L'Union Turco-Islamique sera la délivrance des Musulmans de Patani

L’opinion publique n’est pas très au courant de la violence et de la pression subies par les Musulmans de Patani, une région autonome liée à la Thaïlande. Or, sur ces terres riches et fertiles de l’Asie du Sud-Est, il règne une grande oppression depuis environ 200 ans.

L’oppression subie par les Musulmans de Patani a commencé en 1782 avec la dynastie Rama qui a pris le gouvernement en main. Cette dynastie a fait de Bangkok sa capitale et a mis sur pied un système d’administration centrale. A cette période ont éclaté des conflits entre les Musulmans de Patani et le peuple autochtone qu’on appelle les Siamois. Ces conflits allaient continuer jusqu’à nos jours. Au cours de ces conflits, un grand nombre de villes de Patani furent brûlées et détruites, de nombreux centres de défense militaire furent démolis et environ 4.000 Musulmans de Patani furent capturés par les Siamois.

 

Les militaires thaïlandais font irruption dans les mosquées et les masjids de Patani, les Musulmans sont martyrisés alors qu’ils font leur prière. Alors que les Musulmans sont martyrisés sans pitié et sans faire de distinction entre les femmes, les hommes, les jeunes et les vieux ; alors qu’on fait irruption dans les mosquées et que l’on fusille les Musulmans à la tête, y compris ceux en état de prière, tergiverser pour l’établissement de l’Union Islamique, se comporter comme si un tel sujet n’existait pas, et bien cela est une position qui implique une responsabilité auprès d’Allah.


Les Siamois qui capturèrent les Musulmans les torturèrent très violemment. Ils cousirent leurs oreilles et leurs jambes avec un fil solide fait d’une variété de bambou. Les Musulmans traités avec une terrible violence furent amenés à Bangkok où ils les firent travailler comme des esclaves. Ces derniers creusaient des canaux sans aucun outil ni équipement. A la fin de cette guerre, le Sultan de Patani fut cruellement tué par les Siamois. Après la guerre, la Patani qui fut divisée en 7 régions et soumise à l’impôt par la Thaïlande, fut complètement administrée par les Siamois pendant 70 ans.

En 1909, les Siamois accordèrent une indépendance simulée à la Patani, or les pressions du gouvernement thaïlandais continuèrent avec la même violence. Le peuple musulman de Patani qui se souleva pour une indépendance totale à plusieurs reprises, fut réprimé à chaque fois avec violence. Durant cette période, l’immigration vers la Malaisie a fortement augmenté.  

 


Le gouvernement thaïlandais a poursuivi une politique de répression et d’assimilation visant en particulier à éradiquer l’identité islamique du peuple de Patani. La première exécution, en 1932, fut d’interdire complètement les activités des institutions d’éducation appartenant aux Musulmans. En 1944 commença un grand mouvement visant à anéantir le peuple musulman. Les leaders musulmans de Patani et leurs familles furent cruellement martyrisés par les bouddhistes. Il fut interdit de se conformer aux règles islamiques, de faire la prière et d’un autre côté, la croyance bouddhiste fut imposée à la population. Le bouddhisme fut enseigné de force dans les écoles. Les élèves musulmans furent même forcés d’agir selon les doctrines bouddhistes.

 

Les militaires thaïlandais capturent les hommes et les jeunes musulmans de Patani. Ils les oppriment en les couchant nus au milieu de la rue et en les menottant leurs par derrière. Depuis le 15ème siècle à nos jours, le peuple Musulman de Patani est sujet à la violence et à la pression presque tous les jours.


A différentes dates, le gouvernement thaïlandais a organisé d’effroyables massacres de masse contre les Musulmans. Rien qu’en 1944, dans la région de Boulikor Samik, 125 familles musulmanes furent brûlées vives. La politique d’assimilation du gouvernement thaïlandais s’est retrouvée dans tous les domaines de la vie. De très nombreux minarets furent détruits à Patani.

D’un autre côté, dans la ligne de cette politique d’assimilation, en encourageant le peuple bouddhiste à émigrer dans la région de Patani, l’équilibre ethnique de la population a été modifié. La plus grande statue de Bouddha de Thaïlande fut édifiée en Patani. Le peuple musulman fut contraint d’adorer les statues de Bouddha. Certains de ceux qui refusèrent furent martyrisés et jetés dans la rivière Kota. Des tortures inhumaines furent opérées sur des milliers de gens innocents de Patani. Dans les établissements de santé mis sur pied par le gouvernement thaïlandais, d’importants savants musulmans furent martyrisés dans des circonstances douteuses. Les meurtres non résolus et les disparitions sont devenus des faits quotidiens pour le peuple de Patani.

Aujourd’hui, environ 5 millions de Musulmans vivent en Patani. Ces derniers sont privés de tous droits politiques et culturels. Presque tous les jours, la population est sujette aux attaques des militaires thaïlandais. Et même selon des informations données par des Musulmans importants de Patani, en moyenne 7 ou 8 Pataniliens sont martyrisés par jour, par les militaires thaïlandais. Ceux qui ne sont pas martyrisés sont emmenés dans des camps de rassemblement ou bien disparaissent sans que personne n’ait plus jamais de leurs nouvelles. Une grande partie de la population sont forcés de quitter leur maison, ceux qui contestent l’immigration forcée sont martyrisés. Un grand nombre de femmes sont violées, les mosquées et les masjids sont pillées, il est fait des dégâts en lâchant des cochons dans les maisons et sur les champs des Musulmans. En Patani, il y a encore environ 30.000 femmes laissées veuves. On y trouve environ 40.000 orphelins. Ces trois dernières années, durant la répression du gouvernement pratiquée dans la région, plus de 400 personnes ont disparu, pas loin de 2 300 personnes furent martyrisées et près de 4.000 personnes furent arrêtées avec des raisons non légales. En ce moment, 30.000 personnes sont encore détenues dans des camps de rassemblement. La situation dans ces camps est décrite ainsi dans les médias :

La plupart des personnes détenues dans les camps sont torse-nus et présentent des traces sur le corps. Les détenus pataniliens  paraissent on ne peut plus fatigués, maigres et tristes. De plus, des numéros furent inscrits sur le corps des détenus par les militaires. Quand les militaires Thaïlandais doivent appeler les détenus pataniliens, ils utilisent ces numéros au lieu de les appeler par leur nom. Quant aux femmes pataniliennes capturées, elles sont plutôt détenues dans un camps de rassemblement dans la campagne de Galuvo dépendante de Narativa. Les Pataniliens disent que les militaires violent systématiquement les femmes détenues dans ce camp de rassemblement. Elles sont plus de cent.

Comme c’est interdit, les Musulmans ne peuvent pas utiliser de noms islamiques. Certains sont même forcés de changer leur nom pour des noms contenant des significations idolâtres. A cause des interdictions de communication mises en place, nos frères musulmans pataniliens rencontrent des difficultés à faire entendre au monde la persécution qu’ils subissent. Car, de la même manière qu’il est interdit pour la presse étrangère d’entrer en Patani et de prendre des photos dans la région, l’utilisation de l’Internet pour la population est limitée au plus haut degré.

 


En ce moment, 30.000 Musulmans sont détenus dans des camps de rassemblement par le gouvernement thaïlandais. Les militaires thaïlandais qui écrivent des numéros sur les Musulmans les appellent par leur numéro. Ce que vivent les Musulmans dans ces camps de rassemblement est clairement mis en évidence par les traces de coups violents qu’on voit sur ces photos.

 


 

Les femmes et les enfants aussi sont détenus dans les camps de rassemblement. Il est obligatoire que le monde islamique soit uni pour mettre fin aux souffrances vécues par ces gens innocents.


Comment doit être la lutte menée par nos frères pataniliens ?

Peut être que de très nombreuses personnes dans le monde islamique ne savent pas ce qui se passe en Patani. Or, nos frères pataniliens essaient de poursuivre leur existence sous une pression très violente.

Seulement, il faut également préciser ceci, la réaction justifiée de nos frères vivant en Patani et affichée face à la persécution doit obligatoirement être conforme à la moralité du Coran et à la Sounna de notre Prophète (pbsl). Un  combat reposant sur la violence et sous l’influence et les suggestions des idéologies darwinistes, matérialistes, communistes est à la fois non conforme au Coran, et Allah ne rendra pas victorieux un tel combat. La violence engendrera la violence, une lutte basée sur la violence sera la cause pour nos frères pataniliens d’être sujets à plus de violences. Pour que le combat justifié du peuple de Patani parvienne à réussir, il faut amener la lutte armée sur un terrain de lutte de pensée et la soutenir avec un projet d’éducation très puissant. Pour cette raison, le peuple de Patani a besoin d’une puissante équipe de cadres éduqués, cultivés, connaissant le droit, la diplomatie et la politique internationale et au-dessus de tout cela, agissant selon la moralité du Coran.

Il est certain qu’à l’intérieur du peuple de Patani, il existe un grand nombre d’intellectuels avec un niveau culturel élevé et ouvert d’esprit. Le plus important pour ces intellectuels est de renseigner les jeunes, de bien les diriger et les efforts qu’ils vont faire pour défendre la cause patanienne dans l’opinion publique internationale. Ces efforts peuvent jouer un rôle très important pour informer le peuple patanien selon la vrai moralité de l’Islam, pour augmenter davantage le niveau de culture et d’éducation et pour expliquer de la meilleur façon le combat justifié du peuple de Patani au monde entier. Pour cette raison, tous nos frères pataniliens doivent beaucoup se développer d’un point de vue culturel. Effectuer un travail anti-darwiniste, anti-matérialiste et anti-communiste est d’une importance vitale.

Montrer de l’ardeur pour la délivrance de nos frères pataniliens est une responsabilité pour chaque Musulman

En Patani, les pauvres vieux, enfants et femmes pour ainsi dire des prisonniers ; des gens innocents torturés ; des Musulmans dont les lieux de prière sont détruit et brûlés ; les gens innocents forcés de travailler dans les camps de rassemblement, tous sont sous la responsabilité du monde Islamique. Allah nous fait savoir dans la sourate an-Nisa au verset 75 qu’il est nécessaire pour les Musulmans de montrer de l’ardeur pour les gens innocents dans le besoin :

Et qu'avez-vous à ne pas combattre dans le sentier d'Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : "Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur."

Pour la délivrance du peuple de Patani, le plus important à faire pour les Musulmans, le plus vital et avec la permission d’Allah la solution la plus décisive est d’assurer l’union du monde islamique. Avec l’union du monde islamique composé d’une population de 1,5 milliard, quand ils agiront en un seul bloc, il ne sera pas permis de faire saigner ne serait-ce que le nez d’un Musulman ni en Patani, ni en Birmanie, ni en Palestine, ni en Irak, ni nulle part ailleurs. Mais si le monde Islamique est comme aujourd’hui éparpillé et divisé, cette souffrance, cette douleur, cette oppression ne prendront pas fin. Pour cette raison, les Musulmans ne doivent jamais permettre à des éléments comme les différences d’écoles de pensée ou de communautés, des différences de race, de langue, d’origine ethnique, de causer des divisions. Ils ne doivent pas voir ces éléments comme des matières à division. Les Chiites, les Sunnites, les Jaafarites, les Allaouites, les Wahabites, tous les Musulmans doivent agir ensemble en sachant qu’ils sont frères les uns des autres, ceci étant par ailleurs un ordre d’Allah. (http://appelalunionislamique.com/)

Notre Prophète (pbsl) nous a fait savoir qu’il est inacceptable pour un Musulman d’en laisser un autre dans la gêne. Alors qu’en Patani des Musulmans innocents se font écraser sous la torture, sans pouvoir faire entendre leur voix à quiconque, alors que tous les jours le sang coule en Afghanistan, en Irak, au Turkestan Oriental, en Palestine, que des milliers, des centaines de milliers d’innocents crient "Délivrez-nous", il ne sied à aucun Musulman de perdre son temps avec des divisions. Cette époque est une époque où il est impératif que tous les Musulmans soient liés les uns aux autres avec des attaches purs comme des constructions soudées entre elles avec du plomb. Ceci est une sentence obligatoire décrétée par Allah. Tous les Musulmans doivent montrer beaucoup de méticulosité pour mettre en place cette obligation.

Les photos qui prennent place sur cette page montrent aux Musulmans qu’il n’y a pas un seul jour à perdre pour établir l’Union Turco-Islamique. Avec la permission d’Allah, lorsque l’Union Turco-Islamique sera établie, la Patani qui était à une époque une province ottomane, sera un lieu de fête comme chaque endroit dans le monde. Le peuple de Patani qui vit dans la nostalgie de la période ottomane va accéder à la sérénité, la sécurité, le confort, la paix et la liberté à laquelle elle aspire.  

 


2010-08-04 13:36:58

Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top