HARUNYAHYA.FRhttp://harunyahya.frharunyahya.fr - Articles - Récemment ajouté frCopyright (C) 1994 harunyahya.fr 1HARUNYAHYA.FRhttp://harunyahya.frhttp://harunyahya.com/assets/images/hy_muhur.png11666La crise du Qatar et la responsabilité des Musulmans

A partir de la seconde moitié du 19ème siècle, le monde musulman s'est noyé dans quantité de dissensions et de tumultes. Au cours de ces 150 dernières années, l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient ainsi que les régions près de l'Orient, ont été ravagés par des myriades de révolutions, de guerres civiles, de conflits et d'invasions. Des millions d'hommes et de femmes musulmans de tout âge sont tombés en martyrs dans ce paysage violent tandis que d'autres millions encore ont essayé de se cramponner à la vie en exile, dans des camps de réfugiés, des cités dévastées ou encore des maisons abandonnées.

Dans cette période sombre, des Arabes aux Kurdes en passant par les Berbères, les Turkmènes, les Azerbaïdjanais, les Afghans, les Iraniens et les Pakistanais, d'innombrables innocents de toutes les nations ont perdu leur vie dans ces conflits entre frères. Rien que dans la seconde moitié du 20ème siècle, plus de 10 millions de Musulmans sont tombés en martyrs par des balles tirées par d'autres Musulmans. Tandis que le monde musulman était dans une profonde affliction à cause de ses pertes, ceux qui ont manigancé ces fléaux se sont développés économiquement et politiquement, les permettant ainsi d'étendre leur influence sur les Musulmans.

Au début du 21ème siècle, le terrorisme a alimenté le brasier, déjà violent, du tumulte. Aujourd'hui, les Musulmans bombardent quotidiennement les mosquées en Irak, en Syrie, au Yémen, en Egypte et en Lybie ; les attentats suicides sèment le carnage dans les marchés, les bazars, les écoles, les hôpitaux et dans les rues. Un brouillard de tumultes et de dissensions qui n'a pas son pareil dans les 1400 années de l'histoire islamique a fait irruption dans la communauté musulmane. Le monde musulman est en train de souffrir d'un manque sévère de clairvoyance. Les politiciens, les hommes d'état, les militaires, les intellectuels, les leaders d'opinion et les chefs religieux se traînent les pieds pour ce qui est de limiter l'ampleur du tumulte. Les réunions au sommet à propos de l'établissement de la paix restent sans effets.

Les supplications des Musulmans chagrinés sont noyées dans le vacarme des dissensions et d'autre part, les désastres touchant le monde islamique s'aggravent de jour en jour, frappant toujours plus de Musulmans.

Aujourd'hui, la Lybie, la Syrie, le Yémen, l'Iraq et l'Afghanistan sont en proie à des conflits civils tandis que le terrorisme est devenu partie intégrante du quotidien en Egypte, au Liban, au Pakistan et en Algérie. Quant à la Palestine, elle est toujours divisée en deux.

Les médias occidentaux nous présentent chaque jour de nouvelles cartes sur lesquelles se trouvent un Iran et une Arabie Saoudite divisés. Dans un milieu turbulent tel que celui-ci, les Musulmans devraient être dans l'obligation de donner la priorité à leurs points communs plutôt qu'à leurs différences et promouvoir l'unité plutôt que le conflit. La péninsule arabique est déjà en proie à la dissidence à l'Ouest, au Nord et au Sud et dernièrement, une autre étape a été franchie pour ce qui est de semer le désordre à l'Est aussi.

Avec, d'une part, l'Egypte, l'Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis, le Yémen, la Libye et les Maldives et, d'autre part, avec le Qatar, une nouvelle division est en train de se dessiner parmi les pays de ces régions.

La dissension la plus récente a eu lieu avant l'aïd el-Fitr (la fête de la rupture du jeûne) par le boycott du Qatar par sept pays. Le Qatar a été invité à fermer ses ambassades et à récupérer les citoyens qatariens de ces pays. Le seul pays limitrophe du Qatar qu'est l'Arabie Saoudite a fermé ses frontières, une décision qui a empêché la fourniture de nourriture et de secours d'urgence dans le pays. Ces sanctions sévères ont été suivies par un ultimatum exigeant l'accomplissement d'une liste de lourdes demandes. Parmi ces demandes avec lesquels aucun état souverain ne serait jamais d'accord, la fermeture d’organisations médiatiques basées au Qatar et l'arrêt d'alliances militaires. A la fin des dix jours donnés au Qatar pour satisfaire aux exigences, le pays a répondu en rejetant catégoriquement l'ultimatum. La réunion au Caire n'a rien changé ; le ministre saoudien des Affaires étrangères a déclaré que la sanction continuera tant que l'administration qatarienne n'aurait pas satisfait les demandes.

Ces évènements peuvent provoquer un soulèvement de tensions et ouvrir la porte à la possibilité d'activités militaires qui pourrait submerger l'ouest de la Péninsule Arabique et de l'Iran sur l'autre rivage du golfe. Les pays imposant le boycott comme l’Arabie Saoudite, le Bahreïn et les Émirats Arabes Unis sont des pays sunnites avoisinant le Golfe Persique au-delà duquel se situe l'Iran chiite. De même, sur la côte nord du Golfe se situe Basra, la région majoritairement chiite de l'Irak. Il sera difficile de faire des prédictions sur les conséquences probables d'une tension grandissante dans la région entre les sunnites et les chiites.

De plus, la région du Golfe s’étend sur deux-tiers des réserves pétrolières mondiales et un-tiers des réserves de gaz naturel mondial : le Détroit d'Ormuz, le passage unique du Golfe vers la haute mer, est aussi la seule passerelle pour les exportations pétrolières du Koweït, de l'Irak, de l'Iran, de l'Arabie Saoudite et du Bahreïn. 40% du commerce pétrolier mondial passe par le Détroit d'Ormuz. La mise en danger de cette route mènera aussi à la participation de la communauté internationale dans la crise. Aujourd'hui, la Méditerranée est devenue pratiquement une zone de guerre navale. De la même façon, les porte-avions, les contre-torpilleurs, les missiles terrestres et maritimes ou les avions de guerre qui inondent le Golfe Persique rapprochent la région d'une guerre totale. Les conséquences de cette guerre, si elle venait à se produire, défient l'imagination.

Aujourd'hui, ceux qui profitent de ces rapports tendus ne sont en aucun cas les Musulmans. Tout au contraire, cette situation créera de nouveaux schismes dans le monde islamique qui ne servira que les intérêts de certains groupes puissants. L'Irak, le Koweït, la Turquie, l'Iran et l'Oman n'ont pas pris part au boycott du Qatar, préférant rester neutre dans la région. Cependant, rester silencieux n'est pas une solution.

En ce sens, les efforts de conciliation du Koweït et de la Turquie sont d'une importance capitale ; les autres pays de cette région doivent aussi absolument participer à ces efforts. Tandis que le Cheick Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, l'émir du Koweït, a déclaré que la résolution des conflits entre les Etats du Golfe est un devoir indispensable, la Turquie est intervenue directement après le début de la crise en menant les négociations diplomatiques nécessaires et en envoyant de la nourriture au Qatar empêchant ainsi aux dimensions humanitaires et politiques de la crise de s'aggraver.

Al-Sabah, le Ministre des Affaires étrangères koweïtien a lancé un appel au dialogue pour la résolution de la crise tout en mettant l'accent sur le fait que les conflits entre les Musulmans devraient absolument être abordés dans l'unité et "sous le parapluie du Golfe", autrement dit, entre eux. Les paroles qu'Al-Sabah a prononcées dans le but de servir de médiateur entre les deux côtés sont vraiment dignes de louanges, il dit : "Nos frères qatariens sont prêt à comprendre la réalité des scrupules et des préoccupations de leurs frères et de tenir compte de leur noble tâche pour améliorer la sécurité et la stabilité". Il est crucial que les gouvernements turc et koweïtien réalisent un signe islamique majeur en jouant un rôle de réconciliation dans la crise.

Ceci est un acte qui devrait être soutenu, apprécié et prié pour son succès.

Les Musulmans ne peuvent ramener la paix et la sérénité dans le monde que s'ils maintiennent des relations amicales et joignent leurs forces plutôt que de provoquer des animosités entre eux. Par-dessus tout, en agissant ainsi, ils accompliront aussi leurs obligations coraniques. La division des Musulmans n'est qu'un piège et tomber dans ce piège a toujours couté chère aux Musulmans et a toujours abouti à la violence et au carnage. La communauté musulmane devrait se rendre compte qu'elle est poussée dans ce piège et devrait aussi rechercher des moyens d'atteindre l'unité et non pas la séparation.

Eurasia Review & Nepal24Hours.com :

http://www.eurasiareview.com/21072017-qatar-crisis-and-muslims-responsibility-oped/

https://www.nepal24hours.com/qatar-crisis-muslims-responsibility-oped/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/255766/la-crise-du-qatar-ethttp://harunyahya.fr/fr/Articles/255766/la-crise-du-qatar-ethttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/eurasia_review_adnan_oktar_Qatar_crisis_and_Muslims_responsibility2.jpgSun, 20 Aug 2017 17:01:21 +0300
Pourquoi il est incorrect d'opposer le croissant de lune contre la croix dans une guerre sainte

Les lieux de culte sont sous protection comme dit dans le Coran. Il est interdit dans l'Islam de nuire aux prêtres et aux Chrétiens. Par conséquent, essayer d'alimenter l'hostilité contre les Chrétiens ou de provoquer un combat entre le croissant de lune et la croix est en complète opposition avec la Coran.

Malheureusement, le fanatisme qui s'est développé au sein de l'Islam cause de tel crime de haine. Par conséquent, il est important de faire la distinction entre l'Islam basé seulement sur le Coran et le fanatisme qui dénature le Coran en faisant appel à des paroles faussement attribués au Prophète Mohammed (pbsl) ainsi qu'à d'autres livres islamiques additionnels qui consistent en fatwas (décrets) faits par des savants religieux.

Le complot contre les Chrétiens et les Musulmans

Le Prophète Muhammad (pbsl) nous montre comment doit être l'approche des Musulmans envers les Chrétiens. En 628 après Jésus-Christ, quand une délégation du Monastère de St-Catherine vint à lui pour demander protection, il les accorda une charte des droits connu sous le nom de Ashtiname et il ordonna aux Musulmans d'y obéir jusqu'au jour du jugement dernier.

Malheureusement, dans le monde d'aujourd'hui, certains penseurs occidentaux ont encouragé l'idée d'extrémisme pour créer un modèle de l'Islam misérable totalement opposé à la science, l'art, la beauté, l'esthétique, la sculpture, la musique, etc.

Par exemple, "le choc des civilisations" et "l'ère des guerres musulmanes" de Samuel Huntington ne sont rien de plus que des promotions d'un fanatisme qui ouvriront la voie à l'élimination de l'Islam. Les arguments incitent à commencer une guerre mondiale et à détourner le monde entier des croyances religieuses. A travers cette idéologie extrémiste, la haine contre les Chrétiens est inculquée parmi les partisans de cette idéologie et ils sont prêts à éliminer les Chrétiens. En effet, l'athéisme s'est propagé partout en Europe et il ne reste qu'un faible nombre de Chrétiens et, avec le prétexte de la guerre entre la croix et le croissant de lune, ces conspirateurs essayent de les éliminer. Le pianiste français de renom, Stephane Blet, a parlé de ce risque en disant que les médias sont en train d'être utilisés intentionnellement pour rendre les Européens craintifs vis-à-vis de l'Islam et que certains cercles essayent de provoquer une guerre entre les Chrétiens et les Musulmans.

Par conséquent, les Chrétiens et les Musulmans devraient unir leur force pour déjouer ces complots et pour lutter ensemble contre les idéologies irréligieuses. Laisser entendre qu'il y a une guerre entre la croix et le croissant de lune serait une grave erreur car il n'y a qu'une lutte entre les croyants et les incroyants.

Exemples de persécution de la population chrétienne

En relation avec ce complot, les minorités chrétiennes dans les pays musulmans comme la Somalie, l'Afghanistan, le Pakistan, le Nigeria et le Kenya, sont persécutées. Le nombre d'habitants chrétiens au Moyen-Orient diminue considérablement, la population a diminué de 20% à 3-4% en un siècle. Selon le Département d'État américain, les Chrétiens sont maltraités dans plus de 60 pays tant par leur gouvernement que par leurs voisins à cause de leur foi. Comme mentionné dans l'étude de l'Open Doors : chaque mois, 322 Chrétiens sont assassinés, 214 églises ou propriétés chrétiennes sont détruites et 772 attaques violentes sont perpétrées contre les Chrétiens.

En Egypte, des Chrétiens coptes ont été pris pour cible pendant qu'ils allaient au monastère et, au moins 28 Chrétiens, dont la plupart était des enfants, ont été tués et des douzaines de plus était blessées. L'attaque du dimanche des rameaux du 9 avril 2017 – encore en Egypte – qui a entraîné la mort de 43 personnes est survenue peu de temps après le massacre de 25 Chrétiens coptes lors d'un attentat à la bombe dans une cathédrale pendant Noël dernier, les deux attentats étant perpétrés par Daech. Selon un groupe de réflexion américain, le nombre d'attaque contre les coptes est porté à 26 en 2017 avec un total de 88 personnes tuées. Cependant, l'Egypte n'est pas le seul endroit où les Chrétiens coptes sont discriminés, des années de départ massif ont laissé un peu plus d'un million de Chrétiens coptes avec seulement 100 églises à travers le monde. En Syrie aussi, durant les cinq ans de conflit, la population chrétienne a diminué de 1,5 million à 500.000.

Tuer les Chrétiens n'est pas une guerre sainte

Ces attaques violentes sont basées sur des discours de haine mentionnés dans des faux hadiths qui existent dans des livres d'interprétation consistant en fausses pratiques islamiques et en fatwas (décrets). Ces actes de violence sont complétement idéologiques comme on peut le constater dans les attaques terroristes à Stockholm et au marché de Noël de Berlin à la fin de l'année passée. Dans les deux cas, les fanatiques ont pris pour cible des Chrétiens innocents seulement à cause de leur foi.

La vérité est tout à fait le contraire de cela dans le Coran. Cependant, une personne malintentionnée peut mettre en avant certains versets du Coran en rapport avec la guerre pour justifier cette violence mais il est important de rappeler que ces versets font référence à une guerre se déroulant à un moment bien déterminé quand il y avait une oppression sévère envers les Musulmans. Ces versets renvoient à une période particulière où il a été donné aux croyants le droit de se défendre. De nos jours et conformément au droit international, le droit de se défendre est un droit accordé à tout individu sous oppression ou aux états modernes qui sont attaqués.

Pourtant les faux hadiths affirment que les Musulmans ont le droit de tuer même des femmes et des enfants, ce que le Coran interdit formellement. Le Prophète Muhammad (pbsl) n'ordonnerait jamais d'exécuter des innocents. Par conséquent, il est important pour les pays d'immobiliser ces livres contenant des hadiths sur le meurtre ou la haine s'ils veulent éviter le terrorisme. Ce sera la bonne façon de lutter contre Daech, Al-Qaeda et les Talibans. De plus, les états musulmans devraient intervenir dans cette situation extrêmement grave en mettant l'accent sur le fait que ces hadiths ne sont rien que des superstitions et que les croyants ne sont responsable que par rapport au Coran.

Le concept du fanatisme est sombre et accable les gens. Les gens capturés par ces ténèbres pensent qu'ils sont forcés à vivre dedans. Ensuite, ils voient la lumière qui brille dans leurs yeux et croient qu'ils ne peuvent s'y accoutumer. Mais ce n'est pas vrai, ils s'habitueront à vivre dans la lumière

Egyptian Streets :

https://egyptianstreets.com/2017/06/09/why-pitting-the-cross-vs-the-crescent-in-a-holy-war-is-wrong/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/255765/pourquoi-il-est-incorrect-dopposerhttp://harunyahya.fr/fr/Articles/255765/pourquoi-il-est-incorrect-dopposerhttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/egyptian_streers_adnan_oktar_why_pitting_the_cross_vs_the_crescent_in_a_holy_war_is_wrong2.jpgSun, 20 Aug 2017 16:55:35 +0300
Savez-vous qu'un enfant meurt toutes les six heures en Syrie ?

"En 2016, toutes les six heures, un enfant meurt ou est sévèrement blessé en Syrie... chiffre spectaculaire. Mais ce ne sont là que les chiffres que nous avons été en mesure de vérifier. Nous supposons que le nombre d'enfant victime est en réalité bien plus grand."

Geert Cappelaere, directeur régional de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord

Une des seules choses dans ce monde sur laquelle tout le monde sera d'accord est qu'aucune atteinte ne devrait être portée aux enfants. Il est évident qu'ils doivent être heureux, en sécurité et bien surveillés car les enfants sont les ornements de ce monde. Ils sont les membres purs, innocents et inconditionnellement adorables de notre civilisation.

De nos jours malheureusement, d'innombrables guerres et de conflits font de notre monde un endroit difficile à vivre et les enfants sont les premiers à en souffrir.

Par exemple, en Syrie, 7,5 millions d'enfants ont grandi en ne connaissant rien d'autre que la guerre. Pendant ces six dernières années, ils se sont réveillés et endormis aux sons des bombes, de la mort et de la souffrance. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, la guerre civile syrienne a couté la vie de presque 14.000 enfants, un chiffre qui a augmenté après la participation des pouvoirs étrangers. De plus, environ 2,4 millions de garçons et de filles syriens doivent supporter la douleur et le stress de vivre dans des pays étrangers où ils ne sont pas désirés.

Ces enfants ont vécu tellement de moments difficiles ; deux enfants syriens sur trois ont souffert de pertes de guerre. Parfois, c'est un être cher ou alors c'est leur maison bombardée ou encore ils sont eux-mêmes blessés. Il n'est donc pas surprenant de voir que 50% d'enfants syriens ne sont plus à l'école, autrement dit, la moitié de toute une génération future d'un pays manque la possibilité d'un développement social et d'un avenir durable. De plus, un de ces enfants sur quatre a le risque de développer des graves troubles de santé mentales.


Mohammed, 14 ans, doit travailler dans un atelier de réparation pour aider sa famille. Pendant que beaucoup d'enfants de son âge demandent à avoir des smartphones et des consoles de jeux, il dit "ce que je voudrais le plus c'est de pouvoir quitter ce travail et de retourner à l'école".

Imaginez le malaise que vous ressentez quand vous voyez une nouvelle particulièrement horrible à la télévision. Vous l'éteindriez ou détourneriez vos yeux. Ces enfants doivent vivre quotidiennement avec des choses qui sont probablement pire et ils en sont parfois la cible. Regardons par exemple ce qu'il est arrivé à Majed, 13 ans. Son ami Omar et lui jouaient dans un parc public à l'est d'Alep. Ça faisait deux semaines qu'un cessez-le-feu avait été signé et tant bien que mal, ils se sentaient plus en sécurité. Majed se rappelle avoir vu un étrange objet métallique enterré dans le sable. Quand il a marché dessus, ça a explosé. Il explique "j'ai été projeté dans les airs mais je n'ai jamais perdu connaissance. J'étais inquiet à propos d'Omar, je ne savais pas comment l'aider".

Son ami Omar était mort, Majed a survécu avec plusieurs blessures sur son visage et une partie de ses intestins a dû être enlevée. Il a, toutefois, besoin d'aide pour se lever et pour marcher.

Même les hôpitaux et les écoles ne sont pas épargnés. Par exemple, en novembre 2016, une attaque aérienne a frappé un hôpital pour enfants à Alep et le personnel a dû évacuer les patients, y compris des bébés qui étaient toujours dans leur incubateur.

En plus de toutes ces difficultés, le pays n'a plus aucune infrastructure et le manque de services de santé a des implications particulièrement difficiles pour le malade et le blessé. Aujourd'hui, 95% de la population syrienne ne peut pas avoir accès à des services médicaux décents. Imaginez-vous blessé et n'ayant pas un médecin à vos côtés pour pouvoir être soigné ou de médecin n'ayant pas d'anesthésie pendant qu'il vous soigne ou d'antibiotique pour s'assurer contre un risque d'infection éventuel. Ce ne sont là que certains des problèmes avec lesquels les Syriens doivent vivre quotidiennement et les enfants doivent y faire face tout comme les adultes.

Comme mentionné auparavant, la plupart des enfants ne vont pas à l'école et travaillent généralement dans des emplois qui sont trop durs pour eux. Ils sont fréquemment sujets au harcèlement, à l'exploitation sexuelle ainsi qu'à des mauvais traitements. Les enfants soldats sont aussi en hausse dans le pays et les études indiquent que des enfants mineurs sont utilisés dans les fonctions les plus atroces comme l'exécution ou comme gardien de prison.

Malgré tout ça, la majorité du monde choisit de fermer les yeux sur la situation du peuple syrien. Les pays voisins comme la Turquie, le Liban, la Jordanie, l'Irak et l'Egypte ont généreusement accueilli les réfugiés syriens malgré les limites de leurs propres ressources.

Et maintenant, les bonnes personnes du monde s'unissent et travaillent dur pour réveiller le monde sur la situation critique de ces êtres humains. Par exemple, les Chrétiens pieux s'appellent les uns les autres pour surmonter leur crainte de l'inconnu, la crainte qu'il pourrait y avoir des terroristes parmi les réfugiés.

Jésus a appelé ses disciples à agir : "Mais je vous dis, à vous qui m'écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent" (Luc 6 : 27-32). Les réfugiés syriens ne sont évidemment pas nos ennemis. Ils ne nous haïssent pas. Mais même si nous pensons qu'ils le sont, Jésus nous dit de les aimer.

Jésus nous montre un chemin différent. Il nous demande d'aimer nos voisins même s'il peut y avoir des ennemis parmi eux.

Il n'y a aucun doute que ces jours passeront et que le peuple syrien n'aura plus besoin de notre aide. Mais quand ce moment arrivera, il y aura une question en suspens pour tout le monde : "Ai-je fait ce que je pouvais quand ils avaient besoin de moi ou suis-je seulement resté assis à ne penser qu'à moi-même ?"

Al Bilad & Only Kashmir:

http://onlykashmir.in/a-child-dies-every-six-hours-in-syria/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/255715/savez-vous-quun-enfant-meurthttp://harunyahya.fr/fr/Articles/255715/savez-vous-quun-enfant-meurthttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/al_bilad_adnan_oktar_did_you_know_a_child_dies_every_six_hours_in_Syria_2.jpgSun, 20 Aug 2017 01:31:36 +0300
L'Islam et le piège du fanatisme

Ces derniers temps, des sujets tels que "l'Islam moderne" et "l'Islam et le modernisme" ont été fréquemment discutés dans le monde islamique. Quand les gens examinent ces sujets de plus près, il en ressort clairement que l'Islam nous présente, tant historiquement que dans le futur, la conception la plus moderne de la vie ainsi que le modèle social parfait pour toute personne.

Tout d'abord, l'Islam moderne n'est pas l'adaptation de l'Islam à la mentalité, au mode de vie ou à la conception de la morale et des valeurs sociales d'une époque particulière. Ce n'est pas non plus le détournement de la morale de l'essence de la religion islamique.

L'Islam moderne n'est pas la prétendue interprétation de l'Islam empreint de philosophies superstitieuses comme le socialisme, le communisme, le matérialisme ou le darwinisme, mis en place par des personnes atteintes d'un complexe d'infériorité qui ne peuvent comprendre la grandeur de l'Islam. L'Islam moderne n'est pas non plus l'effort d'intégrer divers concepts culturels dégénérés et de valeurs morales tordues, comme l'homosexualité, dans l'Islam en qualifiant ces perversions de moderne.

L'Islam moderne définit le fait que l'Islam basé uniquement sur le Coran, libre de toutes superstitions et de bigoteries, enseigne un concept de la modernité qui est bien au-delà de la perception et de la compréhension de la plupart des gens ou des sociétés. L'Islam moderne est le système parfait qui émergera quand les gens vivront dans la sincérité après avoir compris le sens le plus juste du Coran. C'est l'application authentique de la démocratie et de la liberté.

L'Islam moderne est l'Islam vécu selon le Prophète (pbsl) et ses compagnons. L'époque à laquelle ces personnes bénies ont vécu était une période où la liberté, la liberté de penser, la démocratie, la justice et les droits de l'homme étaient pratiqués à la perfection. C'était une période où le bonheur, le confort, l'honnêteté et la sincérité prévalaient et où l'Islam au sens vrai du terme était la manière de vivre la plus confortable, la plus facile et la plus plaisante. Si l'envoyé de Dieu habitait à notre époque, nul doute qu'il aurait été l'homme le plus moderne de notre temps et le plus beau modèle de religiosité moderne.

La modernité d'une personne ne se mesure pas avec des biens matériels. La modernité signifie qu'une personne est la plus convenable, la plus imitée, la plus aimée, dans des points comme la moralité, la raison, la culture, la compréhension, la conscience, l'attention, les manières, le comportement, la personnalité, la mode, l'art et l'amour.

Il est évident que la compréhension de la religion, le mode de pensée et le style de vie prévalant dans la majeure partie du monde islamique contemporain n'ont malheureusement aucun rapport avec le modèle décrit plus haut. En fait, quand l'Islam est mentionné, un système entièrement contre la modernité, la qualité, l'esthétique, l'art, la science et la liberté vient à l'esprit dans le monde occidental.

La seule raison de cette image négative réside dans le fait que la majorité des Musulmans ne suivent pas l'Islam mentionné dans le Coran mais plutôt la religion du fanatisme remplie de superstitions et de pratiques datées sans aucun rapport avec le Coran et pourtant pratiquée au nom de l'Islam. Les croyances, les règles, les coutumes et traditions des cultures tribales des périodes passées définissent la base sociale, culturelle et morale de ce système fanatique. Ce système superstitieux, qui peut aussi être appelé "la religion des ancêtres" et qui est sévèrement condamné dans beaucoup de versets dans le Coran est malheureusement reconnu aujourd'hui comme la vraie religion islamique parmi la majorité des Musulmans et le monde occidental.

Les femmes sont les plus importantes victimes des cultures tribales et elles ont été sujettes aux plus fortes sanctions, oppressions, interdictions et privations résultant de ce fanatisme. Le fait que les femmes sont considérées comme des êtres humains de seconde classe, qu'elles sont victimes de violence domestique et extérieure, exclues de la vie sociale, considérées comme la propriété de leur mari ou de leur famille, forcées à se marier comme une marchandise, privées de beaucoup de droits humanitaires et de libertés comme l'éducation et les voyages et qu'elles deviennent victimes des crimes d'honneur ou tuées par lapidation sont tous les produits d'une mentalité tordue qui est héritée d'un ordre tribal dominé par les mâles. Toutes ces pratiques sont inhumaines et brutales et vont à l'encontre des enseignements coraniques.

Les crimes d'honneur, qui sont commis toutes les 90 minutes dans le monde islamique, sont considérés comme un acte juste et ne sont pas soumis à des sanctions légales. Dans les pays où les crimes d'honneur sont les plus répandus et considérés comme pratiquement légaux, plus de 1000 crimes d'honneur sont dissimulés et laissés impunis chaque année.

Tandis qu'une compréhension fanatique de l'Islam essaye de rendre acceptable le fait de rendre les femmes semblables aux hommes en les laissant négligées et en mauvaise santé, le Messager de Dieu (pbsl) a fortement interdit aux femmes de ressembler aux hommes et aux hommes de ressembler aux femmes et a toujours conseillé aux femmes d'être soignées. A cette époque, les femmes musulmanes teignaient leurs cheveux et utilisaient du maquillage avec des substances comme le henné et un mélange à base de safran.

La seule raison qui tient certains Musulmans si éloignés des possibilités et des belles choses qu'une civilisation contemporaine peut offrir réside dans le fait qu'ils ont abandonné le Coran et sont tombés sous l'emprise du fanatisme. En vivant selon une représentation artificielle de l'Islam, ces gens ont tourné le dos à la modernité, la liberté, la prospérité, la qualité, la science, l'art et l'esthétique, la peinture, la musique, la sculpture et, en plus, sont devenus soumis à toute sorte d'exploitation, de souffrance, de pauvreté et de désastre.

La plus grande raison qu'ont le monde occidental et les puissances mondiales de considérer l'Islam comme une menace à leur culture et leur civilisation est due au fanatisme qui va à l'encontre du Coran. La raison de l'émergence de concepts comme "l'islamophobie" découle de la peur et de l'aversion face au radicalisme, à la sauvagerie et à la violence qui sont des produits du fanatisme.

Le retour à l'essence de l'Islam, c'est-à-dire à une religion pure et vraie basée seulement sur le Coran, sera la clé du salut, de la paix, du bonheur et de la sécurité tant dans le monde musulman que dans le monde entier. Ceci n'est possible qu'à travers l'éducation. Pour réaliser ceci, il est crucial de renforcer l'enseignement basé sur le Coran. Les Musulmans raisonnables devraient aussi faire des efforts dans la réalisation de travaux scientifiques visant à instruire les gens. Ceci est le seul moyen de mettre un terme à  la bigoterie, à la colère et à la brutalité qui proviennent du fanatisme.

Egyptian Streets:

https://egyptianstreets.com/2017/07/19/islam-and-the-trap-of-bigotry/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/255612/lislam-et-le-piege-duhttp://harunyahya.fr/fr/Articles/255612/lislam-et-le-piege-duhttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/egyptian_streets_adnan_oktar_Islam_and_the_trap_of_bigotry2.jpgTue, 15 Aug 2017 18:32:07 +0300
Les nouvelles de la presse mondiale : « Adnan Oktar a gagné sa lutte contre la théorie de l'évolution »De l’Italie à l’Indonésie, de la Grande-Bretagne à l’Arabie Saoudite, les plus importants journaux du monde ont parlé du succès des travaux anti-évolutionnistes d’Adnan Oktar (Harun Yahya) qu’il réalise intellectuellement depuis 30 ans. Toutes les nouvelles ont conclu qu’il avait gagné cette lutte. 

The Daily Telegraph a fait la manchette, « La Turquie met fin à l’enseignement de la théorie de l’évolution à l’école primaire ».

« Adnan Oktar, un éminent créationniste turc, a mené une croisade contre l’enseignement de l’évolution, affirmant que la théorie est une invention européenne développée pour détruire l’Islam ».

On lisait également des nouvelles telles que : « Le Coran, comme la Bible, enseigne qu’Adam et Eve étaient les premiers humains. Dieu dit avoir créé Adam d’argile et puis formé de celui-ci, Eve, également connue sous le nom de Havva ».

Pikaia, le célèbre site internet athée et communiste basé en Italie, a mis le titre : « La Turquie dit au revoir à Darwin ». Le rapport de nouvelles décrit les développements anti-évolutionnistes auxquels Adnan Oktar a contribué depuis 2008 - au cours des dix dernières années - en Turquie : l’interdiction du site internet de Richard Dawkin, la distribution de l’Atlas de la Création en Europe, la conférence anti-évolutionniste tenue à Milano. Le rapport de nouvelles présentait également une vidéo d’Alpaslan Durmuş, responsable du programme scolaire pour le Ministère de l’Éducation, dans laquelle il a annoncé que la théorie de Darwin sera retirée des programmes scolaires de l’école primaire.

Suite à la couverture des nouvelles, Pikaia a rapporté une autre nouvelle intitulée « La Turquie a exclu l’évolution du programme scolaire ».

Le rapport indique que « Harun Yahya sera très heureux de cette nouvelle ». Il poursuit en affirmant que ses efforts ont permis la distribution du livre « Atlas de la Création » à la moitié du monde et l’exclusion de la théorie de l’évolution des programmes scolaires. Il mentionne également que ses efforts ont conduit à la fermeture de divers sites scientifiques pro-évolutifs en Turquie, notamment à celui de Richard Dawkins.

Le retrait de la théorie de l’évolution du programme scolaire en Turquie a ainsi fait le titre dans Skalanews [Indonésie] :

« Le combat du savant turc Harun Yahya contre la théorie de l’évolution a donné des résultats. Le Ministère turc de l’Education n’inclura plus la théorie de l’évolution dans le programme scolaire. La théorie est exclue car elle n’est pas scientifiquement prouvée et est contre les enseignements de l’Islam ».

La version d’Asharq Al Awsat d’Arabie Saoudite, l’un des trois principaux journaux du monde arabe publié sur trois continents, a donné place à un rapport d’information avec le titre : « Harun Yahya a gagné sa lutte contre la théorie de l'évolution ».

Les nouvelles connexes sont les suivantes : « La théorie de l’évolution a été attaquée par Adnan Oktar [Harun Yahya], connu pour être proche du parti AK et pour avoir un fort pouvoir sur le monde des affaires et sur de nombreux aspects médiatiques. Adnan Oktar a ses propres émissions télévisées sur A9 TV, en présence de femmes portant des vêtements légers et bien maquillées et d’un groupe de jeunes. Adnan Oktar vit dans une villa luxueuse et a beaucoup de maisons et de villas dans les endroits les plus prestigieux d’Istanbul ».

La nouvelle poursuit ainsi :

« Selon Oktar, Darwin dit un mensonge et il n’y a pas de processus appelé processus d’évolution. Il dit qu’il accordera trois millions de dollars à quiconque apporte une preuve validant la théorie de l’évolution.

Adnan Oktar a une grande influence à la fois sur la société turque et à l’étranger. Il semble qu’il a gagné sa lutte en jouant un rôle déterminant dans le retrait officiel de la théorie de l’évolution du programme scolaire. Il dit que ses livres anti-évolution tels que L’effondrement de la théorie de l’évolution en 20 questions ont contribué à cela. »

L’article publié dans Haaretz, l’un des quotidiens les plus anciens d’Israël dont les éditoriaux ont sans doute une influence notable sur les dirigeants gouvernementaux, intitulé « Par rapport aux États-Unis, les créationnistes sont bien en avant dans les écoles turques », se lisait comme suit :

« En 2006, le livre intitulé « Atlas de la Création », imprimé sur du papier de première qualité, est parvenu à de nombreuses écoles turques avec la revendication de réfuter la notion d’évolution par la sélection naturelle. Il a bravement attiré l’attention sur les registres fossiles pour affirmer que la création est l’œuvre de Dieu. En outre, le livre a fait valoir que l’évolution est également responsable des doctrines anti-islamiques et destructrices telles que le nazisme et le communisme ».

L’article note aussi :

« Quelques années plus tard, Adnan Oktar, un ardent défenseur du créationnisme islamique et auteur de l’Atlas de la Création sous le pseudonyme de Harun Yahya, avait fait fermer les sites Internet d’évolutionnistes bien connus, Richard Dawkins en particulier, aux motifs de diffamation blasphématoire ».

La célèbre revue scientifique WIRED, sur son site Internet italien, a rapporté un article de nouvelle intitulé « Quels risques prenons-nous à ne pas enseigner l’évolution comme poursuivi par la Turquie ? » et a écrit : « La Turquie essaie d’exclure la théorie de l’évolution des programmes du lycée. Ce n’est pas la première tentative de désavouement de Darwin », tout en abordant l’impact des livres d’Adnan Oktar à cet égard.

L’article a également noté : « En 2008, le site Internet de l’évolutionniste Richard Dawkins a été fermé après qu’Adnan Oktar, l’auteur de « Atlas de la Création », également connu sous le nom de Harun Yahya, ait proclamé qu’il commettait une diffamation blasphématoire. Par la suite, l’image de Darwin, qui devrait être utilisée sur la couverture, a été retirée de la couverture d’un magazine scientifique populaire ».

Le Sargasso, un site Internet, basé aux Pays-Bas, a rapporté les nouvelles suivantes :

« Lorsque les mots « Turquie » et « évolution » sont mentionnés, c’est le nom d’Adnan Oktar qui vient à l’esprit. À partir de l’année prochaine, les élèves des écoles secondaires n’entendront plus parler de la théorie de l’évolution en Turquie. Le nom d’Adnan Oktar est le premier mot qui vient à l’esprit quand les mots « Turquie » et « créationnisme » sont prononcés. En Occident, Adnan Oktar est connu comme l’auteur qui, il y a environ dix ans, a envoyé un livre anti-évolution épais et agréable portant le nom « Atlas de Création » à des milliers de politiciens, d’écoles et de noms éminents en Europe. De nombreux créationnistes américains ont fait l’éloge de ce livre, déclarant qu’il est plein d’informations. Adnan Oktar a une émission quotidienne de trois heures sur la chaîne A9 TV, où participent des dames bien soignées appelées « chattes », qui constituent un modèle pour les femmes turques. Les dames bien soignées de M. Oktar seront-elles un modèle pour les femmes turques modernes ? C’est très probable ».

Un autre rapport d’information concernant l’exclusion du darwinisme des écoles turques nous est parvenu de Norvège. Les nouvelles intitulées « Ils répandent leurs idées dans les manuels scolaires » présentées dans Dagsavisen, un journal norvégien basé à Oslo, connu pour son affiliation au Parti des travailleurs norvégiens, a écrit ce qui suit :

« Le créationniste musulman turc connu pour son travail anti-darwiniste gagne de plus en plus de terrain au sein des immigrés en Europe.

Tenant des discussions religieuses lors de son émission télévisée, l’étendue de la popularité d’Adnan Oktar ne se limite pas à la Turquie. Ses idées ont dépassé les frontières nationales - les idées créationnistes d’Oktar sont particulièrement appréciées par les immigrés du Moyen-Orient résidant en Europe. Il y a 10 ans, il a envoyé des copies de son propre ouvrage, un livre intitulé « Atlas de la Création », aux écoles en Europe qui a suscité un débat. Hans Henrik Hjermitslev, chercheur dans le Département de la religion et de la science de l’Université du Danemark du Sud, note qu’Oktar reste le bastion du créationnisme musulman et ajoute :

« Son mouvement est bien financé. Ses points de vue trouvent un soutien parmi les jeunes et éduqués en Europe », explique Hjermitslev, machaAllah.

Une autre nouvelle a fait la couverture sur le site d’une radio allemande nommée Deutshcland Funk.

La nouvelle, qui présente une grande image de l’édition allemande du livre « Atlas de la Création », a écrit :

« Selon une recherche menée par l’Université technique de Dortmund, 15% des étudiants de Lehramt rejettent la théorie de l’évolution. Ils s’opposent à la doctrine de la théorie de l’évolution enseignée dans les écoles, tout comme l’écrivain musulman Adnan Oktar critique la théorie de l’évolution dans son livre « Atlas de la Création ».

De Standaard, un quotidien belge affilié au Parti démocrate chrétien flamand rapporte :

Le livre de Harun Yahya, « Atlas de la Création », a eu un succès incroyable et a entraîné des changements dans le monde entier. En Turquie, la théorie de l’évolution a été exclue du programme scolaire, y compris des écoles secondaires, car elle est trop compliquée pour les élèves. En Flandre, la région néerlandophone de la Belgique, il y a un argument fort répandu sur Facebook qui suggère que l’Homme ne descend pas des singes ».

The Dominion Post, basé à Wellington, la capitale de la Nouvelle-Zélande, a publié un article intitulé « Quand la théorie de l’évolution rencontre l’Islam radical ». L’article a écrit :

« Selon les sondages, la théorie de Darwin est largement adoptée dans les pays occidentaux alors que la majorité en Turquie ne croit pas en l’évolution.

L’anti-évolutionnisme prend des formes bizarres en Turquie, où le télévangéliste Adnan Oktar diffuse chaque soir le créationnisme islamique depuis sa chaîne de télévision privée ». L’article note également : « Adnan Oktar, âgé de 61 ans, élégant et portant des vêtements de marque, attire les adeptes riches qui le considèrent comme Le rédempteur », et ajoute qu’Adnan Oktar affirme que les femmes qui participent à son émission télévisée sont des diplômées universitaires pieuses qui parlent beaucoup de langues.

L'article explique comment Adnan Oktar diffuse davantage son message créationniste en bombardant des écoles et des scientifiques du monde entier avec plus de 10 000 exemplaires gratuits de son livre anti-Darwin de 800 pages, l’Atlas de la Création, et parle de la façon dont il discute quotidiennement de l’impact négatif de Darwin sur l’Islam et les valeurs morales et du fait apparent que le gouvernement turc partage également son point de vue.

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/252949/les-nouvelles-de-la-pressehttp://harunyahya.fr/fr/Articles/252949/les-nouvelles-de-la-pressehttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/daily_telegraphy_adnan_oktar.jpgThu, 13 Jul 2017 23:50:07 +0300
La Fondation de la recherche technique et scientifique a tenu la 2ème Conférence internationale sur l’Origine de la Vie et de l’Univers à l’hôtel Ritz-Carlton d’Istanbul

La Fondation de la recherche technique et scientifique, dont le président d’honneur est M. Adnan Oktar, a encore réalisé un travail important sur les récents développements scientifiques en réunissant des scientifiques de renommée mondiale.

Lors de la 2ème Conférence internationale sur l’Origine de la Vie et de l’Univers, tenue le 21 mai 2017 à l’hôtel Ritz-Carlton d’Istanbul et en présence d’environ 500 participants, des messages d’amitié ont été émis avec des souhaits pour la poursuite de cette coopération visant à développer une meilleure compréhension scientifique qui profitera à toute l’humanité.

Le détail le plus frappant à l’entrée de la salle de conférence fut sans doute l’exposition de fossiles remontant à des millions d’années.

Le modérateur de la session fut la présidente de DEIK (Conseil des relations économiques étrangères de la Turquie), Mme Zuhal Mansfield.

En plus des pauses café avec déjeuner et accompagnements, les spectacles de Performance de percussion et d’Istanbul Dance Factory ont reçu un grand intérêt et un grand applaudissement du public.

La conférence a démontré que la réponse des scientifiques à la question « Quelle est l’origine de la vie ? » dans des domaines tels que la génétique, la biologie, la paléontologie, la physique, la chimie et l’astrophysique est la « Création ».

LES SCIENTIFIQUES QUI ONT PARTICIPÉ À LA CONFÉRENCE

Le professeur Fazale Rana

Expert en biochimie, le Professeur Fazale Rana travaille dans le domaine de la biochimie, de la génétique et de la biologie synthétique. Auteur de deux livres, de nombreux articles, d’un documentaire et d’un podcast sur la preuve scientifique de la Création, Rana a donné plusieurs interviews à la télévision à et la radio avec plus de 500 discours dans des universités, des conférences et des églises à travers le monde.

Après avoir été diplômé du West Virginia State College et obtenu un doctorat en chimie à l’Université de l’Ohio, il a reçu deux fois le Prix de recherche Donald Clippinger. Le professeur Rana a écrit une thèse de doctorat sur la structure des membranes cellulaires dans les universités de Virginie et de Géorgie.

Ses articles ont été publiés dans des revues scientifiques de référence telles que Biochemistry, Applied Spectroscopy, FEBS Letters, Journal of Microbiological Methods et Journal of Chemical Education. En étudiant la biochimie, il s’est aperçu que les scénarios évolutifs ne permettaient pas d’expliquer comment la vie a commencé et que la vie a dû être créée par un Créateur. Après cette prise de conscience, Rana s’est consacrée à expliquer ce fait aux gens.

Le professeur Anjeanette « AJ » Roberts

Le professeur Roberts est titulaire d’un doctorat en chimie de l’Université de Tulsa et dans les domaines de la biologie moléculaire et de la biologie cellulaire de l’Université de Pennsylvanie. Entre 1997 et 2001, Roberts a réalisé des études sur les agents pathogènes viraux et l’inoculation à l’Université de Yale. Entre 2006-2013, elle a été professeure adjointe à l’Université de Virginie, au Département de microbiologie et responsable du Programme de microbiologie, d’immunologie et de maladies infectieuses. Entre 2013 et 2015, elle a poursuivi ses études en tant que chercheuse invitée à l’Institut Rivendell de l’Université de Yale.

Roberts a publié plus de 40 articles dans des revues scientifiques de référence et a participé à de nombreuses conférences scientifiques nationales et internationales à travers le monde. Elle a reçu le prix de mérite du NIH pour ses études sur les maladies infectieuses. Actuellement, elle réalise des études sur des sujets tels que l’harmonie entre la science et la foi, et la preuve de la Création sur le plan biochimique.

Jeff Gardner - fondateur et directeur du projet The Picture Christians

En 2007, Gardner a cofondé l’International Catholic Media, une société humanitaire mondiale, de médias et de communications, et est devenu le président du conseil d’administration. En 2013, il a lancé The Picture Christians Project, qui a pour objectif d’éduquer la société sur la vie des Chrétiens dans le monde entier et de trouver des solutions à leurs conditions uniques. Jeff Gardner est l’un des rares photographes et spécialistes des médias qui voyagent fréquemment au Moyen-Orient et documente les expériences des Chrétiens, des réfugiés et des victimes de la terreur dans des pays comme l’Irak, la Syrie, la Jordanie et l’Egypte en leur parlant.

Les écrits et les photographies de Gardner ont été publiés dans de nombreux organes de presse et médias internationaux, et il est souvent présenté comme spécialiste du Moyen-Orient dans différents organes de presse et médias tels que EWTN, Relevant Radio, National Catholic Register, Aletia, Conservative Review, Newsmax , Fox News et Sean Hannity.

Carlo Alberto Cossano

Carlo Alberto Cossano est un chef de projet en informatique de la santé. Il est également expert en laboratoire d’analyse de pathologie clinique et en systèmes d’information de laboratoire d’anatomie pathologique. Il travaille chez Dedalus Healthcare Systems Group en Italie.

Paolo Cioni

Paolo Cioni est un psychiatre italien ayant une expérience hospitalière et académique de longue durée. Il a écrit de nombreuses publications en collaboration avec les principaux éditeurs italiens dans le domaine de la psychiatrie. Son dernier travail, publié en anglais, est Paranoia : Between Leadership and Failure (CreateSpace, 2015) où il a d’abord examiné la paranoïa au niveau psychiatrique personnel et poursuivi son examen au niveau sociologique et politique.

Fabrizio Fratus

Sociologue italien. Sa thèse de doctorat fut « le Créationnisme scientifique » et « Les nouvelles découvertes scientifiques sur l’origine de la vie et des hommes ». À l’heure actuelle, ses activités incluent la sensibilisation du public à la corruption morale dans la société, le fait que l’institution familiale devient de plus en plus dégradée et la solitude croissante des gens. Il mène ces activités avec une équipe de jeunes.

Il a fondé le comité anti-évolutionniste en Italie. Il a cinq livres sur ce sujet, dont les noms sont les suivants:

• Dieu ou Darwin?

• Mythe ou Réalité ? Le mensonge de l’évolution

• Science et foi

Jefferson Corner et News Rescue :

http://www.jeffersoncorner.com/2nd-international-conference-on-the-origin-of-life-and-the-universe/

http://newsrescue.com/technics-science-research-foundation-holds-origin-life-universe-conference-istanbul-turkey/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/252539/la-fondation-de-la-recherchehttp://harunyahya.fr/fr/Articles/252539/la-fondation-de-la-recherchehttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/jefferson_corner_adnan_oktar_2nd_int_conference_on_the_origin_of_life_and_the_universe2.jpgSun, 09 Jul 2017 17:33:12 +0300
Quelques cœurs intéressant dans le monde animalLe cœur est un organe vital à forme variable. Même si nous avons généralement la même forme en tête quand il s'agit d'imaginer cet organe, en réalité, le cœur de chaque créature est très différent. Le cœur des animaux diffère entre eux tant par la taille que par leurs caractéristiques.

Le rythme cardiaque est aussi une chose qui varie entre les différents êtres vivants. Par exemple, le cœur humain bat à peu près 72 fois par minute tandis que le cœur d'une marmotte qui hiberne bat 5 fois dans le même laps de temps.

Le cœur robuste du colibri qui supporte son envol

Le colibri, qui peut battre très rapidement de ses ailes, ce qui lui permet donc de planer sur place, a un cœur extrêmement petit. Ces petites créatures peuvent battre de leurs ailes 15 à 80 fois par seconde pendant que leur rythme cardiaque peut atteindre 1.260 battements par minute en fonction de l'espèce (par exemple, les colibris à gorge-bleu). Les colibris ont aussi un métabolisme fort qui leur permet de maintenir le battement rapide de leurs aides à une vitesse très élevée.

Non seulement les colibris peuvent flotter sur place avec leur battement d'ailes rapides, mais en plus ils peuvent faire cela tout en restant en équilibre contre une soufflerie. Cependant, ils doivent flotter, voler rapidement en arrière, voler en haut et en bas, ce qui nécessite un rythme cardiaque puissant.

Toutefois, même le battement très rapide de son cœur ne peut assurer à lui seul le flux sanguin nécessaire et c'est pour ça que son cœur est, en plus, plutôt grand : le poids du cœur d'un colibri fait 2,5 % de son poids total. Pour mieux comprendre cela, nous pouvons donner l'exemple suivant : si notre cœur avait les mêmes proportions que le cœur de ces petites créatures, il aurait alors pesé deux kilogrammes au lieu de son poids actuel de 250-300 grammes.

Quand nous jetons un coup d'œil au monde animal, nous tombons sur divers cœurs avec beaucoup de caractéristiques intéressantes :

Le cœur à trois cavités des grenouilles

Les mammifères et les oiseaux ont généralement un cœur à quatre cavités. En revanche, le cœur des grenouilles ont trois cavités, deux atriums et un seul ventricule. Daniel Mulachy, expert sur les reptiles et les amphibiens, et mieux connu pour les études qu'il mène en zoologie des vertébrés à l'Institut Smithsonian situé à Washington, a fait des recherches sur ce sujet.

Dans l'une de ses études, Mulachy souligne ceci : "En général, le cœur prend le sang désoxygénée du corps et l'envoie aux poumons pour avoir de l'oxygène afin de le pomper à travers le corps pour oxygéner les organes." (1) Il est bien connu que chez les humains, le sang oxygéné et désoxygéné sont contenus chacun dans une cavité différente parmi les quatre cavités existantes. Cependant, les grenouilles ont des canaux du nom de trabécule. Ces canaux tiennent le sang oxygéné et désoxygéné séparé l'un de l'autre et les empêche de se mélanger.

Mulachy dit aussi que, comme atout, les grenouilles peuvent avoir de l'oxygène non seulement par les poumons mais aussi par leur peau. Le sang désoxygéné se rend dans l'atrium de droite, continue dans le ventricule et à l'extérieur des poumons et va dans la peau de la grenouille pour avoir de l'oxygène. Le sang oxygéné revient au cœur à travers l'atrium gauche et ensuite dans le ventricule pour se propager, ensuite, dans les organes majeurs.

Comme les grenouilles subissent des métamorphoses, elles ne peuvent pas continuer à vivre avec un seul type de respiration. Par conséquent, il est hautement crucial pour elles d'avoir leur système qui leur permet de respirer tant par la voie pulmonaire que par la voie cutanée. Durant les différentes périodes de leur vie, les grenouilles respirent soit par la voie branchiale, la voie pulmonaire ou la voie cutanée. Par exemple, elles naissent en tant que larves et pendant cette période, elles respirent par la voie branchiale et quand elles ont atteint l'âge adulte, la respiration branchiale est remplacée par la respiration pulmonaire et cutanée.

Les poissons, les oiseaux, les humains... En clair, tous les êtres vivants possèdent des organes internes partageant les mêmes propriétés en vue de leur fonctionnement, et ce, parce qu'ils sont tous créés par Dieu, l’Omniscient, le Très-Miséricordieux, le Tout-Puissant.

Le cœur de la baleine qui supporte un énorme corps

Nous avions parlé du cœur du colibri qui est aussi petit que lui-même mais capable de produire des battements très puissants malgré tout. Maintenant, nous allons vous parler du cœur d'une créature géante. Ce cœur est aussi grand qu'un piano et pèse entre 180 et 200 kg et ce que vous voyez sur la photo n'est en rien une exagération. Le cœur de la baleine bleue est le plus grand d'entre tous les animaux connus à ce jour. Comme tous les mammifères, les baleines bleues ont aussi un cœur à quatre cavités. Ce formidable organe a la capacité de fournir le sang nécessaire à une créature qui fait la taille de deux autobus.

Nikki Vollmer, un membre de l'agence américaine d'observation océanique et atmosphérique et du conseil de recherche national postdoctoral du National Systematics Lab au Smithsonian, définit l'épaisseur des veines du cœur d'une baleine bleu comme suit :

"Les parois de l'aorte, l'artère principale, peut être aussi large que la longueur d'un Iphone 6 Plus." (3)

Le cœur d'un humain pèse environ 250-300 grammes. Le cœur d'une baleine bleue est 640 fois plus grand que celui d'un humain et le cœur de l'incroyable petit colibri pèse 2,5% de son propre poids. Quant à la girafe, elle a un gros cœur pesant 12 kilogrammes parce que son cœur a besoin de pomper le sang fortement pour faire circuler ce dernier tout le long de son cou jusqu'à son cerveau.

Ce genre de détails doivent être lus, considérés attentivement et analysés avec stupéfaction et admiration. Le fait que toute forme de vie possède des particularités uniques pour leurs besoins uniques n'est pas une coïncidence. Le cœur de toutes les baleines bleues partage les mêmes propriétés ; toutes les grenouilles passent à travers les mêmes étapes pendant les différentes périodes de leur vie ; le cœur du colibri est toujours assez puissant pour battre à une fréquence très élevée. Dieu crée chaque forme de vie parfaitement, en accord avec leurs besoins. Il est le maître de de toute la création. Il est le Seigneur de l'univers.

"Louange à Dieu, Seigneur des cieux et Seigneur de la terre : Seigneur de l'univers." (Sourate al-Jathya, 36)

1- http://www.livescience.com/49795-strange-animal-hearts.html
2- http://www.bbc.com/earth/story/20150820-see-the-worlds-biggest-heart-blue-whales-is-first-to-be-preserved
3- http://www.livescience.com/49795-strange-animal-hearts.html

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/251714/quelques-cœurs-interessant-dans-lehttp://harunyahya.fr/fr/Articles/251714/quelques-cœurs-interessant-dans-lehttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/hqdefault.jpgMon, 03 Jul 2017 19:58:37 +0300
Comment devrait-on interpréter le référendum en Turquie ?

Le 16 avril, s’est tenu le référendum concernant la réforme constitutionnelle en Turquie. Cette dernière s’est vue approuver par 51,4% de la population. Mise à part quelques problèmes judiciaires, le référendum et le processus électoral se sont déroulés sans incidents.

Jusqu’à présent, la Turquie a connu quatre constitutions différentes, en incluant celle déjà en cours. En effet, les constitutions de 1921, 1924, 1961 et 1982 ont été adoptées par des gouvernements militaires. Les deux constitutions précédentes étaient le fruit de coups d’état militaires. De plus, pendant leurs processus référendaires, de grandes restrictions quant aux propagandes ont été imposées. Bien que le « pour » fût légèrement supérieur au « contre », la nouvelle Constitution représente à elle seule un fait historique dans la démocratie en Turquie car, pour la première fois elle a été créée par les députés élus par le peuple. La presse turque a largement couvert les sondages politiques pendant le processus référendaire. Leurs prédictions étaient très variées : alors que certains estimaient que les votes en faveur de la nouvelle Constitution atteindraient jusqu’à 60%, d’autres s’attendaient à ce que les votes contre soient aux alentour des 60%. Très peu de personnes parmi les sondés prévoyaient un résultat proche de l’égalité. On peut donc compter les maisons de sondages parmi les perdants de ce référendum. Au vu des résultats des dernières élections législatives tenues en novembre 2015, les votes en faveur de la nouvelle Constitution étaient très inférieurs aux prévisions. Ladite nouvelle Constitution a été rédigée par le Parti de la justice et du développement (AKP), en collaboration avec le Parti d’action nationaliste (MHP), qui à eux deux représentent 65% des voix. Pourtant les résultats du référendum ont révélé presque 15% de pertes dans ces votes, ce qui nous laisse déduire que certains électeurs des deux partis susmentionnés étaient contre la nouvelle Constitution. L’opinion de certains membres du parti AKP ainsi que du conseiller du Président ont mis en évidence cette perte de votes ; celle d'introduire un système fédéral en Turquie.

Pendant des années, le MHP a été un parti qui a défendu l’unité et l’intégrité de la Turquie contre le PKK. Bien qu’ils aient nié ces affirmations sur le système fédéral, le Président et le Premier ministre semblent avoir surpris aussi bien les électeurs du parti AKP que ceux du parti MHP. L’émergence d’un groupe adverse au sein du parti MHP pendant la phase de négociation de la Constitution et leurs efforts pour changer la direction du parti constituent un autre problème auquel fait face le Parti d’action nationaliste (MHP). Plus tard, ledit groupe a rompu ses relations avec le parti MHP et a mené une puissante campagne pour le « non ». Une autre conséquence remarquable du référendum est le succès qu’a eu la campagne pour le « non » en Thrace ainsi que dans les régions égéennes et méditerranéennes en dépit de la domination partielle du Parti de la justice et du développement dans ces régions au cours des dernières élections législatives. Le mode de vie laïc, largement adopté par les communautés locales, est la caractéristique commune à ces régions. Après avoir évalué les résultats du référendum, les analystes politiques ont déclaré que les individus des régions côtières, où il y a d’importants centres touristiques, expriment plus de préoccupations concernant l’interférence du mode de vie ou la restriction des libertés. En effet, les projets d’investissement et de développement du parti AKP dans ces régions ne semblent pas effacer ces inquiétudes. Apparemment, selon

ce parti, pour avoir du succès dans ces régions, il lui faudrait une nouvelle approche consistant à adopter les libertés et le mode de vie dominant dans ces régions. Parmi les autres régions affichant des résultats notables, on compte l’est et le sud-est de l’Anatolie, où les citoyens kurdes constituent la majorité. Dans ces régions, l’influence du Parti démocratique des peuples (HDP), soutenu par l’organisation PKK, semble s’être amoindri. La raison principale de ce résultat est la lutte de l’Etat turc contre le PKK dans ces régions. Maintenant, alors que ce dernier ne peut plus menacer la population locale avec des armes, les citoyens turcs sont plus à même d’exprimer leur volonté dans les urnes. Les campagnes « pour » et « contre » ont chacune, à leur façon, couvé des préoccupations légitimes ; raison pour laquelle il est important de respecter l’opinion de tous. Peu importe la constitution adoptée pour y parvenir, la Turquie doit démontrer qu’un pays islamique peut très bien sauvegarder sa démocratie.

American Herald Tribune :

http://ahtribune.com/world/europe/1643-referendum-in-turkey.html

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/251402/comment-devrait-on-interpreter-lehttp://harunyahya.fr/fr/Articles/251402/comment-devrait-on-interpreter-lehttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/american_herald_tribune_adnan_oktar_how_should_we_read_the_referendum_in_Turkey2.jpgSun, 02 Jul 2017 16:37:01 +0300
L'épreuve est belle

Depuis le Prophète Adam (psl), chaque personne a été créée avec ses propres tendances, son propre caractère, comme à l'image des empreintes digitales. De plus, Dieu crée un destin particulier pour chaque personne. En d'autres termes, tout le monde est éprouvé, entraîné et testé par Dieu à travers de nombreux détails créés dans leur destin qui correspond à leur unique personnalité, à leur sensibilité et leurs défauts.

En raison de ces différences dans leur création, certaines personnes peuvent être aimables et avoir bon cœur pendant que d'autres seront plutôt nerveuses et anxieuses. Certains peuvent être enclins à la colère, d'autres peuvent être facilement contrariés et d'autres encore peuvent être querelleurs. Il peut y avoir des similarités mais en réalité, Dieu crée chaque personne différemment, en tant qu'une autre manifestation de la diversité dans l'art de Sa création.

Toute personne, quoique de différentes manières, sera éprouvée, parce que c'est là le but pour lequel le monde a été créé. Le monde est une place pour l'épreuve, un lieu d'essai créé pour rendre les gens dignes du magnifique accueil dans l'au-delà.

Dans le second verset de la sourate al-Mulk, notre Seigneur nous dit , "Celui Qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en œuvre, et c'est Lui le Puissant, le Pardonneur."

Pour cette raison, le monde ne sera jamais vraiment parfait. Juste au moment où une personne croit que tout va bien, Dieu peut changer les choses pour cette personne. Au moment où cette personne s'y attend le moins, elle peut tomber face à des situations imprévisibles. Elle peut répéter une erreur qu'elle s'était juré à ne plus jamais commettre. Elle peut attraper une maladie, perdre sa santé ou voir l'ordre de sa vie complétement bousculé au moment où elle s'y attend le moins. Elle peut avoir des querelles avec ses proches et donc peut être éprouvée avec le sentiment de nostalgie. Dans de tels cas, un croyant fera toujours confiance à Dieu. L'important c'est de se tourner vers Dieu, c'est de choisir ce que Dieu veut, choisir ce qu'il y a de bien pour l'Islam. L'important c'est de lutter intellectuellement contre les activités de l'Antéchrist en étant unis avec les autres Musulmans qui font des efforts ensemble sur le chemin de l'Islam à travers la connaissance, la science et les idées.

Chaque personne passe par diverses expériences pendant leurs épreuves. Ces expériences sont censées les aider à corriger leurs défauts, les aider à mûrir, renforcer et améliorer leur caractère. Si quelqu'un croit en Dieu, il doit garder ce fait dans sa tête et essayer de voir les beautés cachées dans les incidents qu'il rencontre. Aucune chose ayant de la valeur ne peut être obtenu sans efforts. A vrai dire, toutes ces épreuves et tous ces changements sont donnés à titre d'essais dans une vie humaine. Les détails qui peuvent, à première vue, être considérés comme des problèmes sont, en fait, des secrets créés par Dieu emmenant avec eux des bienfaits et des beautés. Comme la plupart des gens ne peuvent voir les choses qu'à partir de leur perspective limité, ils ne peuvent ni voir ni comprendre la sagesse cachée derrière ce qu'ils sont en train de vivre. Cependant, ce sont de tels moments qui révèlent la valeur des croyants.

Un croyant est précieux et valeureux parce qu'il choisit de regarder une situation d'une manière positive avec une confiance absolue dans la création de Dieu même quand il ne voit pas encore la sagesse qu'il y a derrière. Il est donc digne de la miséricorde de Dieu. Un croyant mérite d'être aimé parce qu’il est toujours du côté de Dieu, même quand il ne comprend pas les raisons de tout ce qui arrive. Une telle personne vit sa vie en sachant que Dieu le surveille constamment avec Sa bénédiction et Son amour.

Avec son savoir et sa perception limités ainsi qu'avec ses nombreux défauts, il est impossible pour un humain de saisir les secrets de Dieu à moins que Dieu en veuille autrement. Toutefois, il n'y a aucun doute qu'au sein du merveilleux cours du destin que notre Dieu Tout-Puissant a créé et a enrichi avec une bonté et une bienveillance infinie, les gens sont constamment épargnés, protégés et surveillés. Il y a une sagesse et une bonté absolue dans tout ce qui arrive puisqu'ils ont été créés par Dieu. Il est essentiel de penser à propos de cela et de saisir complétement cette vérité et de le garder en tête à chaque moment, ce qui emmènera une tranquillité d'esprit total et du confort.

Dieu souhaite de bonnes choses pour tous Ses serviteurs, Il souhaite qu'ils aillent mieux et qu'ils vivent en sûreté et confortablement. Pour que les gens méritent une telle beauté et sûreté infinie, Dieu met Ses serviteurs à l'épreuve, un test en ce monde. Tant les croyants que les non-croyants seront éprouvés de cette façon. A travers de nombreuses épreuves, Dieu guide les gens vers la réflexion et la foi et, dans le cadre de l'épreuve, les bénédictions et les beautés en ce monde sont offertes à tous les gens indépendamment du fait qu'ils sont croyants ou non. Cependant, dans l'au-delà, la différence deviendra claire et les belles choses ne seront offertes qu'aux croyants. Tout comme notre Seigneur le dit dans le verset 4 de la sourate ad-Duha, tous les croyants devraient savoir que, "la vie dernière t'est, certes, meilleure que la vie présente."

Notre Dieu, le Sublime, veut toujours pardonner Ses serviteurs pour leurs erreurs et leur souhaite de bonnes choses et un bien-être ininterrompu. Toutes les choses de ce monde, des aliments jusqu'aux objets technologiques, sont créés par notre Dieu en tant que bénédiction, comme un moyen d'assurer le confort et le bonheur des gens. Notre Dieu a une compassion infinie comme Il l'explique dans le verset 147 de la sourate an-Nisa : "Pourquoi Dieu vous infligerait-Il un châtiment si vous êtes reconnaissants et croyants ? Dieu est reconnaissant et omniscient."

Par conséquent, nous devons nous consacrer à Dieu avec une confiance et un amour perpétuel et aspirer à acquérir une foi profonde et un cœur dévoué. N'oublions pas que se soumettre à Dieu et être patient d'une belle patience en regardant, depuis le début, chaque expérience d'une manière positive apportera la paix et le confort non seulement pour une personne, mais pour toutes les personnes autour aussi.

News Rescue & The Gulf Today:

http://newsrescue.com/the-trial-is-beautiful/

http://gulftoday.ae/portal/a56c7e1c-0aaf-4db2-a759-db3a2656b56e.aspx

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/251401/lepreuve-est-bellehttp://harunyahya.fr/fr/Articles/251401/lepreuve-est-bellehttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/news_rescue_adnan_oktar_trial_is_beautiful2.jpgSun, 02 Jul 2017 14:29:34 +0300
Le repas traditionnel de l’Iftar d’A9 TV - Ramadan 2017

Le repas de l’’Iftar (rupture de jeûne) traditionnel organisé annuellement par l’auteur de renommée mondiale, M. Adnan Oktar chaque mois du Ramadan, a eu lieu cette année dans la salle de bal du Palais Çırağan à Istanbul. Le repas traditionnel de l’Iftar a toujours fait l’ordre du jour avec ses somptueux mets et invités et celui-ci se distingue par sa mission de rassembler une grande diversité de personnes de différentes religions, cultures et origines ethniques ainsi que de renforcer l’union et la solidarité. Le repas de l’Iftar de cette année a également été une occasion spéciale de réunir sous le même toit, des groupes de différentes religions, écoles de pensées religieuses et de points de vue et a convié des artistes, des politiciens, des chefs religieux, des universitaires, des diplomates et la presse de tous horizons.

Tenu dans la soirée du 8 juin 2017 et avec environ 750 personnes présentes, le repas de l’Iftar a accueilli une fois de plus, comme lors des années précédentes, de nombreux invités estimés. L’occasion exclusive a été honorée par la présence d’invités distingués de M. Adnan Oktar, des ecclésiastiques juifs et chrétiens d’Israël et des Etats-Unis. De même, des membres estimés de la Société assyrienne turque, de la Communauté arménienne, de la Société orthodoxe grecque et de l’Eglise catholique ont également été parmi les invités. Des membres honorables de la communauté conservatrice étaient également parmi les invités du repas, dont des personnalités précieuses des écoles musulmanes des communautés Jaafari, Alevi et Bektashi, ainsi que des groupes religieux Naqshbandi, Qadiri, les disciples des Lumières, la communauté Vision nationale et le Parti de la Cause libre. Parmi les invités, il y avait aussi des ministres, des parlementaires et des politiciens de renom représentant différents partis de différentes ailes politiques, des consuls généraux et des diplomates étrangers en poste en Turquie et des professeurs. De nombreux hommes d’affaires, des personnalités distinguées de la communauté maçonnique ainsi qu’une multitude d’artistes ont également assisté au repas. Un grand nombre de représentants de la presse turque et internationale étaient également présents au repas de l’Iftar.  

Le prêtre Todd William Kissam des États-Unis, le rabbin Abraham Sherman et le rabbin Jeffrey Seidel d’Israël ont également honoré le repas avec leur présence en tant qu’invités exclusifs de M. Adnan Oktar. Avant le repas de l’Iftar, le prêtre Todd William Kissam a fait la déclaration suivante lors de l’émission en direct de M. Adnan Oktar sur A9 TV : « Il y a un point commun qui nous rassemble et c’est notre amour pour Dieu. Votre sincérité, votre sagesse et votre amour m’ont profondément touché. » Le rabbin Abraham Sherman, qui a pris sa retraite du poste de chef adjoint après avoir servi à la Cour suprême du Rabbinisme israélien pendant 32 ans, a énoncé des paroles agréables lors de sa participation à l’émission en direct sur A9 TV : « Ne portez pas la haine, ne soyez pas égoïstes. Ceux-ci sont les ordres d’Allah à nous tous. Allah a commandé la paix dans nos livres saints. Vos mots (d’Adnan Oktar) seront répandus partout, et c’est grâce à vos paroles aimantes que nous allons mettre un terme à la haine dans le monde. »

Après le repas, qui a duré jusqu’à minuit, l’un des participants au repas de l’Iftar, Natasha Kirtchuk, productrice de l’ILTV Channel en Israël, s’est entretenue avec M. Adnan Oktar lors de l’émission en direct sur A9 TV. Exprimant son émerveillement face à l’atmosphère diverse, distinctive, harmonieuse et aimante du repas, Kirtchuk a déclaré : « Un rabbin, un prêtre et un imam partageaient une table et ils s’entendaient assez bien. Ceci est en effet un grand privilège et un événement extraordinaire. J’espère que, de cette façon, les esprits des gens changeront » et poursuivit en disant : « Je pense que les réunions que vous organisez sont très importantes. Il est crucial que cette tradition soit aussi maintenue à l’avenir. »

En affirmant qu’inviter des prêtres, des rabbins et des imams à la même occasion de partager une table est une tradition qui remonte au Prophète Mohammad (pbsl), M. Adnan Oktar a poursuivi ses paroles comme suit : « En voyant cette image, les personnes fanatiques prennent naturellement du recul. » A la question de savoir comment les relations entre Israël et la Turquie évolueront à l’avenir, M. Oktar a répondu : « La Turquie et Israël agiront toujours en concert et l’alliance entre les deux pays se renforcera. C’est ainsi que cela doit être ; c’est le chemin que les deux pays doivent suivre. » M. Oktar a répondu à la question de Kirtchuk : « Quel genre de sentiment est-ce d’organiser un repas de l’Iftar où vous accueillez des invités du monde entier ? » comme suit : « Les expressions de tous les participants au repas de l’Iftar reflétaient un niveau d’amour très élevé, l’atmosphère était vraiment merveilleuse. Il est très agréable de voir l'amour sur le visage des gens. L’amour est la raison de la création de l’univers. »

Nous espérons que ce repas et de nombreux autres événements similaires rapprocheront un pas de plus vers la paix et les aideront à croire que l’union et la solidarité sont possible. M. Adnan Oktar continuera de faire des efforts pour dissiper toutes les idées fausses et éliminer la haine du monde. Si Dieu le veut, l’alliance du bien fera bientôt du monde une demeure pacifique.

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/250941/le-repas-traditionnel-de-liftarhttp://harunyahya.fr/fr/Articles/250941/le-repas-traditionnel-de-liftarhttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/Adnan_Oktar_iftar_2017_ciragan.jpgThu, 22 Jun 2017 02:03:33 +0300
Les Nations Unies ont besoin d'être réformés

L'Organisation des Nations Unies a été fondée en 1945 dans le but d'éviter une autre guerre mondiale. De ce point de vue, cette organisation semble avoir largement accompli sa mission première jusqu'à aujourd'hui. Cependant, il n’y a aucun doute sur le fait qu’excepté les guerres mondiales, cette entité n’est pas préparée aux différents environnements susceptibles de connaître des conflits. Bien que les interventions des Nations Unies aient connu des succès les 71 dernières années, de nombreux incidents survenus dans le monde entier ont laissé les Nations Unies très affaiblies.

Le fait que les Nations se réunissent au nom de la paix constitue incontestablement une tentative formidable. Composées de 193 membres, les Nations Unies ont réussi à réunir le monde sous le même toit. Toutefois, comme s’il faisait preuve d’un mépris flagrant vis-à-vis des lois des Nations Unies, le monde s’est transformé en une arène où les conflits ne cessent pas.

Selon l’indice 2016 de la paix dans le monde, il ne reste que 10 pays dans le monde qui n’ont pas connu de conflits au cours de ces 10 dernières années. En 2015, le terrorisme a emporté 32.715 vies dans le monde. Comme elles sont responsables de la paix dans le monde, les Nations Unies ne doivent pas apparemment se focaliser que sur les guerres mondiales mais également sur les conflits locaux.

En prenant en compte le contexte mondial actuel, les Nations Unies doivent dépasser leur objectif premier et pour cela, différentes innovations, voire des réformes doivent être mises en place.

Il est convenu dans le monde entier que ces réformes doivent commencer avec "le Conseil de Sécurité". Aux Nations Unies, l'Assemblée Générale joue le rôle d’un comité de conseil et est représentée par tous les pays membres. Cependant, en prenant la "responsabilité première de préserver la paix internationale et la sécurité" comme indiqué dans l’article 24, le Conseil de Sécurité est composé de 5 membres permanents, dont chacun possède un droit de véto, et de 10 membres non permanents qui sont élus pour assurer des mandats de deux ans. Le droit de véto mentionné ne facilite pas du tout la prise de décision unanime pour ces pays qui ont souvent des conflits d’intérêts. Les mesures de sécurité requises par le Chapitre VII du Traité ne sont apparemment pas prises par les pays en conflits. C’est pour cela que les Nations Unies restent simplement une organisation qui ne peut qu’apporter une aide d'urgence dans ces zones de conflits, surtout de nos jours.

Comme cette faiblesse des Nations Unies a atteint des niveaux incontestables, des discussions portent de plus en plus sur les efforts pour reformer et solutionner ce problème. Augmenter le nombre de membres du Conseil de Sécurité est actuellement la proposition la plus populaire. Cela implique que soient inclus, parmi les membres permanents du conseil, des pays très peuplés et dotés d’une forte économie, mais également de diminuer le droit de véto.

Un système alternatif doit être également conçu afin de rendre obligatoires les interventions dans les régions qui connaissent de gros conflits et des violations des droits de l’homme. Des résolutions exemptées du pouvoir de véto doivent être mises en place lorsque des situations extraordinaires ont lieu tels que c’est le cas aujourd’hui. Le Traité Européen de Lisbonne constitue un exemple. Ce traité assure une prise de décision rapide et active par les pays membres à travers un vote à la majorité et non à l’unanimité, en cas de situations extraordinaires ; mais il semble qu’il soit nécessaire d’augmenter le nombre de membres au Conseil de Sécurité pour que ce mécanisme soit intégré efficacement aux Nations Unies. En effet, il est bien connu que les Nations Unies constituent une organisation composée de fractions politiques plus larges et plus variées que celles de l’Union Européenne. Afin qu’un résultat juste ressorte du vote de la majorité, il est crucial que la majorité soit représentée par plus de trois pays.

L’un des arguments juste avancé par la Turquie est que lorsque le Conseil de Sécurité prend une décision concernant un pays, ce dit pays a le droit de donner son opinion. Les pays qui courent un risque comme la Turquie, dont les voisins sont ravagés par la guerre civile et le terrorisme, peuvent certainement apporter des solutions efficaces et pragmatiques aux problèmes rencontrés par les pays voisins. Il est, maintenant, utile de se rappeler que ces pays partagent non seulement une région géographique, mais également des identités ethniques, des peuples indigènes et des éléments terroristes. Ces pays sont, sans aucun doute, plus habitués à leurs voisins et peuvent concevoir des stratégies plus raisonnables en fonction de la structure de la région.

Le fait que chaque continent soit représenté par un membre permanent fait également partie des suggestions. Tout comme le monde est plus grand que cinq pays, il n’est certainement pas limité à trois continents.

En ces jours bien éloignés de la 2ème guerre mondiale, les Nations Unies doivent s’adapter aux standards et conflits du 21ème siècle. La démocratisation apparaît comme la première condition de cette initiative réformatrice. En effet, les décideurs d’une organisation si exceptionnelle qui refusent la démocratisation affectent non seulement les Nations Unies mais également le monde entier. Cette situation empêche que des solutions soient apportées aux pays souffrant de désastres et permet que des groupes violents exploitent ce manque de solution et profitent de cette opportunité engendrée par l’absence de force opposée.

On ne doit pas oublier que les armes ne sont pas les seuls instruments du terrorisme et de la violence. Des groupes violents diffusent des croyances erronées et prennent avantage du silence des peuples pacifiques. En s’étant donné un objectif de paix mondiale, les Nations Unies devraient croire que la paix a un plus grand impact que la violence et la guerre et dans un esprit de solidarité, devraient mener une lutte en utilisant la science et la connaissance contre les idées et croyances fausses. Un conseiller de paix qui ne réussit pas à prendre des décisions sera toujours considéré comme faible. Si les pays s’unissent sincèrement au nom de la paix, ils devraient remplir les conditions de cette union en menant les bonnes réformes et en prenant les bonnes décisions.

Gulf Times:

http://www.gulf-times.com/story/524188/The-United-Nations-needs-reformations

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/250328/les-nations-unies-ont-besoinhttp://harunyahya.fr/fr/Articles/250328/les-nations-unies-ont-besoinhttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/gulf_times_adnan_oktar_united_nations_needs_reformations2.jpgTue, 13 Jun 2017 01:28:03 +0300
La Turquie sous observation européenne

Au cours des deux dernières années, la Turquie a connu des périodes mouvementées en termes de politique intérieure et étrangère. L’opération « Le Bouclier de l’Euphrate » lancée en Syrie, les développements dans la lutte contre le PKK, la tentative de coup d’Etat du 15 juillet et l’état d’urgence ultérieur ont tous causé des changements importants dans l’opinion des gens à l’égard de la Turquie, tant en Turquie que dans d’autres pays. Bien que des progrès aient été réalisés dans les relations avec la Russie, le soutien américain au PYD en Syrie a eu un impact relativement négatif sur les relations avec les Etats-Unis, et tous ces développements ont freiné les relations avec l’UE.

Sans aucun doute, ce n’est pas seulement en raison de la politique de la Turquie que les relations avec l’UE sont devenues problématiques. Les dirigeants d’extrême droite qui ont effectivement émergé au Parlement européen ces dernières années ont fortement exprimé leur voix contre les communautés étrangère et musulmane. La rhétorique « anti-étranger » qui borde le racisme semble depuis longtemps porter un coup à l’existence essentielle de l’UE qui est censée être inclusive et unificatrice.

La décision concernant la Turquie qui a été donnée récemment à la suite du vote de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe semble démontrer le dernier point atteint par la Turquie et l’Union européenne. Selon cette décision, la Turquie, l’un des membres fondateurs de la Commission européenne, sera sous son observation.

La liste de surveillance en question était initialement destinée à accoutumer les pays d’Europe de l’Est – régis par des partis politiques communistes suite à la dissolution de l’Union Soviétique – au niveau de la démocratie de l’Europe occidentale. La Turquie n’était pas un pays sous la domination communiste, mais parce qu’il s’agissait d’un pays musulman à la porte du Moyen-Orient elle a été placée sur la liste de surveillance susmentionnée et a ensuite été retirée de celle-ci à la suite d’une série de réformes menées après l’arrivée au pouvoir de l’AKP. L’une des réformes les plus notables fut l’abolition de la peine de mort. La Turquie est actuellement le seul pays de la liste qui y a été réintroduit malgré son retrait en 2004.

L’APCE n’est pas un organe de l’Union européenne, mais la décision a mis l’accent sur la vision que l’UE a de la Turquie depuis un certain temps maintenant. L’Union européenne n’est sans doute pas en mesure d’évaluer correctement les événements en Turquie et de procéder en conséquence à une déduction équitable. Parce que l’Europe, contrairement à la Turquie, n’est pas confrontée à un fléau comme le PKK, n’a pas été soumise à une tentative de coup d’Etat par un groupe organisé en interne et n’a jamais fait face à des guerres incessantes à ses frontières. Il semble difficile que l’Union européenne, qui évalue les pays qu’elle intégrera en fonction de ses propres normes, puisse voir et évaluer de près les problèmes de la Turquie.

En effet, dans le cadre de cette décision, le point de vue unilatéral de l’UE, ses dirigeants racistes et la haine découlant de l’islamophobie et de la xénophobie peuvent justifier le fait que l’Europe soit en grande partie accusée d’être responsable. Pourtant, de telles décisions prises devraient être transformées en positives pour la Turquie de plusieurs façons. Il ne faut pas oublier que la demande de la Turquie de rejoindre l’UE, faite il y a plusieurs années, a été franchie pour adopter la démocratie et les droits de l’Homme de ces pays. En fait, la Turquie a fait d’importants progrès en termes de droits de l’Homme avec une série de réformes qui ont eu lieu immédiatement après sa demande d’adhésion. Il convient de rappeler que les étapes en question sont essentiellement les étapes dont la Turquie a besoin.

L’Europe est basée sur un modèle d’élite dans lequel les femmes sont tenues en haute estime et ne sont pas opprimées, et dans lequel la science, l’art, l’esthétique et la qualité sont fortement mis en avant. Ce sont les aspects qui sont particulièrement nécessaires et urgents pour les pays musulmans. C’est parce que certaines sociétés musulmanes ont été sous l’influence de mentalités superstitieuses depuis longtemps, et elles se sont tournées vers de fausses croyances ou sont restées passives dans ces questions. Cette passivité a entravé ces sociétés non seulement dans un contexte social, mais aussi dans l’arène politique, et ont, dans une large mesure, empêché la formation de sociétés heureuses et créatives. Parce que l’art, en plus d’encourager les gens à apprécier la beauté, peut aider les sociétés à développer leurs compétences et à repousser le pessimisme. C’est pour cette raison que les sociétés qui sont éloignées de l’art et de l’esthétique sont des sociétés qui peuvent souvent sombrer facilement dans le pessimisme, perdre leur richesse spirituelle et se lasser rapidement. Pour cette raison, des aspects tels que l’art, la qualité et l’esthétique, que l’UE place en haute estime, sont absolument nécessaires à établir.

La démocratie n’est pas seulement un système recommandé par l’Europe, mais c’est aussi un modèle essentiellement islamique. Notre religion, qui n’autorise pas la contrainte, nous donne la formule parfaite de la démocratie. Logiquement, ce sont les sociétés islamiques qui devraient être les principales sociétés démocratiques. La Turquie évolue indubitablement sur la voie de la démocratisation. Cela peut en effet être pleinement réalisé en développant un style de démocratie supérieur à celui de l’Europe.

http://aujourdhui.ma/monde/la-turquie-sous-observation-europeenne

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/249672/la-turquie-sous-observation-europeennehttp://harunyahya.fr/fr/Articles/249672/la-turquie-sous-observation-europeennehttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/aujourd_hui_adnan_oktar_turkey_under_european_observation_2.jpgMon, 05 Jun 2017 18:41:47 +0300
Après le référendum en Turquie

Le référendum du 16 avril a été perçu comme la confrontation de deux idées opposées, ce qui fut aussi le cas aux élections générales. Alors que certaines personnes craignent que la démocratie de la Turquie prenne un coup, d’autres craignent que les conservateurs finissent par être persécutés comme dans les années 90. Ces deux arguments ont une part de vérité.

 

Les changements constitutionnels qui convertiront le système parlementaire de la Turquie en système présidentiel (un nouveau système où le président sera autorisé à être affilié à un parti politique) ont été approuvés par un référendum. Celui-ci entraînera des changements dans dix-huit articles de la Constitution, modifiera les pouvoirs du président, mettra fin au poste de Premier ministre et donnera au président le pouvoir de nommer les membres du Conseil des ministres. De plus, le nombre de députés augmentera à six cents. Tous les changements introduits par le référendum entreront en vigueur avec les élections présidentielles et générales qui se tiendront en tandem le 3 novembre 2019.

Certainement, le fait que ce soit une victoire étroite pour le camp du «oui» donne des messages importants. Les résultats montrent clairement une fois de plus que le peuple est encore profondément méfiant vis-à-vis de la perspective du «fédéralisme». Seulement quelques jours avant le référendum, deux conseillers présidentiels ont mentionné le «fédéralisme», ce qui a beaucoup troublé le peuple. Beaucoup d’analystes croient que malgré ces déclarations rejetées avec véhémence par le président et le Premier ministre, les remarques de dernière minute ont abaissé les résultats de 2 à 3% le 16 avril. 

Le référendum du 16 avril a été perçu comme la confrontation de deux idées opposées, ce qui fut aussi le cas aux élections générales. Alors que certaines personnes craignent que la démocratie de la Turquie prenne un coup, d’autres craignent que les conservateurs finissent par être persécutés comme dans les années 90. Ces deux arguments ont une part de vérité.

La Turquie est un pays démocratique et musulman. C’est l’un des rares pays du monde et le seul pays musulman à avoir le mot «laïc» dans sa Constitution. Nous sommes fiers et avons la bénédiction de vivre dans un pays démocratique depuis 94 ans. Ces concepts ont contribué à empêcher la Turquie de tomber dans le fléau de la bigoterie et du radicalisme comme cela fut le cas pour certains pays du Moyen-Orient.

Malgré tous ces faits, certains cercles ont cherché à bafouer l’excellente démocratie et la liberté introduites par Ataturk, le fondateur de la Turquie moderne, et à persécuter les personnes religieuses. En conséquence, des coups d’Etat militaires ont eu lieu, les personnes religieuses ont été inscrites sur la liste noire et la Turquie est passée par des périodes qui n’étaient certainement pas dignes d’une démocratie. 

Actuellement, les religieux s’inquiètent du retour des anciens jours, et c’est pourquoi ils gardent leur distance avec le CHP, principal parti de l’opposition et ont du mal à croire à leurs promesses.

Quant à l’autre 50% ; comme dans tous les autres pays, il y a un petit groupe de radicaux en Turquie qui parviennent toujours à faire entendre leur voix. Leurs remarques occasionnelles perturbent à juste titre notre peuple qui se méfie de l’horrible mentalité du radicalisme. Ce terrible état d’esprit qui s’oppose à la liberté de la femme de choisir sa tenue vestimentaire, qui s’oppose aux arts et à la musique, dérange sérieusement des millions de personnes qui veulent protéger la démocratie que Ataturk a tant lutté pour établir. Malheureusement, l’agression verbale troublante de ces radicaux est parfois attribuée à toutes les personnes religieuses et le gouvernement de droite ne peut échapper à avoir un certain reproche. La situation influe sur l’AKP et le prive des votes des villes côtières de la Turquie ; c’est une fois de plus ce qui s’est passé lors du référendum du 16 avril. 

C’est la raison pour laquelle la Turquie est fortement divisée en deux à chaque élection. A moins que les deux parties travaillent sur leurs pratiques et leurs propos, la situation ne semble pas près de changer rapidement. 

Mais alors, qu’est-ce qui doit changer?

Le principal parti d’opposition doit changer sa façon de mener la politique. Le fait de rendre fautive l’autre partie peut ébranler la confiance du public pour celui-ci mais cette méthode ne permettra pas d’attirer les gens vers l’opposition. Au lieu de cela, le principal parti d’opposition devrait opter pour une méthode où ils répondront aux préoccupations des autres 50% qu’ils ne semblent pas gagner. Le CHP peut très bien afficher une attitude protectrice vis-à-vis des valeurs conservatrices tout en continuant à s’opposer à la mentalité radicale. Ils peuvent affirmer ouvertement que les libertés et la démocratie sont prônées par le vrai Islam et garantir à la population religieuse qu’ils ne seront plus jamais victimes. De cette façon, ils pourront dissiper ces craintes dans une large mesure.

De même, si le parti au pouvoir critique et condamne explicitement la mentalité des radicaux, montre à chaque occasion combien la démocratie, la laïcité et la liberté sont les principes les plus fondamentaux et indispensables de notre pays, défend efficacement la modernité, l’art, la science, les libertés, qui sont loués et encouragés par notre religion et met en avant les femmes, peu importe leur choix vestimentaire moderne ou conservateurs, alors il pourra gagner les laïcs. Il est vrai que le parti au pouvoir s’efforce activement à cette fin, mais la population s’attend toujours à ce qu’il y ait quelque chose de plus concret.

La démocratie est la pluralité et c’est une bénédiction. Cependant, une telle division nette dans un pays est un risque en particulier pour les pays comme la Turquie. Il est essentiel de maintenir la stabilité en Turquie, qui est l’un des alliés les plus importants des Etats-Unis dans la région et le seul pays musulman de l’OTAN. Nous espérons que les prochains jours s’accompagneront de politiques qui mettront fin à cette polarisation et allégeront ces craintes persistantes.

http://aujourdhui.ma/monde/apres-le-referendum-en-turquie

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/246714/apres-le-referendum-en-turquiehttp://harunyahya.fr/fr/Articles/246714/apres-le-referendum-en-turquiehttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/aujourd_hui_adnan_oktar_turkey_s_choice2.jpgSun, 30 Apr 2017 18:39:40 +0300
L’erreur stratégique de l’Occident

Lorsque le concept de guerre contre le terrorisme a d’abord été introduit, les défenseurs de cette notion étaient d’avis que ce problème serait résolu en un rien de temps grâce à des armes avancées, tout en croyant qu’ils apporteraient la démocratie au Moyen-Orient en peu de temps. Les pays islamiques étaient des cibles choisies, mais personne n’a demandé aux Musulmans leurs opinions. Ils ont fait pleuvoir des bombes sur les pays musulmans au nom de la lutte contre le terrorisme. Ils ont essayé d’apporter la démocratie par des coups d’Etat et des émeutes. Mais pas une fois, ils ne se sont arrêtés et demandés ce que voulaient vraiment les Musulmans. Ainsi, pour les mêmes raisons qu’ils ont mal calculées, les conduisant à croire que le terrorisme serait de courte durée, les pays du Moyen-Orient n’ont toujours pas atteint la démocratie.

Certains cercles occidentaux n’ont pas encore réalisé cette erreur stratégique ou ne sont pas disposés à l’admettre. En ne parvenant pas à voir que les organisations radicales sont des groupes réactionnaires - dont les racines reposent principalement dans l’esprit de vengeance - certains de ces pays sont après le développement de contre-réactions contre celles-ci. En raison de leur haine du radicalisme, les éléments de droite et leurs partisans ont déclaré une guerre à tous les Musulmans. Ils supposent que la solution est d’autoriser et d’utiliser plus d'armements au Moyen-Orient. La solution réelle qui peut mettre fin au radicalisme est ignorée et, par conséquent, tous les Musulmans sont considérés comme des ennemis.

Le Conseil des ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l’Union européenne s’est récemment réuni à Bruxelles pour discuter de la question de « la structuration de la défense européenne ». Dans un communiqué publié après la réunion, il a été déclaré que les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l’UE avaient cimenté leur coopération défensive et qu’en cela, davantage allait être fait, indiquant que l’objectif était de protéger les citoyens de l’UE. La déclaration affirmait aussi que l’UE assumerait une plus grande responsabilité pour sa propre sécurité et sa défense.

Malgré cela, le projet d’établissement d’un système de défense conjoint de l’UE, qui se réfugie en la force de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) depuis sa fondation, a été vu, du point de vue défensif, comme irréaliste par les analystes. Il sera bénéfique d’examiner le but réel de cette initiative. L’UE est une entité protégée par l’OTAN et loin des menaces d’attaque externe. L’idée de renforcer la défense est sûrement dans les droits de chaque pays. Cependant, la tentative ici a été faite principalement contre les « menaces internes ».

Bien que ces menaces internes aient été avancées comme étant le radicalisme, sa portée a été étendue aux Musulmans, en particulier aux réfugiés qui ont dû fuir leur patrie.

Bien sûr, cette tentative poursuit également des objectifs transfrontaliers. L’une des principales résolutions adoptées lors de la réunion est de créer un organe spécial chargé d’exercer la mission de formation militaire dirigée par l’UE en République démocratique du Congo, au Mali et en Somalie. La domination politique, commerciale et militaire de l’UE, en particulier en Afrique, est bien connue. Ce que l’UE désire avec ces décisions est le renforcement de sa domination militaire en Afrique. Il faut se rappeler que divers mouvements politiques et radicaux en Afrique ont été principalement éliminés par la violence, avec la participation de l’Europe. Menant déjà des vies difficiles, les Africains sont confrontés à encore plus de fléaux de radicalisme, dans cette atmosphère assaillie par l’esprit de violence. Il faut savoir que la violence engendre plus de violence.

De manière générale, il ne serait pas faux d’associer l’objectif principal de cette alliance défensive - qui est censée être formée dans le corps de l’UE indépendamment de l’OTAN - à l’Islam. En passant progressivement vers l’extrême droite, les administrations de l’UE ont adopté un ton de plus en plus irrité chaque jour, jusqu’à un point où ils ne pouvaient même plus se concilier entre eux. Les avertissements furieux de certaines sections à l’égard des réfugiés et des Musulmans témoignent du fait que certains administrateurs de l’UE ont mal compris la lutte contre le terrorisme et ont commis une énorme erreur en prenant position contre l’Islam. Ils ne réalisent pas que la solution à l’Islam radical réside dans le véritable Islam.

Un projet de structuration défensive conjointe signifie plus de soldats, d’armes, de bombes et de colère. L’Europe croit que cela les protégera du radicalisme. Sous cette illusion, l’Europe a apparemment encore à apprendre que le radicalisme est alimenté par les armes et la colère. Elle ne tient pas compte du fait que cela n’intimidera pas les radicaux et, au contraire, alimentera encore plus leurs esprits vengeurs et que cela mènera à une atmosphère de ressentiment et de méfiance parmi les Musulmans pacifiques. L’Europe est un continent qui héberge un nombre important de Musulmans. Le fait que les Musulmans soient sujets à des sentiments d’exclusion sur ce continent, endommagera considérablement l’esprit d’unité et de solidarité. Et une Union européenne qui a perdu son intégrité peut tomber de manière significative du pouvoir. Ce n’est pas une image agréable ; ni pour l’Europe, ni pour le monde.

Si certains Occidentaux veulent vraiment lutter contre le radicalisme et veulent vraiment le faire pour des valeurs humanitaires et la paix, ils devraient alors chercher à trouver la solution en s’alliant aux vrais Musulmans. Pour avoir une solution, ils devraient consulter les vrais Musulmans et s’efforcer d’apprendre les erreurs du radicalisme à partir du véritable Islam. Ils devraient essayer de développer des méthodes de lutte selon le Coran, et non selon leurs propres vérités. Un modèle conceptuel, qui essaie d’imposer ses propres vérités et d’apporter la haine, ne réussira jamais. Cela n’apportera rien et, en même temps, incitera à plus de haine.

Certains groupes tentent d’aider ces personnes en essayant d’encourager un environnement de violence sous le couvert de lutte contre le radicalisme. Et ce sont ces mêmes personnes qui font combattre les Musulmans entre eux. Mais ceci est un plan défaillant dès le début. Cependant, bien qu’il ne se matérialise pas, il est évident qu’un tel plan fait des ravages dans le monde musulman. Par conséquent, la mission revient encore aux vrais Musulmans qui doivent servir de modèle en adoptant le chemin de l’amour et de l’union entre eux et prouver qu’ils sont inébranlables. Ceci est et sera une bonne leçon à ceux qui ont l’intention de tendre des intrigues malveillantes, en particulier dans le monde islamique. Les portes seront fermées au radicalisme et ils donneront un exemple à ceux qui pensent que la haine peut tout résoudre. Ce sera également la première étape d’un environnement pacifique qui comprendra également l'Occident.

Article d’Adnan Oktar sur New Straits Times & Riyadh Vision :

http://www.nst.com.my/news/2017/04/226657/wests-strategic-mistake

http://www.riyadhvision.com.sa/2017/04/09/the-wests-strategic-mistake/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/246525/lerreur-strategique-de-loccidenthttp://harunyahya.fr/fr/Articles/246525/lerreur-strategique-de-loccidenthttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/new_straits_times_adnan_oktar_the_wests_strategic_mistake2.jpgTue, 25 Apr 2017 15:19:00 +0300
L’imposture darwiniste sera absolument vaincue

Rares sont ceux qui ne s’émerveillent pas lorsqu’ils voient un oiseau étendre ses ailes dans le ciel. Aujourd’hui, presque tout le monde s’accorde à dire que les oiseaux peuvent voler grâce à leurs traits biologiques extraordinaires. Toutefois, la question de savoir comment ces oiseaux ont reçu ces traits qui leur permettent de voler est devenue une source de spéculation pour certaines personnes.

En se fondant sur la structure des plumes des oiseaux, sur la légèreté de leurs os et leur système respiratoire unidirectionnel, certaines personnes qui peuvent raisonner avec leur esprit et leur conscience seront d’avis qu’il est impossible de pouvoir voler sans tous ces traits et cela ne peut être que l’œuvre d’un Esprit supérieur. Toutefois, certains observent la même créature et prétendent qu’elle a évolué par elle-même dans la nature et « même s’ils savent la vérité dans leur conscience », ils nient l’Esprit supérieur, à savoir Dieu, Qui a donné l’existence à cet oiseau. En outre, ils croient en des explications extrêmement déraisonnables telles que le fait que les oiseaux auraient évolué dans le temps à partir de reptiles ressemblant à des dinosaures et auraient commencé à voler en chassant des mouches ou en sautant d’un arbre à l’autre.

Ce récit qui n’est fondé sur aucune preuve, est présenté comme une vue scientifique partout dans le monde, et par l’imposition de la dictature darwiniste, des centaines de millions de personnes sont amenées à y croire.

En réalité, cette situation n’est pas nouvelle. Elle se poursuit depuis le temps des civilisations égyptienne, babylonienne et sumérienne. Dans les recherches historiques, des expressions qui nient la création et prétendent que les êtres vivants sont apparus à la suite d’un processus graduel et aléatoire ont été trouvées dans des inscriptions sumériennes. Les Egyptiens, comme exigence de leur fausse religion, ont cru que « des serpents, des grenouilles, des vers et des souris s’étaient formés de la boue constituée à la suite des inondations du Nil. »

Comme on peut le comprendre à partir de là, les communautés et les idées qui attaquent ceux qui croient en Dieu ont toujours existé depuis l’époque de Nimrod ou de Pharaon. Cependant, ces gens n’ont jamais été plus organisés qu’ils ne le sont aujourd’hui et ils disposent d’un pouvoir énorme appelé les médias. Ils essaient d’imposer aux élèves à l’école, l’idée que les êtres vivants n’ont pas été créés par Dieu mais qu’ils sont venus à l’existence par des coïncidences. En raison de la contrainte de la dictature darwiniste, des centaines de milliers d’enseignants et de professeurs et des milliers d’écoles et d’universités enseignent la théorie de l’évolution comme si c’était le seul fait scientifique. A travers des livres et des documentaires, les jeunes sont amenés à croire aux superstitions telles que les dinosaures se seraient transformés en oiseaux en chassant des mouches et que les ours se seraient transformés en baleines en chassant des poissons dans des rivières.

Personne n’est en mesure de se tenir contre ce système autoritaire et les gouvernements ne parviennent pas à mettre fin à ce système éducatif. Même les pays qui sont connus comme des Etats-nations islamiques se sont abaissés à la croyance évolutive.

Aujourd’hui, la foi des gens est attaquée à cause de cette propagande darwiniste effectuée dans les écoles, la presse et les médias. Bien que de nombreux Musulmans souffrent de ce système qui nie Dieu, ils ne peuvent pas se prononcer et prendre position contre celui-ci. Cette dictature darwiniste superstitieuse, du fait qu’il est le système dajjal, est une menace massive pour le monde. Les guerres, les massacres, la mentalité coloniale, la corruption morale et toutes les catastrophes d’origine humaine sont causées par le darwinisme, le système de pensée déviant qui nie explicitement Dieu. (Certainement, nous tenons Dieu au-dessus de telles pensées). Par conséquent, ce que les Musulmans doivent faire, c’est de mener une lutte scientifique contre ce système faux et diffuser les preuves qui réfutent la théorie de l’évolution dans la mesure du possible.

Pour la première fois dans l’histoire, le déni de Dieu est répandu et généralisé. Bien sûr, Dieu Tout-Puissant rendra vaine cette audace vile et établira le règne des valeurs morales islamiques. Dans le Coran, Dieu déclare cette promesse comme suit :

Allah a promis à ceux d’entre vous qui ont cru et fait les bonnes œuvres qu’Il leur donnerait la succession sur terre comme Il l’a donnée à ceux qui les ont précédés. Il donnerait force et suprématie à leur religion qu’il a agréée pour eux. Il leur changerait leur ancienne peur en sécurité… (Sourate an-Nur, 55)

Nul doute qu’aucun pouvoir de dajjal ne peut tenir debout, sauf ceux que Dieu souhaite.

Dans le verset 55 de la Sourate an-Nur, Dieu révèle en détail une période où les valeurs morales islamiques régneront dans le monde et où les gens vivront leur vie selon les beautés des valeurs morales islamiques. Cette promesse se réalisera au temps du système de Mahdi, en d’autres termes, en ce siècle. Lors de la réalisation de cette promesse, Hazrat Mahdi (psl) deviendra le chef spirituel, guide des Musulmans.

Notre Prophète (pbsl) a également déclaré que cette victoire des croyants deviendra réalité au moyen de Hazrat Mahdi (as) et a parlé en détail de la paix, de l’amour, de la prospérité et de l’illumination de la période où règneront les valeurs morales islamiques dans le monde.

La foi des Musulmans sera établie sur des bases solides et ne trouvera sa place dans le cœur des Musulmans qu’après que le déni devienne aussi fort que possible et que les Musulmans commencent à souhaiter un Sauveur qui leur apportera le salut. Les Musulmans ont toujours attendu un leader spirituel, un Sauveur, en toute épreuve. Le commandement du Coran exige cela.

Et qu’avez-vous à ne pas combattre dans le sentier d’Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur. (Sourate an-Nisa, 75)

Comme le dit Dieu dans le verset, les Musulmans doivent prier Dieu pour l’avènement de Hazrat Mahdi (as), qui les délivrera des incroyants et leur apportera le salut et la sécurité. Tout en faisant cela, ils devraient également mener la lutte scientifique la plus efficace contre le système dajjal du darwinisme qui afflige le monde entier et réaliser un travail savant et efficace contre la théorie de l’évolution, la racine de toutes les catastrophes. Sans aucun doute, tout le pouvoir appartient à Dieu et la victoire appartiendra toujours à ceux qui se consacrent à Dieu.

Et quiconque prend pour alliés Allah, Son messager et les croyants, [réussira] car c’est le parti d’Allah qui sera victorieux. (Sourate al-Maidah, 56)

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/246398/limposture-darwiniste-sera-absolument-vaincuehttp://harunyahya.fr/fr/Articles/246398/limposture-darwiniste-sera-absolument-vaincuehttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/birds_flying2.jpgWed, 19 Apr 2017 14:50:45 +0300
Le message d’Adnan Oktar « Un appel à l’unité » à Times Square à New York

Le message d’Adnan Oktar (Harun Yahya) « Un appel à l’unité » affiché à Times Square à New York au réveillon du jour de l’An qui a accueilli plus de 2 millions de personnes. Le livre donne le message qu’une union d’amour amènera la beauté, la paix et des bénédictions au monde. Au réveillon du Nouvel An, de nombreuses chaînes de télévision dont CNN, NBC et ABC ont diffusé en direct depuis cette place montrant l’affichage sur leurs chaînes de télévision. Nous espérons que celui-ci atteindra ceux qui sont désireux de s’unir sur la base de l’amour et de faire du monde un endroit meilleur.

http://callforunity.org/

News Rescue :

http://newsrescue.com/adnan-oktars-message-call-unity-times-square-new-york/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/246297/le-message-dadnan-oktar-«http://harunyahya.fr/fr/Articles/246297/le-message-dadnan-oktar-«http://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/news_rescue_adnan_oktar_message_for_a_call_for_unity_at_the_TimesSquare_in_NewYork2.jpgSun, 16 Apr 2017 15:55:05 +0300
Cinq yeux, un cerveau... L'alliance des espions vous observe.

Il y a cinq yeux interconnectés et disséminés à travers le monde qui observent chaque instant de votre vie personnelle.

"Five Eyes" (Cinq Yeux) est le nom d'un réseau de renseignement commun composé de cinq pays que sont le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. L'origine de ce réseau remonte à l'UKUSA, un accord sur le partage des renseignements signé entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis en mars 1946. Fondé par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, l'UKUSA fut changé en l'alliance "Five Eyes" en incluant les membres du Commonwealth Britannique que sont le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande à travers les années qui suivirent. Donc, la fondation d'un grand réseau de renseignement qui surveille le trafic de communication dans tous les continents à partir de cinq points différents et qui partage ces informations avec les pays alliés était posée.

L'alliance entre ces cinq pays anglophones est basée sur les principes d'échange de toute sorte d'informations entre eux (principalement les informations de type ROEM ou renseignement d'origine électromagnétique) et de ne jamais espionner les pays membres de cette alliance. Cette alliance vielle de 70 ans contrôle, analyse et rassemble les communications mondiales avec son infrastructure de contrôle mondial incorporé.

Les services secrets principaux de ces cinq pays constituent la partie essentielle de ce système de contrôle : la "NSA" des Etats-Unis, le "GCHQ" en Grande-Bretagne, le "CSEC" au Canada, le "ASD" en Australie et le "GCSB" en Nouvelle-Zélande étant les plus importants. En plus de ça, de nombreux autres services secrets subsidiaires sont les sources les plus importantes du réseau "Five Eyes". Parmi ceux-là, par exemple, il y a le RAF (Royal Air Force) du Royaume-Uni connu pour être le plus grand centre de contrôle électronique du monde.

Là-bas, des informations sont rassemblées pour les Etats-Unis et le Royaume-Uni grâce au contrôle du réseau de communication du monde entier. Même en considérant que seul la NSA et le RAF font partie de ce système, la force et l'ampleur des capacités du "Five Eyes" pour ce qui est de collecter de l'information peuvent être bien comprises.

Comme on le sait, les documents révélant les relations secrètes entre les pays membre du Five Eyes et les opérations d'informations mondiales qu'ils ont menées ont été dévoilés en 2013 par Edward Snowden, l'ex-employé de la CIA et de la NSA. Ces documents, qui ont été publiés dans les journaux The Guardian, The Washington Post, Der Spiegel et The New York Times, mettent à nu les détails de ce contrôle illégal et des opérations de collecte d'informations.

Des tentacules d'une longue portée

Selon ces documents, parmi les instances écoutées et surveillées par les services de renseignements britanniques en liaison avec la NSA se trouvaient des diplomates du sommet du G20, les présidents des pays tels que l'Allemagne, le Brésil ou le Mexique, des politiciens, les bureaux de l'ONU, diverses ambassades ainsi que des organismes de presse. La mise sur écoute du bureau de Kofi Annan pendant le début de la guerre d'Irak peut être considérée comme une des nombreuses activités des services secrets anglais.

Il y a des antennes satellites, des stations d'écoute et de surveillance appartenant à la NSA et au GCHQ britannique dans les ambassades, dans les bases militaires et dans les agences à travers le monde entier.

Ils ont un accès immédiat aux caméras de sécurité de presque tous les pays. Les bateaux britanniques et américains qui sont sur les côtes chinoises écoutent les communications radios de la région.

Les antennes satellites placées à Fort Meade, à Maryland, surveillent les transactions bancaires à travers le monde entier.

Selon les nouvelles rapportées par le The Guardian, afin de rassembler des informations sur la communication mondiale, le Royaume-Uni a acquis toute sorte d'informations personnelles en ayant eu secrètement accès aux 200 câbles à fibre optique intercontinentaux qui transportent les communications téléphoniques, les messages ainsi que le trafic internet. Le service de renseignement britannique, le GCHQ, peut recueillir simultanément des informations de 46 de ces câbles.

Ce programme secret, dont le nom de code est "Tempora", avait été utilisé pendant 18 mois quand les nouvelles avaient fait surface. Et le nombre de données (enregistrement téléphonique, SMS, e-mails, l'historique internet, des informations sur les comptes de divers sites web comme Facebook... ) rassemblées seulement pendant cette période a atteint des proportions gigantesques.

Par exemple, approximativement 600 millions de conversations téléphoniques étaient enregistrés en une seule journée. La quantité d'information rassemblée quotidiennement était équivalente à la capacité d'information existant dans 192 bibliothèques nationales anglaise.

"Pire que les Etats-Unis"

Snowden explique que ce réseau d'espion n'est pas le seul travail des Etats-Unis mais qu'en fait l'acteur principal est le Royaume-Uni et pour mettre en relief le fait que le service de renseignement anglais n'a aucune limite, il dit : "Ils (le Royaume-Uni) sont pire que les Etats-Unis."

Prism et XKeyscore, qui ont fait surface tout comme Tempora, sont aussi des programmes de pointe de collecte d'informations, d'analyse et de filtrage que Five Eyes utilise. Ils peuvent se connecter sur les serveurs informatiques et sur les satellites de l'armée et des installations diplomatiques de beaucoup de pays étrangers. Un autre produit Five Eyes, ECHELON, qui est fréquemment cité dans des films d'espionnage, est le plus vieux et le plus basique de ces programmes.

Précisons aussi que l'agence de surveillance électronique de la Nouvelle-Zélande, le GCSB, travaille tout aussi durement. Cette agence rassemble des informations de communication circulant dans la région de l'Asie-Pacifique via le programme controversé XKeyscore de la NSA et livre ces informations à ses chefs au Royaume-Unis et aux Etats-Unis sous forme d'empaquetage des métadonnées. Selon les documents de Snowden, les informations rassemblées par le GCSB n'ont aucune relation avec les menaces pour la sécurité. Au contraire, le GCSB dirigeait ses activités d'espionnages sur une vaste gamme de pays parmi lesquels figurent les amis de la Nouvelle-Zélande, les partenaires commerciaux et les plus proches voisins du Pacifique.

Même si l'on ne considère que les informations fournies dans cet article, il est évident que, contrairement à la croyance populaire, les Etats-Unis ne sont qu'un seul œil parmi cinq autre tandis le cerveau gouvernant ces cinq "yeux" réside en Grande-Bretagne comme ça l'a été pendant des siècles. En fonction de l'environnement, des conditions et des plans, ce cerveau se met parfois au premier rang et parfois en arrière-plan.

C'est pour votre bien

Les activités de Five Eyes continuent de façon effrénée sans tenir compte des lois, de la vie privée et de l'intimité. Cette sombre organisation effectue ses opérations illégales et illicites en se cachant derrière des excuses rebattues comme "la menace terroriste" et "les questions de sécurité" comme elle le fait avec chacune de ses activités impérialistes.

Il est évident que le véritable but de cette organisation, comme ça l'a toujours été, est d'obtenir la plus puissante dominance politique, militaire et économique à travers le monde et de créer la méthode d'exploitation la plus sophistiquée basée sur l'intérêt personnel.

Ces sortes d'organisations sinistres tirent leur force de leur discrétion. Pour cette raison, la meilleure façon de se battre contre des organisations comme Five Eyes est de les mettre à nu et de les tirer de l'obscurité vers la lumière pour les rendre plus visibles. Pour pouvoir remporter ce combat, les bonnes personnes doivent s'allier entre eux et se soutenir les unes les autres.

Le nom Five Eyes, qui est utilisé pour décrire une organisation composée de cinq pays, nécessite qu'il y ait un cerveau qui dirige ces cinq yeux, qui évalue les informations reçues et les rend visibles. L'endroit où il faut chercher ce cerveau se situe sur les îles de la Grande-Bretagne.

The China Post & Daily Mail:

http://www.chinapost.com.tw/commentary/china-post/special-/2016/11/06/483109/THE-SPY.htm

http://dailymailnews.com/2016/11/19/five-eyes-one-brain-the-spy-alliance-is-watching-you/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/246053/cinq-yeux-un-cerveau-lalliancehttp://harunyahya.fr/fr/Articles/246053/cinq-yeux-un-cerveau-lalliancehttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/china_post_adnan_oktar_the_spy_alliance_is_watching_you2.jpgThu, 13 Apr 2017 01:26:57 +0300
Le salut de Mossoul est dans l’esprit de fraternitéLa tentative de Stratfor de détourner l’histoire

Récemment, le groupe de réflexion Stratfor, également connu sous le nom de « Shadow CIA » a annoncé son opinion sur l'opération de Mossoul et sur l'avenir de cette ville. L'analyse, signée par Reva Goujon, affirme que, depuis des siècles, la Turquie et l'Irak revendiquent Mossoul et que les deux pays sont en désaccord à ce sujet. Dans l'essai, Goujon affirme que l'armée turque court après le vieil objectif ottoman et qu'elle effectue des opérations en Syrie pour atteindre cet objectif. 

Alors que l'article suggère ce genre d'accusations sans fondement contre la Turquie et les Turcs, il ne mentionne jamais le fait que la Grande-Bretagne a envahi Mossoul en 1918 en défiant les traités de paix, que c'est ainsi que les sources d'énergie de la région, dont le pétrole iranien, ont été exploitées par la Grande-Bretagne et que des dizaines de coups d'Etat, de révolutions, de révoltes et d'assassinats irakiens portent la signature de l’Etat profond britannique. Au lieu de cela, on y explique le désir des Etats-Unis et de l’UE de prévenir le terrorisme et d’apporter de l’ordre dans la région. Pourtant, seule l’histoire des 20 dernières années de l’Irak suffit à révéler que les forces déployées dans la région avec la promesse de lutte contre le terrorisme ont entraîné l’exil et la mort de millions de personnes et la destruction massive de villes.

L'analyse susmentionnée fournit non seulement des informations purement unilatérales, mais aussi des erreurs historiques, politiques et géographiques. La révélation de ces erreurs jouera un rôle majeur dans la création d’une solution pour établir une paix permanente à Mossoul et dans toute la région.  

L’objectif de la Turquie n’est pas d’annexer mais de gagner le cœur du peuple

L'essai de Stratfor ne parle jamais de l'histoire de Mossoul en lien avec les Turcs et les Ottomans. Il décrit Mossoul comme une région controversée entre l'Iran et la Turquie. En fait, Mossoul fut un territoire ottoman pendant 400 ans. Pendant ce temps, l'Iran n'a jamais fait aucune revendication concernant la ville. En outre, il est impossible de faire des revendications géographiques. Il y a une chaîne de montagnes qui est très difficile à passer, voire infranchissable entre Mossoul et l'Iran. Mossoul est situé à 1 000 km du golfe Persique et à 400 km de Bagdad. D'autre part, sa distance à la frontière turque est de 110 km. La chaîne de montagnes qu’on affirme être un obstacle entre Mossoul et la Turquie est située à l'Est. La chaîne de montagnes forme une frontière naturelle entre la région de Mossoul et l'Iran. Il n'y a pas une seule montagne sur la route du nord ou du nord-est de Mossoul à la frontière turque. Cette facilité de circulation est la raison pour laquelle cette région est en premier lieu, un centre de commerce et de culture depuis mille ans. En outre, le Tigre prend sa source de la Turquie et traverse Mossoul. Grâce à cela, le transport fluvial a facilité le transport des marchandises et des personnes. Le barrage de Mossoul, qui est beaucoup discuté de nos jours, a été construit sur ce fleuve.

Dans chaque période de l'histoire, le peuple de Mossoul s’est considéré comme musulman plutôt que turc, kurde ou arabe. Leur engagement fut pour le chef spirituel des Musulmans, le calife. Quand la mission de porte-drapeau de l'Islam passa aux Turcs, Mossoul devint une ville seldjoukide. Lors des Croisades, alors que les Seldjoukides défendaient la région, ils ont choisi Mossoul comme quartier général. Mossoul est devenu un territoire ottoman de 1535 jusqu'au moment où il a été envahi par la Grande-Bretagne, en d'autres termes, Mossoul fut une partie de l'histoire turque pendant mille ans. Dans son article, l'analyste de Stratfor, Goujan, affirme que la Turquie veut Mossoul en raison de ses riches champs pétroliers. Toutefois, ce ne sont que certaines puissances occidentales qui s'intéressent à Mossoul pour son pétrole, c'est-à-dire pour le profit. Pour la Turquie, Mossoul est un héritage ancestral, un lieu où vivent leurs frères musulmans. La Turquie a des liens affectueux avec le peuple de Mossoul qu'il protégera et soutiendra toujours.  

Mossoul est une ville où les Turcs, les Kurdes et les Arabes vivent ensemble

L'affirmation de Goujan selon laquelle Mossoul est une ville arabe n'est pas fondée sur des faits historiques. Après la Première Guerre mondiale, les frontières dessinées sous la direction de la Grande-Bretagne de l’époque ont établi des frontières de fils barbelés entre les peuples qui avaient vécu ensemble et fraternellement jusque-là. Les frontières irakiennes d'aujourd'hui, qui ont été dessinées en 1921 à la réunion du Caire par 40 britanniques parmi lesquels il y avait des espions, des politiciens, des soldats et des hommes d'affaires, sont constituées de trois provinces ottomanes : Al-Basra, Bagdad et Mossoul. Parmi ces provinces, Bagdad et Al-Basra sont des régions arabes. Ce sont les régions centrales et méridionales de l'Irak d'aujourd'hui. La province de Mossoul, d'autre part, comprend tout le territoire du nord. Les habitants y sont essentiellement des Turcs et des Kurdes. La cible de l'opération actuelle, la ville de Mossoul, est le centre de cette province. Selon trois documents internationaux importants, le rapport de la Société des Nations, l'Accord d'Ankara et le texte de l’indépendance iranienne, cette région est une « région minoritaire ». Le fait qu'une telle importance soit donnée à Mossoul bien qu’elle soit démographiquement arabe, reflète le plan de diviser le Moyen-Orient en dizaines de parties composées de Turcs, de Kurdes, d'Arabes, de Sunnites, de Chiites, d'Assyriens, de Chaldéens, de Nusayris et ainsi de suite. Toutefois, le Moyen-Orient n'a pas besoin de nouvelles frontières mais de solides unions basées sur l'amour et la fraternité. 

Mossoul est dans le cadre du Pacte national turc

L’autre affirmation erronée de l‘essai est la supposition que le peuple vivant à Mossoul considère les Turcs comme des soi-disant envahisseurs et qu’il ne veut pas leur soutien. Au contraire, les habitants de Mossoul se sont toujours tournés vers la Turquie et ont toujours cherché leur soutien en temps de besoin. Le peuple de Mossoul est lié de cœur à la Turquie. En effet, ils sont restés fidèles à l'Empire ottoman, même pendant les rébellions arabes de la Première Guerre mondiale. Ils ont combattu avec dévouement contre les envahisseurs britanniques et les troupes rebelles arabes sur les lignes de front ottoman dans l'armée ottomane. La raison de la volonté de la Turquie d'acquérir Mossoul aux réunions de Lausanne n'était pas le pétrole. La raison est le fait que Mossoul était encore un territoire ottoman dans l'armistice de Moudros qui a mis fin à la Première Guerre mondiale et qu'il a été reconnu comme territoire turc dans le Pacte national turc déclaré par la Chambre des députés ottomane. La guerre d'indépendance a été menée pour les territoires inclus dans le Pacte national turc. Durant la guerre d'indépendance turque, le peuple turc n'a pas lutté pour le pétrole mais a courageusement combattu sur le sol même qu'ils considéraient comme leur patrie pour la paix de leurs vrais frères.

Les Kurdes de la région de Mossoul sont également amis des Turcs

Contrairement à ce que prétend Sratfor, il n'y a absolument aucun conflit entre le peuple kurde vivant dans la région et l'Etat turc. Les Kurdes vivant dans le nord de l'Irak sont également amis des Turcs. Ils se sont toujours réfugiés en Turquie lorsqu'ils ont fui l'oppression de Saddam. Les investisseurs et commerçants voyageant de la Turquie vers la région ont toujours visité leurs parents turcs ou kurdes. Il y a une coopération économique entre les Turcs et les Kurdes depuis des siècles dans la région. Pour cette raison, le peuple kurde de Mossoul se considère très proche de la Turquie et du peuple turc.

Tout au long de l'histoire, la raison pour laquelle Mossoul a prospéré et est devenu un centre de pouvoir est sa connexion avec l'Anatolie

L'effort de Stratfor de présenter les investissements des entrepreneurs turcs à Mossoul comme une « invasion économique » n'est en aucun cas sincère. L’un des principaux facteurs de la prospérité de Mossoul est ses liens commerciaux avec l'Anatolie. Tout comme les interactions économiques des entreprises d’un pays à des milliers de kilomètres sont naturelles, la conduite des affaires dans une région qui partage une frontière avec la Turquie est également le droit naturel des entreprises turques. La facilité de circulation permet aux entreprises turques d’être compétitives. Il est évident que les entreprises turques ont le coût le plus bas pour les appels d’offres. Le bénéficiaire est le gouvernement du nord de l’Irak, c’est-à-dire la population locale qui peut être une main-d’œuvre bon marché. En outre, les autres régions de l'Irak sont également construites par des entreprises de construction turques. Les entrepreneurs turcs ont signé des centaines de milliards de dollars de contrats en Russie, en Ukraine, au Kazakhstan, au Turkménistan, en Libye, en Algérie, au Nigéria, au Koweït, au Qatar et dans bien d'autres pays.

La Turquie est un pays qui suit de près l'évolution à ses frontières, elle n'est pas un envahisseur

L'écrivain Goujon affirme que la Turquie veut envahir Mossoul. En fait, la Turquie suit de près les développements pour sa propre sécurité et la paix de la population locale. Celui qui exploite, bombarde, envahit, assassine, détruit, divise, réclame la propriété des champs pétroliers de la région a toujours été l'Etat profond britannique. Les habitants de Mossoul ont été dévastés pendant la période du mandat britannique. Pendant le Traité de Lausanne, la Grande-Bretagne a rasé la région de Mossoul. Des dizaines de milliers de Musulmans vivant à Mossoul ont perdu la vie sous les bombardements de la Royal Air Force britannique.

Stratfor ne mentionne jamais ces faits historiques dans son analyse. L'article tente de donner l'impression que les intérêts impérialistes du jeune gouvernement turc et de la Grande-Bretagne étaient en conflit à Lausanne. Mais en fait, il y avait d’une part, la Grande-Bretagne qui a divisé et envahi le territoire ottoman, tandis que de l'autre il y avait la Turquie, un pays qui a mené une lourde guerre d’indépendance pendant quatre ans pour défendre sa patrie.

La Grande-Bretagne de cette période a non seulement avalé Mossoul, mais aussi tout le Moyen-Orient. Les populations turques, kurdes, arabes, sunnites, chiites, nusayri, yazidis, chrétiennes, juives et musulmanes de la région ont été victimes de la Grande-Bretagne, leurs terres ont été pillées et leurs biens ont été saisis.

Il y a la paix entre la Turquie et l'Iran depuis 400 ans

Le conflit Iran-Turquie est une affirmation absurde. La frontière Iran-Ottoman, et plus tard la frontière Iran-Turquie, n'a pas changé depuis 400 ans. Les peuples de l'Iran et de la Turquie ne se sont jamais fait la guerre depuis quatre siècles. En fait, 20% de la population iranienne est composée de Turcs azerbaïdjanais. La prétention de Stratfor d'un conflit turc-iranien est loin des faits historiques. Aujourd'hui, Moscou, Téhéran, Ankara, Riyad et même Damas sont au bord d'une alliance. Ces peuples ne sont pas ennemis des uns et des autres et l'Iran n'a jamais revendiqué Mossoul.

Ni l'Empire ottoman, ni la Turquie n’a connu des conflits confessionnels

La Turquie n'a jamais pris parti dans les conflits confessionnels. L'Etat turc est ami de l'Iran et de l'Arabie saoudite. Notre Président, M. Erdogan a plusieurs fois déclaré que : « Notre religion n'est ni le chiisme, ni le sunnisme, mais l'Islam. »

Le peuple turc considère les Syriens comme des frères

Dans l'essai, Stratfor tente de définir les politiques de l'Etat turc sur la Syrie et Mossoul comme une « invasion ». Le fait est que, 600.000 personnes ont perdu la vie en Syrie jusqu'à aujourd'hui. Aucun d'entre eux n'a été tué par une balle turque. Ces personnes ont des millions de parents en Turquie. La Turquie compte aujourd'hui trois millions de Syriens. Quand la majorité des pays européens érigeaient des murs contre les réfugiés, les habitants de la Turquie dépensaient des milliards de dollars pour leurs hôtes syriens et continuent encore de le faire.

Goujon critique la Turquie pour avoir agi hâtivement en Syrie sans attendre la communauté internationale. Aujourd'hui, la société internationale est incapable de parvenir à un consensus sur la paix. Chaque jour, des centaines d'Arabes, de Turcs et de Kurdes innocents perdent la vie. Et les forces de la coalition continuent de bombarder la Syrie depuis cinq ans. La Turquie intervient nécessairement en Syrie pour apporter la paix. En outre, la Turquie partage une frontière de 600 kilomètres avec la Syrie. Au-delà de ces frontières se trouvent des groupes terroristes qui constituent une véritable menace pour la Turquie. L'opération de la Turquie en Syrie ne vise qu'à sécuriser ses frontières et la Turquie préconise la préservation de l'intégrité territoriale de la Syrie.    

N'ayant pas réussi à apporter la paix en Syrie, la communauté internationale a lancé une opération à Mossoul, qui met en péril une paix déjà fragile en Irak. C'est cette mentalité qui poursuit une politique d'invasion dans la région. La Turquie s'efforce simplement de prévenir de nouveaux massacres. Mossoul est à seulement 100 km de la Turquie. Au cours des trente dernières années, l'armée turque a eu des centaines d'occasions d'entrer à Mossoul, et dans aucun de ces temps, elle n’a monté une campagne impérialiste. Aujourd’hui encore, la Turquie n'a pas cette intention. 

Ce sont les interventions étrangères qui ont introduit des conflits confessionnels au Moyen-Orient

L'affirmation de l'article : « Si les pays de la région deviennent plus puissants à Mossoul, une plus grande guerre sera inévitable. D'autre part, comme les étrangers agissent dans le seul but d’apporter la paix dans la région, il n'y aura pas de guerres confessionnelles » est une illusion. Au cours de l’invasion de l’Irak par les forces de la coalition, 1,5 million de personnes ont perdu la vie. L'Irak a été entraîné dans des conflits confessionnels sous le régime militaire des forces de la coalition. Ces pouvoirs ont conduit les pays dans lesquels ils sont entrés dans de plus grandes spirales de violence, laissant dans leur sillage des terres ruinées et ravagées par des guerres civiles.

Stratfor et Goujon sont sans doute bien conscients des faits dont nous avons mentionnés plus haut. Cependant, l'idée que « Mossoul deviendra un sujet de conflit entre la Turquie et le gouvernement irakien chiite, et que cela conduira donc à une guerre confessionnelle » est inculquée dans l'esprit du public par certains cercles. Il est probable que cet argument soit utilisé pour soutenir et justifier la nécessité de la présence continue des forces de la coalition à Mossoul. En outre, il sera probablement suggéré que Mossoul devienne une région autonome sous surveillance internationale. L'existence d'une telle entité autonome et faible au cœur du Moyen-Orient entraînera clairement plus de conflits et de guerres. Une alliance entre les peuples de la région sera un moyen de contrecarrer ce plan. La Russie, la Turquie, l'Iran, l'Irak, la Syrie, l'Arabie saoudite et même Israël devraient se rencontrer sur un minimum de terrain commun et défendre tenacement la paix contre ceux qui cherchent la guerre. Ce sont les peuples de la région qui établiront la paix et la sécurité dans la région, et non ceux qui viennent de dizaines de milliers de kilomètres.

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/245611/le-salut-de-mossoul-esthttp://harunyahya.fr/fr/Articles/245611/le-salut-de-mossoul-estTue, 04 Apr 2017 22:40:26 +0300
La crise de Crimée peut être transformée en une opportunité

La Crimée est une péninsule d’importance géopolitique et stratégique majeure, dominant pratiquement toute la mer Noire. Avec les détroits du Bosphore et des Dardanelles, elle constitue l’un des points les plus critiques en ce qui concerne la sécurité de la mer Noire et des pays littoraux. Le fait que le pouvoir qui contrôle la région contrôlera aussi le passage de la mer Noire et, à travers les détroits, de la Méditerranée, est une conviction bien établie. Pour cette raison, la péninsule a été témoin de nombreuses guerres à travers l’histoire. Par conséquent, le fait que la Crimée devienne une zone sûre sous l’hégémonie des pays favorables à la paix et à la stabilité est une question absolument vitale en termes de paix mondiale.

A diverses époques, la péninsule passa sous la domination des empires romain, byzantin et trapezuntin, ainsi que celle de Genève, de Venise et de la Horde d’Or. Néanmoins, les deux nations qui ont les liens historiques, culturels, religieux et ethniques les plus enracinés et les plus solides avec la région sont les Turcs et les Russes.

Les deux pays partagent un héritage sacré et spirituel et comptent beaucoup de martyrs dans le sol de Crimée qui a été le foyer des Musulmans et des Chrétiens à chaque époque. En 988, le prince russe Vladimir a été baptisé dans la ville de Chersonèse, une ancienne colonie grecque au sud-ouest de la Crimée, apportant plus tard de là le christianisme à son propre pays.  

Les Tatars sont l’un des clans turcs qui se sont installés dans la région dès le VIe siècle. Le Khanat de Crimée, l’état historique des Tatars de Crimée, a été fondé en 1428 en tant qu’état successeur à la Horde d’or. A partir de 1475, le Khanat est resté sous le règne de l’Empire Ottoman pendant 300 ans en tant que khanat autonome. Cette situation a pris fin en juillet 1774 avec le traité de Kucuk Kaynarca signé entre les Russes et les Ottomans.

Selon le traité, les tribus musulmanes et les communautés tatares indigènes de la Crimée seraient considérées comme politiquement indépendantes et qu’ils ne seraient un vassal d’aucun autre pays. Toutefois, ils devaient encore rester sujets du sultan ottoman en raison de sa position de calife musulman. L’une des dispositions les plus importantes du traité, qui a été signé à la condition d’être « perpétuel » et qui reste encore en vigueur aujourd’hui, est que « la Crimée ne peut être cédée à d’autres tiers ».  

Après le traité de Kucuk Kaynarca, le traité d’Aynalikavak, un règlement et un accord commercial, a été de nouveau signé entre la Russie et les Ottomans le 21 mars 1779. Selon le traité, l’approbation du sultan ottoman devait être demandée pour la sélection des khans qui succéderaient au souverain de l’époque, Sahin Giray. Ainsi, avec le Traité d’Aynalikavak, l’indépendance de la Crimée a été reconfirmée.

A la suite de ces deux traités qui se complètent et se consolident, le tsarisme de Russie et l’Empire ottoman ont acquis - en termes contemporains - un statut d’Etat garant sur la Crimée. Il fut également conclu qu’en cas de tout différend politique susceptible de se produire dans la région de Crimée, les Etats ottoman et russe conservaient le droit d’imposer le règlement convenu entre eux à la Crimée.  

Par conséquent, la République turque et la Fédération de Russie, les successeurs des Etats susmentionnés, sont les deux pays qui ont le droit d’avoir voix au chapitre sur la Crimée. L’article du Traité de Kucuk Kaynarca qui spécifie que la Crimée ne peut être cédée à d’autres tiers rend impossible en droit international la revendication et l’intervention d’autres pays sur la Crimée.

Pour cette raison, l’Ukraine, l’Union européenne, les Etats-Unis ou tout autre pays (ou l’OTAN) n’ont pas le pouvoir légitime d’intervenir sur la Crimée. L’Ukraine ne perd pas non plus la Crimée ni son intégrité territoriale, car dès le départ, sauf pour les relations de bon voisinage, elle n’a pas partagé de liens réels historiques, culturels ou ethniques avec la Crimée.

En 1954, la RSFS de Russie a légué la région à la RSS d’Ukraine. Comme la concession était faite en URSS et était en grande partie une question de politique intérieure soviétique, personne n’y a vraiment prêté attention à cette époque. En effet, seulement 13 des 27 membres étaient présents à l’Assemblée générale du Parti communiste de l’URSS où le vote historique a eu lieu. Dans ce processus, personne n’a demandé la volonté du peuple de Crimée. Les procédures légales qui auraient dû être suivies ont été violées et le référendum censé être tenu n'a pas eu lieu. Les éventuelles conséquences futures de cette décision, qui a été prise après une brève discussion de 15 minutes, n’ont jamais été étudiées en profondeur.

En 1991, après la dissolution de l’URSS, la Crimée a été offerte comme cadeau à l’Ukraine par Boris Eltsine, président de la République socialiste soviétique de Russie. L’avis des habitants de la région, comptant 2,5 millions d’âmes, n’a même pas été demandé. Sur cette décision, la Crimée, qui avait été sous la domination turque et russe pendant des siècles, est restée dans les frontières ukrainiennes sur la carte pendant les 23 années qui suivirent. Les accords en vigueur concernant la région et le droit international ont été ouvertement violés.

Aujourd’hui, ces erreurs historiques ont commencé à être corrigées avec l’approbation et le soutien du peuple de Crimée sous la direction de M. Poutine. Toutefois, la question de la Crimée est encore avancée comme un motif supposé valable pour une politique d’isolation contre la Russie et les sanctions introduites sous la conduite des gouvernements britannique et Obama. Ces politiques s’inscrivent également dans le plan de neutralisation des pays de la région de la mer Noire tels que la Russie et la Turquie, et sont fortement soutenues par des campagnes d’intimidation et de critiques et par la manipulation de l’opinion publique dirigées depuis Londres.  

Comme c’est le cas pour tous les sujets, une puissante alliance russo-turque qui sera forgée sur la Crimée s'avérera être la réponse la plus efficace et légitime à ces critiques, objections et menaces organisées. Le rôle d’arbitre et de protecteur de ces deux pays sur la Crimée est, dans les propres mots du sénateur russe Aleksey Pushkov, plus légal et « raisonnable que le fait que les Malouines fassent partie de la Grande-Bretagne ».  

Lorsque la coopération entre la Turquie et la Russie sera placée au plus haut niveau en rectifiant les politiques erronées et la négligence de certains gouvernements turcs et soviétiques antérieurs, le peuple de Crimée réatteindra l’identité et la beauté historiques et culturelles qu’il mérite. Le soutien économique, culturel et matériel des deux pays pour le développement, la progression et la prospérité de la Crimée donnera naissance à une péninsule mondialement connue pour sa beauté. La région acquerra une importance historique et touristique. D’autre part, l’alliance militaire entre les deux pays assurera la sécurité de la mer Noire et des pays de la mer Noire de la manière la plus forte.

Si M. Erdoğan et M. Poutine profitent de cette occasion historique en menant une coopération, cela ouvrira la voie à de merveilleux développements. Une Crimée indépendante, liée par des liens de sang, d’histoire et d’amour, et sous la responsabilité et la protection des deux pays, deviendra le symbole adamantin d’une forte alliance et fraternité turco-russe. Cette alliance sera la plus grande réponse à l’état profond britannique, qui tout au long de l’histoire, a pris l’habitude de provoquer les deux pays l’un contre l’autre.

Katehon & Jefferson Corner:

http://katehon.com/article/crimea-crisis-can-be-turned-opportunity

http://www.jeffersoncorner.com/crimea-crisis-can-be-turned-into-an-opportunity/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/245400/la-crise-de-crimee-peuthttp://harunyahya.fr/fr/Articles/245400/la-crise-de-crimee-peuthttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/katehon_adnan_oktar_crimea_crisis_can_be_turned_into_an_opportunity2.jpgSun, 02 Apr 2017 18:29:44 +0300
Le centre du mal dans le monde : L’Etat profond britannique

Tout au long de l’histoire, le mal a toujours été contrôlé à partir d’un seul centre. Les individus qui propagent les guerres et les massacres agissent sous une chaîne de commandement et suivent les plans provenant d’un seul centre. Il n’y a qu’un seul centre qui est responsable des grandes guerres du XXe siècle, de la colonisation, des massacres, de la division du Moyen-Orient et de l’Afrique et des crises économiques. Le mal est comme une pieuvre ayant beaucoup de tentacules ; nos yeux ont d’abord tendance à se focaliser sur le tentacule le plus actif. Cependant, il y a un cerveau qui dirige tous ces tentacules. Ces derniers se déplacent par une coordination parfaite vers un seul but sous les commandements du cerveau. Le fait que les tentacules semblent se déplacer indépendamment n’est qu’une illusion - tous ces tentacules sont sous le contrôle d’un seul cerveau. De plus, le mal est une structure hiérarchique pyramidale. Quelle que soit la largeur de sa base et même si elle est composée de centaines de couches, il n’y a qu’un point au sommet, et celui-ci a une autorité absolue sur ce qui est en dessous.  

Il est impossible d’obtenir des résultats dans la lutte contre le mal en se concentrant simplement sur les tentacules de la pieuvre ou en ciblant les niveaux inférieurs de la pyramide. Nous devons mettre en place une lutte intellectuelle contre le sommet qui contrôle, dirige et commande le système et prend la décision finale. L’exposition de ce centre susmentionné devrait être au cœur de cette lutte intellectuelle, car ce pouvoir est efficace que parce qu’il se cache en créant la confusion chez les autres, il utilise ainsi tous les avantages laids du secret.

Aujourd’hui, lorsqu’on parle du cerveau du mal dans le monde, plusieurs noms sont avancés : les états profonds des Etats-Unis et d’Israël qui sont fréquemment mentionnés, des organismes comme l’ONU, l’OTAN ou l’UE, des organisations comme la CIA, le MOSSAD ou le Gladio, des sociétés secrètes comme les Illuminati, la Franc-maçonnerie, la Skull and Bones (Crâne et os), les Rosicruciens et les Templiers, ainsi que ceux qui contrôlent l’économie mondiale comme les barons financiers de Wall Street, les trusts pétroliers et les multinationales. Toutefois, ces derniers sont tous les engrenages de ce système. Ce sont les tentacules de la pieuvre, les niveaux inférieurs de la pyramide.  

L’Etat profond britannique est, au contraire, au sommet de cette hiérarchie depuis des siècles. Les politiques qui ont noyé le Moyen-Orient dans un bain de sang sont l’œuvre de l’Etat profond britannique. La plupart des nations du Moyen-Orient ont été fondées par la Grande-Bretagne. Les frontières du Moyen-Orient ont été établies lors de la réunion du Caire, présidée par  Winston Churchill. La plupart des administrateurs des pays en question ont été choisis par l’Etat profond britannique. Les hommes de l’Etat profond britannique, T.E Lawrence, Gertrude Bell, le général Allenby, Orde Wingate, Hubert Young, Sir Percy Cox, Herbert Samuel, etc. ont trouvé, formé et donné des responsabilités à ces personnes.   

La grande majorité des cadres qui ont gouverné le Moyen-Orient au XXe siècle ont été formés dans des écoles britanniques telles que l’Académie militaire de Sandhurst, la SOAS – l’Ecole des études orientales, Exeter, Cambridge ou Oxford et ont été amenés à servir les plans de l’Etat profond britannique. Bien sûr, il y a beaucoup de personnes honnêtes, sincères et bien qui ont été formées dans ces écoles. Cependant, il est aussi clair que ces écoles sont utilisées comme centres de formation par l’Etat profond britannique.

L’Etat profond britannique fut derrière le coup d’Etat de Mossadegh en Iran, des coups d’Etat de 1960, 1971, 1980, 1998 et de 2016 en Turquie, et de toute l’histoire récente marquée par les coups d’Etat de l’Egypte, de la Syrie et de l’Irak.  

La CIA et le MOSSAD, qu’on accuse aujourd’hui de gouverner le monde, ont été fondés et formés par le personnel de MI6 (SIS), le service de renseignements du Royaume-Uni. Five Eyes, le plus grand système de surveillance du monde qui a été exposé par Edward Snowden, a été fondé dans l’Australie contrôlée par les Britanniques. Dans Five Eyes, le service de renseignements américain est entouré par les services de renseignements canadiens, néo-zélandais, britanniques et australiens - tous membres du Commonwealth britannique.  

La Société des Nations a été fondée à la conférence de Paris de 1919, contrôlée par la Grande-Bretagne. La conférence a matérialisé les plans de la Grande-Bretagne dans une large mesure. L’Etat profond britannique est également derrière la plupart des résolutions et des décisions de l’ONU. L’architecte en chef de l’OTAN, du Gladio et de l’UE est Churchill, le Premier ministre britannique. Les fondateurs et les premiers administrateurs ont toujours été britanniques. Ces faits historiques ne prouvent pas que ces institutions ou organisations agissent totalement de manière biaisée. Sans aucun doute, l’ONU fournit de nombreux services utiles et chaque organisme de renseignement fournit des services importants pour son propre pays. Cependant, cela ne change pas le fait que l’influence sombre de l’Etat profond britannique soit présente dans la structuration de ces institutions et organisations et dans certaines de leurs décisions.

La Réserve fédérale des Etats-Unis a également été créée par la Banque d’Angleterre. La famille Rothschild, l’un des leaders de l’économie mondiale, est basée en Grande-Bretagne : George Soros a fait ses études en Grande-Bretagne.

C’est l’Etat profond britannique qui a détruit l’Empire ottoman et a occupé l’Anatolie. Le cadre fondateur du communisme s’était réuni en Grande-Bretagne. Le Manifeste Communiste de Marx et Engels (Titre original de la première édition : Das Manifest der Kommunistischen Partei), qui constitue la clef de voûte du communisme, a été publié pour la première fois en Grande-Bretagne. Tous les textes théoriques fondateurs du communisme, y compris Das Kapital, furent écrits là-bas. Les fondateurs du libéralisme, Adam Smith et David Ricardo, étaient britanniques. Charles Darwin, qui a fondé la base idéologique du darwinisme social qui a noyé le monde du 20ème siècle dans des horreurs, était britannique. Karl Popper, le père fondateur du mouvement Open Society de Soros, est britannique. Richard Dawkins, qui est le porte-drapeau de l’athéisme au 21ème siècle, est britannique. Il convient de noter ici que les Britanniques sont un beau peuple aimant, sympathique et décent. Exposer la structure de l’Etat profond britannique sauvera le peuple britannique de cette affliction qui lui porte aussi préjudice depuis des siècles. 

A l’exception de 22 pays, la Grande-Bretagne a historiquement envahi le monde entier à une période donnée. Rappelons cette carte d'invasion ... Antigua-et-Barbuda, Australie, Bahamas, Bangladesh, Barbade, Beliz, Botsvana, Territoire britannique de l’Océan Indien, Îles Vierges britanniques, Brunei… Iles Caïmans, Gibraltar, Iles Christmas, Iles Cocos, Iles Cook… Dominique, Iles Falkland, Gambie, Pays de Galles, Ghana, Grenade, Guyane, Afrique du Sud, Inde, Ecosse, Jamaïque, Cameroun, Canada, Kenya, Kiribati, Irlande du Nord, Royaume du Lesotho… Et ce n’est pas tout, il y a encore : République du Malawi, Maldives, Malaisie, Malte, Maurice, Iles de la mer de Corail, Montserrat, Mozambique, Namibie, Nauru, Nigéria, Ile Norfolk. Et cela se poursuit encore avec : Papouasie-Nouvelle-Guinée, Iles Pitcairn, Dépendance de Ross, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Samoa, Sainte-Hélène, Seychelles, Sierra Leone, Singapour, Iles Salomon, Sri Lanka, Swaziland. Et encore… Tanzanie, Tonga, Trinité-et-Tobago, Tokelau, Iles Turques-et-Caïques, Tuvalu, Ouganda, Vanuatu, Nouvelle-Zélande, Zambie. Tous ces pays sont membres du Commonwealth britannique. Des élections ont lieu dans certains de ces pays ; les premiers ministres sont élus… Toutefois, au-dessus de ces administrateurs élus, il y a toujours un gouverneur assigné par Londres. Cela signifie que le Royaume-Uni envoie des « GOUVERNEURS » pour diriger tous ces pays comme s’ils étaient ses comtés. Les gouvernements élus prennent des décisions, les posent devant le gouverneur britannique. Le gouverneur assigné les présente à la Reine. La Reine dit « oui » ou « non ».

  Les Etats-Unis eux-mêmes sont une ancienne colonie britannique. Les machinations de l’état profond britannique ont mené à la guerre anglo-américaine de 1812, dans laquelle les forces britanniques ont brièvement occupé Washington, D.C. et ont incendié la Maison Blanche. En raison de la perfidie de l’état profond britannique, les Etats-Unis ont été forcés d’entrer dans la Seconde Guerre mondiale. Les négociations de paix se sont déroulées sous le contrôle britannique après la Première et la Seconde Guerre mondiale. Il est également intéressant de noter que c’est un ancien agent de renseignement britannique qui a préparé les faux rapports contre M. Trump.  

Bernard Lewis, le cerveau des occupations en Afghanistan et en Irak, de la guerre Iran-Irak, de la révolution iranienne, du projet du Croissant-Rouge, de la fragmentation du Moyen-Orient, du choc des civilisations et de l’ère des guerres musulmanes, est un officier britannique des services de renseignements militaires. Il a enseigné à la SOAS pendant 30 ans. Lewis, qui est arrivé aux Etats-Unis en 1974 sur une décision spontanée, a été depuis lors le principal consultant de presque tous les présidents américains sur les questions du Moyen-Orient. Il est l’éducateur de Kissinger, de Brezinski, de Huntington et des récents néo-conservateurs célèbres. C’est lui qui a écrit la politique américaine au sens propre du terme.  

L’Etat profond britannique est également le centre du colonialisme et de l’esclavage. La Chine, l’Inde, l’Indonésie et la Malaisie sont restés sous le joug britannique pendant des siècles. C’est aussi l’Etat profond britannique qui a initié la Chine à l’opium, qui a discipliné l’Inde avec la famine et a terrorisé la plus grande partie de l’Asie du Sud-Est avec la Compagnie britannique des Indes orientales. Aujourd’hui, on se rappelle très peu du génocide mené en Inde par la Grande-Bretagne de cette époque. Celle-ci, qui a laissé 330 millions de personnes face à la famine il y a 150 ans, a causé la mort de plus d’un million d’Indiens.

La plupart des fondateurs du terrorisme radical d’aujourd'hui ont été formés à l’Université al-Azhar. C’est le raciste et évolutionniste anglo-saxon, Lord Cromer, le gouverneur colonial d’Egypte, qui a amené l’Université al-Azhar à cette situation. Avec Muhammad Abduh, financé et soutenu par Lord Cromer, l’Université al-Azhar est devenu le centre du darwinisme social dans le monde islamique. Ces cadres sont les idéologues de l’Islam radical. Le système établi par Lord Cromer a influencé tout le monde islamique en 30 ans ; cet impact négatif est la principale cause de l’environnement de guerre actuel.

Aujourd’hui, le Pakistan, l’Afghanistan, l’Irak, le Nigéria, la Syrie et le Yémen, les pays où le terrorisme a arraché le plus de vies, ont toujours été sous occupation britannique. Oussama Ben Laden a fait ses études en Grande-Bretagne. Le GIA, qui a noyé l’Algérie dans le sang, a rassemblé ses cadres en Grande-Bretagne. Les hommes armés les plus importants de Daech étaient des soldats originaires de la Grande-Bretagne. 

Daech, al-Qaida, Boko Haram, al-Shabaab, FETO, le Hezbollah, le PKK, le PYD, Asala, le DHKP-C, les Brigades rouges et les organisations terroristes semblables servent tous d’armées de l'Etat profond britannique. Cette structure apporte des effusions de sang et des larmes partout où elle se va. La liste est encore longue. Pour résumer, les 300 dernières années de l’histoire humaine ont été marquées de sang par l’Etat profond britannique. Des centaines de millions de personnes innocentes, y compris leur propre peuple, sont mortes entre les mains de ces tueurs racistes, colonialistes, opportunistes, et impitoyables. Les plus grands génocides de l’histoire ont été perpétrés par l’Etat profond britannique qui a aussi causé de grandes souffrances au peuple britannique.

Le 15 juillet 2016, au cours duquel les masques sont tombés et que les vraies faces se sont révélées avec l’insurrection armée en Turquie, l’Angleterre dépêcha des milliers de soldats à la base de la Royal Air Force dans les côtes sud-ouest de Chypre, à 100 miles de la Turquie, envoya des navires de guerre de la Royal Navy en Méditerranée et employa des centaines de jets, d’hélicoptères pour soi-disant aider environ 50 000 citoyens britanniques à s’écarter du danger. Les soldats étaient libres de tirer sur les « insurgés locaux » qui essayeraient d’interférer à cette opération. Plus qu’une tentative de sauver ses citoyens, toutes ces préparations faites avant la tentative de coup d’Etat par l’Angleterre semblent davantage être un plan calculé.

Après que les relations de la Turquie avec la Russie - le seul pays à offrir un soutien à la Turquie pendant cette période - se soient améliorées rapidement, l’Etat profond britannique a été profondément troublé de réaliser que l’union des pouvoirs des trois pays pour le processus de solution pour la Syrie apporterait la paix et l’unité à la région. Dernièrement, le Royaume-Uni, qui attendait en veille - prêt à envahir - au cours de la tentative de coup d’Etat, a commencé à afficher une attitude soi-disant « amicale » et « candide » envers la Turquie. Bien sûr, avoir de bonnes relations avec le peuple du Royaume-Uni est important pour la Turquie. Toutefois, les complots de l’Etat profond britannique ne sont jamais ni pour le bien de la Turquie ni pour celui de son propre peuple et ne l’ont jamais été.

Aucun dirigeant, aucune nation, aucun Etat ne peut se tenir seul face aux machinations d’une telle structure qui a été organisée à cette échelle et a pénétré les capillaires d’autres pays. C’est l’alliance du bien qui arrêtera ces plans vicieux. L’année précédence, la fondation d'une alliance forte et inébranlable entre la Russie et la Turquie a été réalisée à l’initiative du président Poutine et du président Erdogan. Le devoir de toute personne de bonne conscience, qui veut sauver le monde du fléau de l’Etat profond britannique, est de défendre et de soutenir cette alliance.

Katehon & News Rescue & Jefferson Corner:

http://katehon.com/article/hub-world-evil-british-deep-state

http://newsrescue.com/hub-world-evil-british-deep-state/

http://www.jeffersoncorner.com/the-hub-of-world-evil-the-british-deep-state/

]]>
http://harunyahya.fr/fr/Articles/245399/le-centre-du-mal-danshttp://harunyahya.fr/fr/Articles/245399/le-centre-du-mal-danshttp://imgaws1.fmanager.net/Image/objects/6-makaleler/katehon_adnan_oktar_the_hub_of_world_evil_the_british_deep_state2.jpgSun, 02 Apr 2017 18:23:32 +0300