< <
1 / total: 5

Le seul objectif du croyant tout au long de sa vie est de satisfaire Dieu


Par ceci (le Coran), Allah guide aux chemins du salut ceux qui cherchent Son agrément. Et Il les fait sortir des ténèbres à la lumière par Sa grâce. Et Il les guide vers un chemin droit. (Sourate al-Maidah, 16)

Qu'est-ce qui différencie le musulman des autres individus? Les non-musulmans répondront que la différence se situe au niveau culturel, dans une vision du monde différente ou dans des valeurs morales dans lesquelles ils ne se reconnaissent pas. D'autres diront que la différence prend racine dans les idéologies que les musulmans embrassent. Toutes les réponses renverront aux différences "visibles" qui semblent être les conséquences d'une différence plus fondamentale. Souvent, ces non-musulmans ne comprennent pas cette différence, c'est d'ailleurs pour cela qu'ils ne sont pas musulmans.

Il faut souligner une chose avant de présenter la caractéristique de base qui distingue le musulman. Lorsqu'on parle du "musulman", on ne fait pas référence à un individu dont la carte d'identité porte la mention "musulman". En fait, le mot "musulman" est celui choisi par Dieu pour désigner celui qui adhère à Sa religion. Comme cela est indiqué dans le Coran, les musulmans se distinguent des autres individus car ils reconnaissent l'infinie puissance de Dieu. Toutefois cette reconnaissance ne signifie pas automatiquement l'affirmation de l'existence d'un Créateur:

Dis: "Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre? Qui détient l'ouïe et la vue, et Qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout?" Ils diront: "Allah." Dis alors: "Ne Le craignez-vous donc pas? Tel est Allah, votre vrai Seigneur. Au-delà de la vérité qu'y a-t-il donc sinon l'égarement? Comment alors pouvez-vous vous détourner? (Sourate Yunus, 31-32)

Dans ces versets, les questions s'adressent à quelqu'un qui admet l'existence de Dieu et accepte ses attributs et qui pourtant ne craint pas Dieu et s'en détourne. (Satan, lui-même, ne nie pas l'existence de Dieu)

Il ne suffit pas d'affirmer verbalement la puissance divine pour l'accepter et s'y soumettre. Les croyants sont ceux qui admettent l'existence de Dieu et Sa grandeur, qui sont "constants dans leur devoir" envers Lui et qui orientent leurs actions dans ce sens. En revanche, les autres sont ceux qui nient Dieu ou, à l'image de ceux que décrivent les versets précédents, ceux qui n'accomplissent pas leur devoir envers Dieu en dépit de leur conscience de Son existence.

De tels individus oublient complètement Dieu, Créateur de l'homme, tout au long de leurs vies. Ils ne sont pas préoccupés par l'origine ni le but de leurs vies qui sont totalement détachées de Dieu et de Sa religion. Pourtant, le Coran établit une comparaison montrant que ce genre de vie repose sur des bases creuses et friables et est donc destiné à la destruction:

Lequel est plus méritant? Est-ce celui qui a fondé son édifice sur la piété et l'agrément d'Allah, ou bien celui qui a placé les assises de sa construction sur le bord d'une falaise croulante et qui croula avec lui dans le feu de l'Enfer? Et Allah ne guide pas les gens injustes.  (Sourate at-Tawbah, 109)

Le verset précédent nous informe également que les vies de ceux qui manquent de foi sont construites sur le bord d'un "précipice prêt à s'effondrer". Le but principal des non-croyants est d'atteindre le bonheur et la paix "dans ce monde", certains souhaitant avant tout devenir riche s'y consacreront corps et âmes, d'autres en mal de reconnaissance et de respect se sacrifieront afin de gagner une certaine notoriété. Mais ce sont là des objectifs purement terrestres qui disparaîtront lorsque la mort frappera ou peut-être même avant.

Le croyant est, en revanche, pleinement conscient de l'existence et de la puissance de Dieu. Il sait pourquoi Dieu l'a créé et ce qu'Il attend de lui. C'est pourquoi son but principal est de satisfaire Dieu en tant que serviteur. Il recourt à tous les moyens licites pour atteindre ce but et il lutte dans cette voie. Son état d'esprit lui permet de dépasser le mystère de la mort: pour beaucoup elle est synonyme de fin alors que pour le croyant, elle est au contraire une transition vers la vraie vie.

Pour les non-croyants, la mort est un incident qui s'auto-génère et qui met donc un terme à la vie de manière fortuite et spontanée. La vérité est que Dieu crée la vie et la reprend. La mort n'est certainement pas une coïncidence ou un accident. Elle a lieu au moment et à l'endroit préétablis par Dieu.

Le musulman comprend que Dieu a pouvoir sur toute chose et que la mort n'est pas une fin mais la transition vers la demeure réelle de l'homme: l'Au-delà. Il évite alors soigneusement de construire sa vie sur un "précipice prêt à s'effondrer". Il se tourne vers Dieu car il sait qu'Il est le Propriétaire et Créateur de la vie, de la mort et de ce qui vient après. Dans ce système créé par Dieu, il sait que la richesse, le statut social ou le physique ne mène pas au succès mais ne sont que des "causes" éphémères opérant selon les règles édictées par Dieu.

La clé du système créé par Dieu réside dans Son consentement. Dieu ne guide, en effet, que ceux qui recherchent Son plaisir:

Par ceci (le Coran), Allah guide aux chemins du salut ceux qui cherchent Son agrément. Et Il les fait sortir des ténèbres à la lumière par Sa grâce. Et Il les guide vers un chemin droit (Sourate al-Maidah, 16)

Le trait essentiel qui distingue le musulman des autres individus est qu'il voit dans la religion un moyen de gagner le plaisir et la satisfaction de Dieu, tandis que la plupart des gens estiment qu'il s'agit d'un système de croyances occupant une part insignifiante de leurs vies.

Il faut ici faire la distinction entre les véritables musulmans et ceux qui les imitent, c'est-à-dire les hypocrites. Les musulmans prennent la religion comme un chemin menant vers le plaisir de Dieu alors que les hypocrites ne recherchent qu'un profit. C'est pourquoi la prière de l'hypocrite est de nature prétentieuse (Sourate 107, al-Ma'un: 6) tandis que les musulmans prient humblement (Sourate 23, al-Mu'minun: 1-2). De la même manière les musulmans dépensent leur argent pour la cause de Dieu, alors que les hypocrites le font davantage pour impressionner les gens que pour gagner l'agrément de Dieu.

O les croyants! N'annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort, comme celui qui dépense son bien par ostentation devant les gens sans croire en Allah et au Jour dernier. Il ressemble à un rocher recouvert de terre: qu'une averse l'atteigne, elle le laisse dénué. De pareils hommes ne tirent aucun profit de leurs actes. Et Allah ne guide pas les gens mécréants (Sourate al-Baqarah, 264)

Les efforts pour le plaisir de Dieu

L'homme travaille dur pour s'assurer un confort terrestre qu'il estime être le but ultime dans la vie. Il se concentre sur la prospérité matérielle, la reconnaissance sociale ou tout autre bénéfice terrestre. Pour un "vil prix" (Sourate 9, at-Tawba: 9) qui lui échappera des mains rapidement, il sue sang et eau.

Les Musulmans aspirent à une bien plus grande récompense, à savoir la satisfaction de Dieu et Son Jardin éternel, c'est pourquoi ils font des efforts dans cette voie. De cette caractéristique, Dieu dit:

Quiconque désire [la vie] immédiate, Nous nous hâtons de donner ce que Nous voulons, à qui Nous voulons. Puis, Nous lui assignons l'Enfer où il brûlera méprisé et repoussé. La vie immédiate: allusion à celui qui oeuvre uniquement pour les jouissances de la vie d'ici-bas. Et ceux qui recherchent l'Au-delà et fournissent les efforts qui y mènent, tout en étant croyants... alors l'effort de ceux-là sera reconnu.  (Sourate al-Isra, 18-19)

Un croyant fait de son mieux pour obtenir l'approbation de Dieu et l'Au-delà. Il "vend" ses biens et sa vie pour la cause de Dieu:

Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d'Allah: ils tuent, et ils se font tuer. C'est une promesse authentique qu'Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l'Évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu'Allah à son engagement? Réjouissez-vous donc de l'échange que vous avez fait: Et c'est là le très grand succès. De l'échange que vous avez fait: du bon marché que vous avez fait (votre personne et vos biens contre le Paradis). (Sourate at-Tawbah, 111)

Les épreuves rencontrées par le croyant dans son cheminement vers Dieu ne remettent pas en question son engagement, à condition qu'il ait vendu "ses biens et sa personne" à Dieu. Rien n'a d'intérêt pour lui si ce n'est l'approbation de Dieu. Le croyant sait qu'il n'est pas le "propriétaire " de son corps et de sa richesse, c'est pourquoi il ne poursuit jamais les désirs futiles de son ego (nafs). À Dieu appartiennent son corps et toutes ses possessions. C'est pourquoi ils sont utilisés en accord avec la volonté divine.

Cela mis à part, Dieu testera la détermination du croyant. Un croyant ne doit pas éviter la lutte sur la voie de Dieu. Et s'il était question de faire de petits efforts pour gagner des "gains faciles", les hypocrites accompliraient les actions qui, en apparence, sont en accord avec la Volonté de Dieu:

S'il s'était agi d'un profit facile ou d'un court voyage, ils t'auraient suivi; mais la distance leur parut longue. Et ils jureront par Allah: "Si nous avions pu, nous serions sortis en votre compagnie." Ils se perdent eux-mêmes. Et Allah sait bien qu'ils mentent.  (Sourate at-Tawbah, 42)

Ainsi le seul critère pour devenir un croyant est le désir sincère d'atteindre la satisfaction de Dieu. En cela, il ne doit négliger aucun des sacrifices exigés sur la voie de Dieu. "Les croyants sont ceux qui ont une pensée pure et qui gardent à l'esprit "le rappel de l'Au-delà. (Sourate Sad, 46) Ils n'aspirent à rien d'autre que le plaisir de Dieu et espèrent Le satisfaire, bénéficier de Sa miséricorde et atteindre le Paradis, car "quiconque, homme ou femme, fait de bonnes oeuvres, tout en étant croyant... les voilà ceux qui entreront au Paradis ; et on ne leur fera aucune injustice, fût-ce d'un creux de noyau de datte." (Sourate an-Nisa, 124)

L'attitude du croyant est clairement décrite dans le Coran. Le Paradis est la demeure de ceux qui "croient avec certitude" en Dieu et en l'Au-delà (sourate 31, Luqman: 4) et qui font de leur mieux dans la voie de Dieu. En revanche, ceux qui adorent Dieu marginalement et placent leurs intérêts futiles au même niveau que la satisfaction de Dieu sont décrits ainsi dans le Coran:

Il en est parmi les gens qui adorent Allah marginalement. S'il leur arrive un bien, ils s'en tranquillisent, et s'il leur arrive une épreuve, ils détournent leur visage, perdant ainsi (le bien) de l'ici-bas et de l'Au-delà. Telle est la perte évidente ! (Sourate Hajj, 11)

Les croyants sont avides de l'Au-delà. Dieu leur y promet une vie agréable et éternelle. Mais notre Seigneur promet également une belle vie dans ce monde à Ses pieux serviteurs. Cela ne veut pas dire pour autant qu'ils ne connaîtront pas d'ennui ou d'épreuve mais cela n'aura pour but que de les tester et de les faire mûrir.

Le croyant connaît évidemment des situations difficiles au cours de sa vie. Mais puisqu'il y fait face avec soumission, Dieu le soulage de toute difficulté. Par exemple, lorsque les gens de son peuple tentèrent de jeter au feu Ibrahim à cause de sa foi, sa réaction fut celle du musulman. Il préféra être immolé dans le feu plutôt que de nier sa foi et les commandements de Dieu. Malgré la souffrance extrême que le feu aurait pu lui causer, Ibrahim fit face à cette épreuve en totale soumission, ce qui lui valut d'être sauvé par la Volonté de Dieu. Il ne souffrit d'aucun mal.

Il dit: "Adorez-vous donc, en dehors d'Allah, ce qui ne saurait en rien vous être utile ni vous nuire non plus. Fi de vous et de ce que vous adorez en dehors d'Allah! Ne raisonnez-vous pas?" Ils dirent: "Brûlez-le. Secourez vos divinités si vous voulez faire quelque chose (pour elles)." Nous dîmes: "O feu, sois pour Ibrahim une fraîcheur salutaire." Ils voulaient ruser contre lui, mais ce sont eux que Nous rendîmes les plus grands perdants. (Sourate al-Anbiya, 66-70)

Le Coran souligne qu'aucun mal ne touchera ceux qui ne craignent pas de perdre quoique ce soit dans leurs efforts sur le chemin de Dieu. Ils recevront des récompenses matérielles et spirituelles comme l'indique un passage du Coran qui exalte la foi des croyants même s'ils étaient au bord de la défaite sur le champ de bataille:

Certes ceux auxquels on disait: "Les gens se sont rassemblés contre vous ; craignez-les" - cela accrut leur foi - et ils dirent: "Allah nous suffit ; Il est notre meilleur garant." Ils revinrent donc avec un bienfait de la part d'Allah et une grâce. Nul mal ne les toucha et ils suivirent ce qui satisfait Allah. Et Allah est Détenteur d'une grâce immense. C'est le Diable qui vous fait peur de ses adhérents. N'ayez donc pas peur d'eux. Mais ayez peur de Moi, si vous êtes croyants. N'aie (ô Muhammad) aucun chagrin pour ceux qui se jettent rapidement dans la mécréance. En vérité, ils ne nuiront en rien à Allah. Allah tient à ne leur assigner aucune part de biens dans l'Au-delà. Et pour eux il y aura un énorme châtiment. Ceux qui auront troqué la croyance contre la mécréance ne nuiront en rien à Allah. Et pour eux un châtiment douloureux. (Sourate Al-Imran, 173-177)

Le croyant n'est donc affecté ni par l'angoisse, ni par la difficulté, ni par la tristesse car il cherche avant tout le consentement de Dieu et observe Ses commandements. Si le croyant surmonte, avec détermination, patience et soumission les épreuves pénibles destinées à le tester, il pourra alors découvrir la miséricorde de Dieu. Par ailleurs, Dieu nous informe dans le Coran qu'Il n'accable aucune âme d'un fardeau qu'elle ne pourrait supporter:

"Allah n'impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité…" (Sourate al-Baqarah, 286)

Dieu ne punit, dans ce monde ni dans l'Au-delà, le serviteur qui Le sert scrupuleusement mais au contraire, Il le récompense abondamment dans les deux mondes:

Et on dira à ceux qui étaient pieux: "Qu'a fait descendre votre Seigneur?" Ils diront: "Un bien." Ceux qui font les bonnes œuvres auront un bien ici-bas ; mais la demeure de l'Au-delà est certes meilleure. Combien agréable sera la demeure des pieux! Les jardins du séjour (éternel), où ils entreront et sous lesquels coulent les ruisseaux. Ils auront là ce qu'ils voudront ; c'est ainsi qu'Allah récompense les pieux. (Sourate an-Nahl, 30-31) 

Tel un rappel de Dieu, les tourments, les difficultés et les ennuis sont infligés à ceux qui ne cherchent pas la satisfaction de Dieu, qui ne font pas preuve d'une absolue soumission mais qui suivent plutôt leurs passions. Lorsque le croyant commet une erreur, il estime que les difficultés subies sont la conséquence d'une clémente mise en garde divine. Il en tire alors une leçon, se repent et améliore sa conduite. En revanche, le non-croyant ne tire aucune leçon des épreuves subies et mérite de ce fait le tourment éternel dans l'Au-delà.

Connaître son âme (nafs)

Le Coran nous renseigne également sur l'"âme" (nafs) de l'homme. L'âme telle qu'évoquée le plus souvent dans le Coran signifie "ego" ou "personnalité".

Dieu expose les deux facettes de l'âme: celle qui inspire le mal et les mauvaises actions et celle qui se garde du mal:

Et par l'âme et Celui qui l'a harmonieusement façonnée ; et lui a alors inspiré son immoralité, de même que sa piété! A réussi, certes, celui qui la purifie. Et est perdu, certes, celui qui la corrompt. (Sourate ash-Shams, 7-10)

Nous apprenons donc que le mal existe dans l'âme de tout homme, mais seul celui qui la purifie atteindra le salut. Le croyant n'abandonne pas son âme au mal ; il l'évite simplement grâce à la guidance de Dieu. Les paroles du Prophète Yussuf: "Je ne m'innocente cependant pas, car l'âme est très incitatrice au mal, à moins que mon Seigneur, par miséricorde, ne la préserve du péché… " (Sourate Youssuf, 53) nous montrent comment le croyant doit raisonner.

Puisque l'âme est "encline au mal", le croyant doit rester très vigilant. Le Prophète Mohammed (sur lui la grâce et la paix) disait également: "Le plus grand combat est le combat contre soi-même (nafs)." L'âme tente sans cesse l'individu et ne le guide pas vers le plaisir de Dieu car elle présente toujours des alternatives séduisantes. Le croyant, pour sa part, fort de sa crainte envers Dieu, ne se laisse pas abuser par cette caractéristique trompeuse de son âme. Il se tourne toujours vers ce qui est juste selon la volonté de Dieu. Le Prophète (sur lui la grâce et la paix) présentait ainsi l'attitude du sage à l'opposé du sot:

Le sage est celui qui se demande des comptes à lui-même et qui agit en vue de ce qui vient après la mort. Et l'incapable est celui qui se laisse guider par ses passions tout en nourrissant au sujet d'Allah de vains espoirs. (Tirmidhi)

S'abstenir de l'associationnisme

L'associationnisme se résume à associer des partenaires à Dieu. Au vue de cette définition, certains individus objecteront qu'ils ne donnent pas de partenaire à Allah bien qu'en réalité ce soit le cas. Ils ne comprennent pas le sens du terme associationnisme, c'est pourquoi ils répondent de la sorte. Le Coran raconte l'histoire de plusieurs peuples associateurs qui n'admirent jamais donner des associés à Dieu:

Et le Jour où Nous les rassemblerons tous puis dirons à ceux qui auront donné des associés: "Où sont donc vos associés que vous prétendiez?" Alors il ne leur restera comme excuse que de dire: "Par Allah notre Seigneur! Nous n'étions point des associateurs. (Sourate al-Anam, 22-23)

Personne ne doit s'estimer hors de portée de l'associationnisme qui est un grave péché, aussi faut-il prier Dieu de nous en garder. Lorsque l'on demanda au Prophète (sur lui la grâce et la paix) quel était le plus grand péché, il répondit: "Donner des partenaires à Dieu, alors qu'Il vous a créés." Dans le Coran, Dieu prévient qu'Il peut, s'Il le désire, pardonner tous les péchés et tous les crimes, à l'exception de l'associationnisme:

Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelque associé. À part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah un associé commet un énorme péché. (Sourate an-Nisa, 48)

L'associationnisme est une sorte de terrible diffamation qui consiste à attribuer des attributs divins à d'autres créatures. Le pouvoir, l'intelligence, la beauté…n'appartiennent pas aux créatures mais Dieu les leur a accordés pour un temps déterminé. Supposer que ces attributs "appartiennent" à d'autres que Dieu revient à dire qu'ils sont eux-mêmes des dieux. Et il devient alors question d'associationnisme.

Le Coran est clair en ce qui concerne l'unicité de Dieu:

Dis: "Il est Allah, Unique. Allah, Le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. Il n'a jamais engendré, n'a pas été engendré non plus. Et nul n'est égal à Lui."(Sourate al-Ihlas, 1-4)

Comme l'indiquent ces versets, Dieu est Celui qui pourvoit aux besoins de tous. Tout être a donc besoin de Lui pour exister. Si l'on nie le fait qu'Il n'a pas d'égal et que l'on s'imagine que certains êtres peuvent exister d'eux-mêmes sans l'intervention de Dieu, l'associationnisme apparaît. Avec une telle idée, on oublie que tout être vivant est sous le contrôle de Dieu. La thèse selon laquelle des êtres existent sans le soutien de Dieu peut pousser l'homme à solliciter leur aide, leur consentement et adopter finalement leurs règles.

Cependant, les croyants qui n'associent aucun partenaire à Dieu se tournent vers Lui seul car ils savent que Dieu a pouvoir sur tout:

C'est Toi (Seul) que nous adorons, et c'est Toi (Seul) dont nous implorons secours.  (Sourate al-Fatiha, 4)

Ceux qui attribuent des partenaires à Dieu se tournent en réalité vers des créatures incapables de les aider qui sont de faibles serviteurs tout comme eux:

Est-ce qu'ils assignent comme associés ce qui ne crée rien et qui eux-mêmes sont créés, et qui ne peuvent ni les secourir ni se secourir eux-mêmes? Si vous les appelez vers le chemin droit, ils ne vous suivront pas. Le résultat pour vous est le même, que vous les appeliez ou que vous gardiez le silence. Ceux que vous invoquez en dehors d'Allah sont des serviteurs comme vous. Invoquez-les donc et qu'ils vous répondent, si vous êtes véridiques.  (Sourate al-Araf, 191-194)

L'associationnisme est une grande calomnie, une tromperie et une attitude dénuée de toute sagesse. Le Coran décrit ainsi la conduite imprudente de ceux qui donnent des associés à Dieu:

O hommes! Une parabole vous est proposée, écoutez-la: "Ceux que vous invoquez en dehors d'Allah ne sauraient même pas créer une mouche, quand bien même ils s'uniraient pour cela. Et si la mouche les dépouillait de quelque chose, ils ne sauraient le lui reprendre. Le solliciteur et le sollicité sont (également) faibles!" Ils n'ont pas estimé Allah à sa juste valeur; Allah est certes Fort et Puissant. (Sourate al-Hajj, 73-74)

L'associationnisme existe sous plusieurs formes. En prenant d'autres divinités que Dieu, les individus recherchent leur approbation. Ils placent leurs espoirs en celles-ci et font de leurs jugements des vérités. C'est ainsi qu'un individu s'asservit à des millions de divinités imaginaires. Il espère trouver du soulagement chez ces créatures tout aussi impuissantes que lui alors qu'il se situe dans une impasse et connaît à cause de cela une grande perte:

"…l'association à (Allah) est vraiment une injustice énorme." (Sourate Loqman,13)

Il faut préciser qu'un tel individu se fait du mal, car "en vérité, Allah n'est point injuste à l'égard des gens, mais ce sont les gens qui font du tort à eux-mêmes". (Sourate Yunus, 44)

1 / total 5
Vous pouvez lire le livre Etre Dévoué À Dieu de Harun Yahya en ligne, le partager sur des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, le télécharger sur votre ordinateur, l’utiliser dans vos devoirs et thèses, et le publier, dupliquer ou reproduire sur vos sites internet ou blogs sans payer des droits d’auteurs, à condition de citer le site comme référence.
Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top