :

“Louanges à Allah, qui nous nourrit et nous a  donné à boire, qui ne nous a pas rendu nécessiteux mais satisfaits. Tu nous as guidés et amenés de la mort à la vie. Louanges à Toi pour les bénédictions dont Tu nous as pourvues." (Ahmad)

Le comportement [adaab] adéquat en faisant l’invocation est expliqué dans les ahadith du Prophète [pbsl] comme suit :

1) Les moments précieux pour l’invocation:

Ce qui suit montrent les moments propices où le Prophète [pbsl] s’est engagé pour invoquer Allah : le mois de Ramadan, les jeudis soirs, le milieu de la nuit, à l’aube.

2)  Les heures où les supplications sont importantes aux yeux d’Allah : Notre Prophète [pbsl] a dit : “L’invocation est accordée en quatre occasions, particulièrement : lors d’une bataille [jihad] ; lorsqu’il pleut, à l’heure de la prière, lorsque nous voyons la ka’bah devant nous." (At-Tabarani)

Dans un autre hadith, il est dit : “Un jeûneur au moment où il rompt son jeûne, son invocation n’est pas rejetée." (Ibn Majah)

Accorder de l’attention en invoquant Allah à ces heures propices est important pour l’acceptation de l’invocation et l’observance de la sunnah. 

3) Se tourner vers la qiblah pendant l’invocation à Allah, lever les mains, tourner les paumes vers le visage est une sunnah.

Lorsque notre Prophète [pbsl] appelait Allah, il levait les mains jusqu’à ce que ses avant-bras se voyaient et il ne pointait pas ses doigts durant l’invocation. (Sahih Muslim)

4) Invoquer en secret, à voix basse :

Abu Musa a rapporté : "Nous étions en voyage avec le Messager d’Allah [pbsl] quand les gens ont commencé à dire ‘Allahu Akbar" à haute voix. Après ceci, le Messager d’Allah [pbsl] a dit : "O gens ! Soyez miséricordieux envers vous-mêmes. En vérité, vous appelez Celui qui est Audient et Omnipotent. Celui que vous suppliez est plus proche de vous que le cou de votre chameau."  (Sahih Muslim, Livre 035, Numéro 6531)

5) Eviter les mots superficiels en faisant des invocations :

Celui qui fait appel à Allah doit demander modestement et avec révérence, et doit éviter les faux semblants. Dans un des hadiths, notre bien aimé Prophète [pbsl] a dit : "Il y aura des gens parmi vous dont leurs invocations vous feront mépriser la vôtre…" (Sahih Al-Bukhari, Volume 6, Livre 61, Numéro 578)

Ceux qui invoquent doivent exprimer leur dépendance vis-à-vis d’Allah, en évitant les souhaits inutiles.

6) L’invocation suivie de la crainte révérencielle d’Allah (taqwa), et l’espoir qu’elle sera exaucée: “Appelez Allah avec une conviction ferme afin qu’Il vous réponde. Sachez qu’Allah ne répond pas à l’invocation qui vient d’un cœur négligent et indifférent." (At-Tirmidhi)

L’invocation de l’un d’entre vous est acceptée si vous n’êtes pas impatient au point de dire “J’ai supplié mon Seigneur mais il ne me l’a pas accordé." (Sahih Muslim, Livre 035, Numéro 6594)

Le repentir [At-Tawba]

"Mais quiconque se repent après son tort et se réforme, Allah accepte son repentir. Car Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux."(Sourate Al Maida, 39)

Le repentir est une importante opportunité de nettoyer les péchés et les taches qui ternissent le coeur. Les croyants doivent utiliser ce moyen à tout moment de la journée.

Ali [ra] a dit: “Je suis surpris de les voir chuter bien qu’ils aient des remèdes du salut tels que le repentir [tawba] et le pardon [istighfar]."

Les gens qui sont piégés par les ruses de satan et qui sont incapables de renoncer à leurs péchés, ces personnes-là, en réalité, n’ont aucun moyen excepté le repentir et la prière. C’est seulement par cette voie, la voie du repentir sincère, qu’un individu peut accéder à cette vie et à celle de l’au-delà.

Notre Prophète [pbsl] dit :

“Allah soulage les peines de ceux qui continuellement se repentent et Il leur pourvoit là où ils s’y attendent peu." (Abu Dawud)

“O gens! Tournez-vous vers la repentance d’Allah et demandez-Lui pardon, car je me repens à Lui plus de cent fois par jour." (Sahih Muslim)

Le Messager d’Allah [pbsl] disait continuellement : “O Allah gloire à Toi, Tu es Parfait, et louange à Toi. Pardonne-moi, Tu es Celui qui accepte le repentir et Tu es le Miséricordieux." (Al-Hakim)

“O Allah, gloire à Toi, Le Parfait. Je me suis fait du tort. Il n’y a de force qu’en Toi Seul pour pardonner les péchés. Allah pardonne à toute personne qui Lui demande pardon même si ses péchés sont aussi nombreux qu’une colonie de fourmis." (Al-Bayhaqi)

“O Allah, place moi parmi ceux qui lorsqu’ils font le bien, sont heureux, et quand ils font le mal demandent pardon.” (Ibn Majah)

La repentance recommandée par le Prophète [pbsl]:

“O Allah, Toi Seul est mon Seigneur. Il n’y a pas de divinité excepté Toi. Tu m’as créé, et je suis Ton serviteur. Je m’accroche à Ton commandement et à Ta promesse autant que je le peux. Je cherche protection en Toi contre le mal de ce que j’ai fait. Je reconnais les faveurs dont Tu m’as favorisées et je confesse mes péchés et ma désobéissance à Toi. Alors pardonne-moi, mon Seigneur. Pardonne-moi mes péchés. Car nul autre que Toi ne peut les pardonner."  (Sahih Al-Bukhari)

Le grand fléau de la langue : parler inutilement

"[Les croyants sont ceux] qui se détournent des futilités." (Sourate al-Mu'minun, 3)

Notre Prophète [pbsl] avait pour habitude d’utiliser les meilleures paroles pour sa ummah. Il réprimandait tout de suite ceux qui parlaient irrespectueusement envers les autres et n’autorisait aucun croyant de blesser verbalement son prochain. 

Le Messager d’Allah [pbsl] a dit que le silence est plus utile que le fait de parler sans raison. Dans un autre hadith, il a dit : "l’homme silencieux est sauvé." (At-Tirmidhi)

Il y a de nombreux hadiths qui abondent dans ce sens.

“Quiconque est protégé du mal de son estomac [gourmandise], de ses passions et de sa langue est protégé contre tout mal." (Ad-Daylami)

“La bonne nouvelle est à celui qui a préservé l’excès de ses mots et a donné le surplus de ses possessions." (Al-Bazzar)

“Eloignez votre langue de ce qui est mauvais, c’est seulement de cette façon que vous allez avoir le dessus sur le diable." (At-Tabarani)

“Allah est proche de notre langue; Il sait chaque mot que nous prononçons. Donc, craignez Allah dans les mots que nous disons. » (Hatib)

Uqba ibn 'Amir dit : “J’ai demandé : ‘Messager d’Allah, qu’est-ce qui renforce la sécurité ?’ Il a dit : 'Tenir ta langue, garder ta maison…'" (At-Tirmidhi)

Réfléchir avant de dire quelque chose est ce qui nous rend musulman. Une parole dite sans réflexion peut être interprétée d’une façon indésirable et elle peut heurter les gens que vous aimez. Si votre discours contient un sujet relatif à notre religion, alors vous devez être encore plus précautionneux. Notre Prophète [pbsl] a dit :

“Le langage d’un croyant est au-dessus de son coeur. Avant qu’il ne dise quelque chose, qu’il contemple puis parle. Alors que le coeur d’un hypocrite est au-dessus de sa langue. Quand il dit quelque chose, il le dit sans le penser." (Haraiti)

Nous ne devons pas extrapoler en parlant. Nous devons décrire les choses brièvement d’une manière concise. De cette façon, nous ne faisons pas perdre le temps de celui qui écoute et en même temps, nous pratiquons une sunnah.

“Attention ! Ceux qui parlent sans s’arrêter en disant des futilités seront sujets à la destruction." (Sahih Muslim)

“Le temps viendra où les humains jaseront comme des vaches qui mastiquent l’herbe." (Ahmad)

Nous devons éviter tout langage immoral, grossier et obscène. De tels discours peuvent mener vers la dureté du cœur et la propagation d’un tel discours, vers ces actions. En effet, le Messager d’Allah [pbsl] a dit :

“Faites attention à ne pas proférer de vilains mots grossiers; en effet, Allah n’aime pas les vilains mots et la grossièreté." (Al-Hakim)

“Un croyant ne met personne mal à l’aise, ne maudit pas, ne dit pas de vilains mots ni ne dénigre." (At-Tirmidhi)

Les croyants doivent être vigilants lorsqu’ils se lancent dans des accusations. Si une accusation est incorrecte, on aura à y faire face dans l’au-delà telle une violation des droits de l’Homme.

“Si quelqu’un accuse un autre d’être un fusuq en l’appelant un faasiq [méchant] ou l’accuse de kufr [incroyant], une telle accusation se retournera contre lui si ce compagnon est innocent." (Sahih al-Bukhari, Volume 8, Livre 73, Numéro 71)

“O gens, pensez à moi lorsque vous pensez à mon peuple, mes frères et ceux qui sont proches de moi et ne parlez pas d’eux. O gens, quand quelqu’un meurt, pensez à lui pour ses bonnes œuvres et non pour ses mauvaises œuvres." (Musnad)

“Quiconque humilie [mentionne] son frère [coreligionnaire] pour un péché [dont il s’est déjà repenti] ne mourra pas jusqu’à ce qu’il le subisse [à son tour]." (At-Tirmidhi)

“Une haute forme de trahison dans la foi est quand vous dites un mensonge à votre frère alors qu’il vous croit." (Sahih Al-Bukhari)

"Malheur à celui qui dit un mensonge pour faire rire les autres." Abu Dawud et At-Tirmidhi)

Le mensonge est considéré comme un acte interdit [et donc grave] dans notre religion. Le Messager d’Allah [pbsl] nous dit qu’il n’y a pas de différence entre un petit et un grand mensonge, et qu’il condamne tout type de mensonge. Son invocation concernant ce sujet est comme suit :

“O Allah, purifie mon coeur de toute confusion, mes parties intimes de la fornication et ma langue des mensonges." (Hatib)

“Si quelqu’un dit un mensonge, une mauvaise odeur sort [de sa bouche] et les anges s’enfuient très loin de lui." (al-Tirmidhi)

Dans le Coran, la médisance est considérée comme un acte grave. Elle est comparée à quelqu’un qui mangerait la chair de son frère mort. Dans certains hadiths, le Prophète [pbsl] dit que la médisance tue la fraternité entre les croyants et celui qui le fait doit payer les conséquences  d’avoir violé les droits de ses frères coreligionnaires. De plus, s’immiscer dans les affaires des croyants tout en cherchant ses défauts est un autre type de péché semblable à la médisance. En effet, le Prophète Muhammad [pbsl] a relaté un événement qu’il a vécu durant son ascension :

Quand je suis monté au ciel en passant par les gens dont les ongles étaient de cuivre et se grattaient le visage et la poitrine, j’ai dit : "Qui sont ces gens, O Jibril ?" Il a répondu : "Ce sont ceux qui ont médit et ont déshonoré les gens."(Sunan Abu Dawud, Livre 41, Numéro 4860)

“O vous les gens de ma communauté, qui croient avec leurs langues, mais dont les cœurs ne sont pas encore empreints de foi ! Ne médisez pas des Musulmans, ni ne cherchez leurs secrets ! Car quiconque cherche à connaitre les défauts de son frère, [sachez] que si Allah mettait à nu les défauts de quelqu’un, Il le déshonorerait même s’il devait se cacher [à l’intérieur] de sa maison." (Sunan Abu Dawud, Livre 41, Numéro 4862)

Le Messager d’Allah [pbsl] a dit : “Savez-vous ce que signifie la médisance [ghibah] ?" Ils [les compagnons] ont répondu : "Allah et Son Messager savent mieux." Alors il  a dit : "La médisance implique une conversation concernant votre frère de sorte que s’il l’avait entendu, cela ne lui aurait pas plu." Ils lui ont demandé : "Que penses-tu si j’ai vu un manque en mon frère, et que je fasse mention de cela ?" Le Prophète [pbsl]  a répondu : "Si ce manque se trouve effectivement en lui, comme vous l’affirmez, vous avez médit de lui, et s’il n’a pas ce défaut, vous l’avez déshonoré." (Sahih Muslim, Livre 032, Numéro 6265)

“Quiconque empêche [une attaque] contre  l’honneur de son frère, Allah empêchera le feu de brûler son visage le Jour de la Résurrection." (At-Tirmidhi)

Le sermon d’adieu du Prophète [pbsl] [Khutbat al-Wada']

Le Prophète [pbsl] délivra le Khutbat al-Wada' aux centaines de milliers de pèlerins [hajjis]  durant le premier et le dernier hajj (pèlerinage) à la Mecque.

Le fait que de nombreuses personnes furent présentes à ce sermon prouve la véracité de ces hadiths connus comme mutawatir [chaine consécutive et le nombre de sources fiables]. Logiquement, ces hadiths ne peuvent être inexacts ni douteux car les points avancés par le Prophète [pbsl] constituent un sommaire précis de l’Islam, et ils communiquent toutes choses qui doivent être accomplies dans les deux mondes.

Le Prophète [pbsl] fit comprendre qu’il ne ferait pas un autre hajj, ce qui voulait dire que sa mort était imminente. Plus tard, quand la nature de ses mots se réalisa, le pèlerinage fut appelé Hajj Al-Wada’ [le hajj d’adieu] et ce sermon fut appelé le sermon d’adieu [Khutbat al-Wada'].

Cependant, bien que ce sermon soit vu comme étant un seul sermon, il a été prononcé en plusieurs partis : sur le mont Arafat, à Mina, un jour après à Mina, le jour de l’Eid al Adha (la fête du sacrifice), et le premier et le second jour de l’Eid. Comme résultat, il a été rapporté de différentes manières par ceux qui l’ont entendu. Quelques personnes ou groupes de personnes n’ont pas entendu le sermon tenu à tous les endroits.

En bref, afin de compiler tout le sermon, les nombreux ahadtih ont été graduellement rassemblés et mis sous la forme d’un seul khutbah. Dans la sourate At-Tawba, qui fut révélé au Prophète [pbsl] un an avant cet événement, il est dit :

"O vous qui croyez! Les associateurs ne sont qu’impureté: qu’ils ne s’approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci. Et si vous redoutez une pénurie, Allah vous enrichira, s’Il veut, de par Sa grâce. Car Allah est Omniscient et Sage." (Sourate at-Tawba, 28)

Puisque les idolâtres ont été déclarés impropres et qu’ils n’avaient plus le droit de s’approcher du Masjid Al Haram, seuls les Musulmans étaient présents et écoutaient le discours d’adieu. Ceci est fait afin qu’aucun idolâtre ne puisse ajouter quelque mensonge aux hadiths existants. En fait, après la conquête de la Mecque, de nombreux polythéistes se reconvertirent à l’Islam, et il ne resta qu’un petit nombre qui quitta la cité. 

Le Prophète [pbsl] et approximativement 100.000 compagnons quittèrent Médine pour accomplir le hajj. Le Prophète [pbsl] expliqua les rituels essentiels aux Musulmans en les accomplissant lui-même, et compléta ainsi tous les rituels du hajj. Les versets indiquent que l’Islam fut donc complètement établi et que ces versets furent révélés durant le Hajj Al-Wada’.

A l’époque de l’ignorance, les pèlerins qui venaient du fin fond de l’Arabie avaient l’habitude de se tenir sur le Mont Arafat, pendant que les dirigeants de Quraychse tenaient sur la grande surface de Muzdalifah pour montrer leur supériorité.

Le Prophète [pbsl] a aboli cette coutume et s’est mis debout sur le Mont Arafat pour le waqfah [se tenir debout devant Allah au mont Arafat], comme font les autres pèlerins. Pour indiquer l’achèvement de [la révélation] l’Islam, ce verset fut révélé.

" …Aujourd’hui les mécréants désespèrent [de vous détourner] de votre religion : ne les craignez donc pas et craignez-moi. Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous…." (Sourate al-Ma'ida, 3)

Alors que tous les Musulmans se réjouissaient de la perfection de l’Islam, Abu Bakr [ra] comprenait que c’était un signe du départ imminent de notre Prophète [pbsl], et il se mit à pleurer. Le Prophète vécut seulement quatre-vingt-deux jours après cet événement.

Le sermon du Prophète [pbsl] :

En s’asseyant sur le dos du chameau nommé Qaswa, il prononça un sermon sur le Mont Arafat :

Après avoir loué et remercié Allah, il dit [pbsl] :

“O gens, écoutez-moi bien, car je ne sais pas si, après cette année, je serai encore parmi vous. Donc, écoutez-moi attentivement et transmettez ces paroles à ceux qui ne sont pas présents aujourd’hui.

O gens, tout comme vous considérez ce mois, ce jour, cette cité comme sacrés, considérez de la même façon la vie et les biens de chaque Musulman comme étant sacrés. Rendez les biens qui vous ont été confiés à leurs propriétaires. Traitez les autres justement afin que nul ne soit injuste envers vous.

Rappelez-vous que vous allez sans nul doute rencontrer votre Seigneur et qu’Il prendra vos actes en considération. Allah vous a interdit de prendre l’usure [riba], ainsi toute obligation de riba doit désormais être abolie.

Votre capital vous appartient et c’est votre droit de le garder. Vous ne souffrirez d’aucune injustice. Allah a jugé bon qu’il n’y aura aucun riba et que toute forme de riba dû à 'Abbas ibn 'Abd al Muttalib [l’oncle du Prophète] doit être aboli.

Chaque droit d’homicide durant l’ère anti-islamique est aboli et le premier est celui du meurtre de Rabi'ah ibn al Harith ibn 'Abd al Muttalib.

O gens, les incroyants essayent de changer le calendrier afin de rendre permissible ce qu’Allah a défendu, et de rendre illicite ce qu’Allah a rendu licite. Avec Allah se trouvent douze mois [en une année].

Quatre d’entre eux sont sacrés, trois se succèdent et un se trouve entre le mois de Jumada et Sha’ban. Méfiez-vous de Satan pour la sauvegarde de votre religion. Il a perdu tout espoir de vous égarer dans les grands péchés, alors attention aux petits détails.

O gens, il est vrai que vous avez certains droits sur vos femmes, mais elles aussi ont des droits sur vous. Rappelez-vous que vous les avez prises pour épouses sous la supervision d’Allah et avec Sa permission. Si elles agissent conformément à vos droits, alors il est de votre devoir de les nourrir et de les vêtir dans la bonté.

Traitez bien vos femmes et soyez bons envers elles, car elles sont vos partenaires et vos soutiens dans la vie. Il est de votre droit qu’elles ne se lient pas d’amitié avec ceux que vous n’approuvez pas, aussi bien qu’elles doivent préserver leurs chastetés.

O gens, écoutez-moi attentivement, adorez Allah, établissez vos cinq prières quotidiennes, jeûnez pendant le mois de Ramadan, et donnez la zakat de votre richesse. Accomplissez le hajj si vous en avez les moyens.

Toute l’humanité est de la descendance d’Adam et d’Eve, un arabe n’a aucune supériorité sur un non-arabe et un non-arabe n’a aucune supériorité sur un arabe; aussi un blanc n’a aucune supériorité sur un noir et un noir n’a aucune supériorité sur un blanc excepté en termes de piété et de bonnes œuvres.

Sachez que chaque musulman est le frère d’un autre musulman et que les Musulmans constituent une seule fraternité. Rien ne sera pris d’un Musulman de ce qui lui appartient excepté s’il le donne librement et avec son consentement. Ne commettez donc aucune injustice envers vous-mêmes.

Rappelez-vous qu’un jour vous aurez à comparaitre devant Allah et vous répondrez de vos actes. Donc, faites attention, prenez les précautions nécessaires et ne devenez pas non croyants après mon départ, et ne vous battez pas entre vous.

O gens, aucun prophète ni messager ne viendra après moi et aucune nouvelle foi ne prendra naissance. Raisonnez bien, donc, O gens, et comprenez bien ce que je vous dis. Je vais vous quitter avec le livre d’Allah et ma sunnah si vous les suivez jamais vous ne vous égarerez.

Tous ceux qui m’écoutent doivent passer le message aux autres et les autres aux autres encore ; et que les derniers comprennent mes mots mieux encore que ceux qui les ont directement entendus de moi. Sois mon témoin O Allah que j’ai transmis le message à mon peuple."

Vers la fin de son sermon, le Messager d’Allah [pbsl] demanda à son audience:

"O gens, est-ce que je vous ai transmis le message ?" Un murmure puissant de consentement se fit entendre "O Seigneur ! Oui !" parmi les milliers de pèlerins et les mots vibrant  "Allahumma Na'am," vibrèrent comme le tonnerre à travers la vallée.  Le Prophète [pbsl] leva le doigt et dit : "O Allah, sois témoin que j’ai passé le message à Ton peuple."

Le Messager d’Allah [pbsl] se tint pour le waqfah jusqu’au coucher du soleil. Juste au moment où il allait descendre du Mont, le troisième verset de la sourate Al Ma’ida fut révélé. Plus tard, assis sur son chameau, il partit pour Muzdalifah. Là-bas il fit la prière du maghrib et l’isha avec un seul adhan et deux iqamah. Après avoir prié, il se reposa.

Dans la matinée, il pria le fajr en congrégation et après que le lever du soleil fut apparent, il alla à jamrat al-'aqabah. Après avoir lapidé satan, il partit à Mina et fit son deuxième sermon, qui était identique au précédent. Après, il alla à l’endroit où se déroulèrent les sacrifices et sacrifia les chameaux. Puis, son gendre, hazrat Ali [ra] offrit les sacrifices. Un morceau de viande était pris de chaque chameau sacrifié, cuit et mangé. Le Messager d’Allah [pbsl] s’était par la suite rasé la tête, mit son ihram et fit le circuit de la kabah [tawaf].

Apres avoir prié le Zuhr [la prière du midi], il alla boire l’eau de zamzam. Après cela, il retourna à la Mecque pendant trois jours pour lapider Satan, et il prêcha également aux Musulmans.

“Lorsque vient le secours d’Allah ainsi que la victoire, et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d’Allah, alors, par la louange, célèbre la gloire de ton Seigneur et implore Son pardon. Car c’est Lui le grand Accueillant au repentir." (Sourate an-Nasr, 1-3)

Il a récité la sourate An-Nasr, qui fut révélée à ce moment, et aussi les conseilla dans son sermon. Le Messager d’Allah [pbs l] qui a également mentionné la sécurité de la vie de chaque personne, ses biens, son honneur, a rappelé aux Musulmans leurs droits qui constituent la base des droits de l’Homme.

L’importance du sermon d’adieu

Le sermon d’adieu est important pour plusieurs raisons :

Avant toute chose, on doit reconnaitre que le Prophète [pbsl] a fait ce sermon en l’an 10 de l’hégire, alors qu’il jouissait des derniers mois de sa vie. Le troisième verset de la sourate Al Ma’ida avait également été révélé durant ce hajj :

“Aujourd’hui J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion  pour vous…." (Sourate al-Ma'ida, 3)

Ces contenus sont très importants car ils touchent les issues les plus importantes et mettent fin à certaines pratiques non islamiques qui ont été élaborées jusqu’ici notamment les vendettas et l’usure, les lois qui régissent les relations maritales, comment accomplir le hajj et ainsi que de nombreux autres problèmes.

Un bon nombre d’écrivains contemporains voient le khutbat al wada’ comme une déclaration islamique des droits de l’homme et des droits de la femme. Il est vrai que l’affirmation des propriétés inviolables des gens, leur vie et leur honneur étaient proclamés ici pour la première fois dans l’histoire.

Bien que la déclaration des droits de l’Homme acceptée par les nations unies contienne de nombreux aspects très distingués, ils n’ont jamais été mis en pratique.

Dans son sermon d’adieu, le Prophète [pbsl] qui a été envoyé comme miséricorde au monde, a pu instaurer ses valeurs dans les consciences, les âmes, les esprits et les pensées des gens. En résultat, les gens ont toujours vécu dans une liberté totale, ont sécurisé leurs vies, leurs affaires, et l’honneur des terres islamiques, même lorsque les Musulmans étaient très forts et puissants.

Bien que les droits humains aient été développés lentement au fil des âges, ils ont atteint leurs véritables sens avec l’Islam. Le Khutbat Al -Wada’ a une importance capitale étant la première déclaration des droits de l’Homme. Comme l’histoire le démontre, les droits de l’Homme ne sont apparus en occident qu’aux 18ème et 19ème siècles de l’ère chrétienne.

Les principes introduits dans la vie sociale par Khutbat al-Wada'

Dans son sermon, le Prophète [pbsl] a auparavant mentionné ces points:

En chaque chose [que nous entreprenons de faire], on doit toujours louer Allah et Le remercier.

- Notre âme charnelle commande le mal. Ainsi, nous devons chercher refuge auprès d’Allah contre le mal qui se trouve en nous-mêmes.

- La vie, les propriétés et l’honneur sont sacrés. Le droit à la vie est un droit naturel. L’honneur, le respect, la dignité et la propriété sont des droits additionnels qui sont protégés.

 Les traditions anti-islamiques ont été abolies. De ce fait, les gens doivent cesser de pratiquer aveuglément ce qu’ils avaient l’habitude de faire.

L’intérêt usuraire est défendu

Persister dans une  vendetta est défendue. Ce qui appartient aux autres doit être retourné à leurs destinataires. On ne doit jamais trahir cet engagement.

On ne doit pas écouter satan le maudit dans les grandes ou petites choses, quand bien même elles seraient importantes ou insignifiantes.

Hommes et femmes ont les mêmes droits, les mêmes devoirs et les mêmes responsabilités.

Hommes et femmes doivent éviter tout acte adultérin.

On doit traiter les esclaves et les serviteurs avec bienveillance. 

Tous les Musulmans sont frères et sœurs. Toute forme de différence sociale ou privilège ont été abolis. Un individu est supérieur à un autre uniquement par ses vertus religieuses.

On doit éviter l’oppression, utiliser les propriétés des autres injustement, ou se servir de quelque chose sans la permission de son propriétaire.

Les Musulmans doivent éviter de s’affronter.

Ceux qui suivent le Coran et la sunnah ne seront jamais corrompus.

On ne doit pas s’écarter de la pureté de l’Islam ni aller dans les extrêmes.

Les Musulmans doivent adorer Allah [swt], appliquer les cinq prières quotidiennes, observer le jeûne du mois de Ramadan, et suivre les recommandations du Messager d’Allah [pbsl]. Ceux qui se conforment à ces règles entreront incha Allah au Paradis. 

2011-09-06 13:31:09

Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top