< <
2 / total: 15

Le Reseau de Transport du Corps: Le Systeme Circulatoire - 1/3

Une grande partie des processus qui se déroulent au sein de votre corps est liée au système circulatoire grâce à une structure extrêmement complexe. Un réseau d’artères et de veines nourrit environ 100 trillions de cellules dans votre corps, visitant chaque élément individuellement. Dans ce chapitre, nous examinerons de près ce système complexe constitué du cœur, des veines, du sang et de nombreux autres composants.

Le Sang: La Riviere De La Vie Qui Circule Dans Votre Corps

blood

Les cellules sanguines voyagent à travers le corps par les veines et les artères.

De nombreux besoins de tous les organismes vivants – comme le transport de la nourriture et des gaz, comme l’oxygène, aux cellules et l’élimination des déchets de l’organisme – sont satisfaits par des substances transportées par le système circulatoire. Chez les êtres humains, le liquide qui remplit toutes ces fonctions est le sang. Chacune des cellules de votre corps, d’une cellule de peau de votre doigt aux cellules rétiniennes spécialisées dans vos yeux, dépend de ce que le sang fournit.

Les flux de sang dans les artères et les veines qui s’interpénètrent dans le corps comme un réseau de transport ou un delta fluvial, visitent tous les coins de l’organisme. Au cours de ses voyages à travers les artères, cette rivière transporte de nombreuses substances dont les cellules ont besoin. On peut imaginer celles-ci comme des paquets de marchandises transportés par la rivière, contenant de la nourriture, de l’eau et diverses susbtances chimiques. Le paquet le plus urgent à livrer est l’oxygène, car si elles sont privées d’oxygène, les cellules meurent rapidement. Toutefois, grâce au système spécialement construit dans votre corps, les paquets sont livrés à chaque cellule à temps et aux bonnes “adresses”.

Vous sentez rarement l’écoulement de cette rivière au cours de votre vie quotidienne. Cependant, le corps humain a été créé avec un tel grand art que même s’il est interpénétré de partout par des vaisseaux sanguins, ils sont invisibles de l’extérieur. C’est parce que les 2 mm de couche de peau qui couvre votre corps recouvre les capillaires de façon magistrale.1

Cette couche épidermique est en fait tellement fine que la moindre égratignure fera couler du sang à travers elle. Si les vaisseaux n’étaient pas couverts par une peau très fine et attrayante, il ne fait aucun doute que même les personnes les plus séduisantes du monde apparaîtraient affreusement répulsives.

human body

Tous les processus vitaux dans le corps ont lieu grâce au système circulatoire. Vous pouvez voir, entendre, respirer, marcher et rester en vie grâce au réseau veineux illustré ci-dessus.

Le sang remplit un grand nombre de fonctions essentielles à l’intérieur du corps telles que le transport des déchets et des substances toxiques au foie, la stimulation du système immunitaire, la régulation de la température du corps comme un appareil de climatisation et le transport des nutriments dans les régions concernées. La communication via les hormones dans le corps est également effectuée presque entièrement par le sang.

Les caractéristiques vitales et inimitables du sang

1. La responsabilité de transport

Des substances de toutes sortes dont le corps a besoin sont transportées aux organes appropriés par le sang. Les éléments nutritifs tels que le glucose, les acides animés et les minéraux – et plus important encore, l’oxygène – sont quelques-uns d’entre eux. En outre, le sang fonctionne comme un système d’élimination des déchets, qui recueille les substances indésirables de chaque cellule. Et environ chacune des 100 trillions de cellules du corps produit des déchets à la suite de ses fonctions quotidiennes. Ces déchets, y compris ces composés potentiellement toxiques comme le dioxyde de carbone et l’urée, sont retirés des cellules au moyen de la circulation sanguine. Le sang transporte les déchets non-gazeux aux reins, où ils sont distillés. Le dioxyde de carbone produit dans les cellules est transporté dans les poumons, d’où il est expulsé du corps

Ce sont les cellules sanguines inconscientes qui réalisent tout cela. Cependant, ces cellules peuvent, d’une manière très consciente, faire la distinction entre les déchets et les substances utiles transportés dans le sang, et savoir qui doit être déposé où. Par exemple, elles ne transportent jamais de gaz toxiques aux reins, ni de sous-produits métaboliques aux poumons. Ni n’envoient de déchets à n’importe quel organe qui a besoin de nutriments – erreur qui conduirait l’ensemble du corps à la mort. Les cellules sanguines exécutent leurs fonctions sans confusion, erreur, mal entendu ou insuffisance, d’une manière plus consciente, indiquant l’existence d’un Esprit et d’une Conscience qui les contrôle, les règle et les organise. Celui-ci ne peut pas être l’être humain en question, parce que les gens vivent toute leur vie tout à fait ignorants de ces processus. Pourtant, le système circulatoire continue à fonctionner, et de manière parfaite.

Affirmer que les cellules sanguines ont acquis leur capacité à distinguer, à sélectionner et à décider par hasard, et qu’elles font ces choses par leur propre volonté, serait totalement illogique et irrationnel. C’est Allah, le Tout-Puissant, Qui a donné ces caractéristiques au sang et a créé ce système parfait.

blood vessel

Les cellules sanguines se déplaçant dans les veines

 

Un Seul Exemple Suffit Pour Comprendre La Nature Absurde Du Darwinisme!

Une croyance très illogique, le darwinisme affirme que des millions d'événements aléatoires ont donné vie à des substances inanimées et naissance à des structures parfaites qui fonctionnent tout à fait impeccablement. L'exemple suivant suffira pour voir à quel point le darwinisme est vraiment absurde.

body

L'albumine, l'une des protéines transporteuses du sang, s'attache à elle-même les graisses comme le cholestérol, les hormones, la bile toxique et les médicaments comme la pénicilline. En se déplaçant dans la circulation sanguine, elle dépose alors les toxines qu'elle a recueillies dans le foie pour les neutraliser, et transporte les nutriments et les hormones partout où ils sont nécessaires.

Maintenant posez-vous quelques questions:

Comment une molécule comme l'albumine, constituée d'atomes, sans intelligence ou conscience, peut-elle faire la distinction entre les graisses et les toxines, entre les médicaments et les nutriments ?

En outre, comment est-elle capable de reconnaître le foie, la voie biliaire et l'estomac sans jamais confondre l'un pour l'autre, et peut-elle toujours rejeter les substances qu'elle transporte exactement au bon endroit et exactement dans les bonnes proportions ?

Si on vous montrait les produits et les déchets, les médicaments et les nutriments transportés dans le sang, vous serez incapable de distinguer l'un ou l'autre sauf si vous avez reçu une formation médicale. Même alors, vous serez certainement incapable de déterminer dans quelle quantité chacun d'entre eux doit être déposé dans chaque organe.

La molécule d'albumine, un composé constitué de quelques atomes non sensibles, sait des choses que la grande majorité des gens ne peuvent savoir à moins d'avoir reçu une formation médicale. Et l'albumine exerce ses fonctions dans tous les êtres humains impeccablement depuis des millions d'années. Nul doute, la façon dont une collection d'atomes peut présenter une telle conscience intentionnelle provient de la puissance et de la connaissance infinies d'Allah.

2. Le transport des troupes

cell

Une cellule du système immunitaire patrouillant dans les vaisseaux sanguins

Une autre des fonctions du sang est de transporter les cellules du système immunitaire qui lutte contre les maladies. Les corps étrangers comme les virus et les bactéries qui entrent dans l’organisme sont neutralisés par les anticorps et les globules blancs dans le sang. En outre, les cellules du système immunitaire patrouillent dans la circulation sanguine et surveillent donc l’ensemble du corps. (Pour plus de détails, voir Le miracle du système immunitaire de Harun Yahya.)

3. Les communications

Le sang constitue également l’une des principales voies de communication du corps. Il existe un magnifique système de communication parmi les cellules du corps humain. Elles échangent des informations entre elles, comme si chacune était vraiment consciente. Les cellules s’envoient des messages chimiques sous forme d’hormones (pour plus de détails, voir le chapitre sur “La superbe communication au sein du corps: le système hormonal”.)

4. La cicatrisation des plaies

Une des caractéristiques les plus miraculeuses du sang est son mécanisme de coagulation. Grâce à cette coagulation, la perte de sang à partir d’un vaisseau est réduite au minimum possible. Pendant le processus de coagulation, des dizaines de protéines, d’enzymes et de vitamines servent dans l’ordre régenté. En raison de cette caractéristique, les scientifiques ont présenté le mécanisme de coagulation comme un exemple de planification parfait (pour les détails, voir pp. 41-47).

5. Le règlement des équilibres dans le sang

L’un des paquets de marchandises vitaux transporté par le sang est la chaleur. Les artères remplies de sang propagent de la chaleur à travers le corps, tout comme les tuyaux qui transportent l’eau chaude dans tout le bâtiment. Mais contrairement aux tuyaux dans un bâtiment, la source de chaleur du corps n’est pas une chaudière unique, mais toutes les nombreuses cellules du corps. Grâce au sang, la chaleur produite par chaque cellule est distribuée de manière égale à toutes les autres.

S’il n’y avait pas de système de distribution de chaleur dans votre corps, vous rencontrerez de graves problèmes. A la suite d’une activité musculaire que vous effectuerez – comme courir par exemple ou porter un poids lourd – vos jambes ou vos bras surchaufferaient et d’autres régions de votre corps resteraient proches d’une température ambiante – un déséquilibre infligerait de sérieux dommages à votre métabolisme. C’est pour cette raison que la répartition égale de la chaleur est de la plus grande importance.

blood vessel

1. Le centre récepteur et régulatoire dans l'hypothalamus.
2. La température du corps augmente.
3. La température du corps baisse.
4. La tempéra ture normale du corps de 37 °C

5. Les vaisseaux sanguins se contractent, les glandes sudoripares sont inactives, les cheveux se hérissent, les frissons commencent.
6. Les vaisseaux sanguins se dilatent, les glandes sudoripades sont actives, les cheveux restent plats.
7. Percepteur de froid
8. Percepteur de chaleur

Divers changements ont lieu dans votre corps en fonction du rythme des actions que vous effectuez. Lorsque la température du corps augmente, par exemple, le régulateur du cerveau (l'hypothalamus) organise pour que les vaisseaux sanguins se dilatent et pour que les glandes sudoripares entrent en opération (1). La température du corps baisse immédiatement. Lorsque le corps perd de la chaleur, le même centre régulatoire agit de manière inverse, en veillant à ce que les vaisseaux sanguins se contractent et à ce que le frisson a lieu (2). A la suite de ces mesures, la température du corps augmente.

De la même façon, le sang entre encore une fois en action avec les glandes sudoripares afin de réduire la chaleur excessive. Les vaisseaux sanguins sous la peau se dilatent, ce qui facilite la libération dans l’air de la chaleur contenue dans le sang. Par conséquent, lorsque nous nous engageons dans une activité physique intense, notre visage rougit en raison de la dilatation des vaisseaux sanguins. Le sang joue également un rôle important en empêchant le refroidissement de la température de votre corps. Quand vous avez froid, votre peau devient plus pâle parce que les vaisseaux sanguins sous la peau se contractent en fonction de la fraîcheur de l’air. La quantité de sang dans les régions proches de l’air est diminuée, et la perte de chaleur à l’intérieur du corps est réduite au minimum.

Un tissu constitué de cellules flottantes

Structurellement, le sang est très différent des autres liquides du corps. Dans un sens, le sang est en fait un tissu, tout comme l’os ou les muscles. Cependant, tandis que les cellules qui constituent ces autres tissus sont étroitement liées ensemble, les cellules qui composent le sang ne sont pas attachées les unes aux autres. Les cellules sanguines individuelles – appelées érythrocytes, leucocytes et thrombocytes – se déplacent librement réparties au sein du plasma sanguin.

Le sang est composé de 55% de plasma et de 15% de cellules sanguines. L’eau comprend de 90 à 92% de plasma, le reste est constitué de protéines plasmatiques, d’acide urique, d’enzymes, d’alcool, d’anticorps et d’éléments comme le sodium, le potassium, l’iode, le fer et le bicarbonate. Les cellules sanguines flottent dans ce fluide complexe.

Les composants du sang

Les globules rouges: les petites cellules rouges

blood cells

1. Plazma
2. Les globules rouges
3. Divers globules blancs

Lorsqu'on examine le sang au microscope, de nombreux types de cellules peuvent être observés (à gauche). Le grand nombre de globules rouges donne une couleur distinctive au sang. Le sang prend sa couleur rouge vif lorsque les globules rouges sont chargés d'oxygène. Sinon, le sang a un aspect brun rosé.

Environ 25 trillions de globules rouges dans le corps humain exercent leurs charges sans cesse. Ces cellules, appelées érythrocytes, voyagent à travers le corps à l’intérieur des veines et des artères, transportant de l’oxygène ou du dioxyde de carbone. Cependant, ces cellules ont besoin d’une structure particulière pour pouvoir transporter une substance. Par exemple, pour qu’une cellule transporte de l’oxygène, la forme la plus idéale pour elle est d’être plate. Cela augmente la surface de la cellule et facilite le contact avec les molécules d’oxygène.

IEn effet, la forme des globules rouges rappelle celle d’un coussin plat et rond, dont la forme permet le plus grand contact possible de la surface avec l’atome d’oxygène.

Dans des circonstances normales, quelque 2,5 millions de globules rouges sont produits dans le corps chaque seconde.2 Il est extrêmement important que le nombre de globules rouges soit régulé. Une augmentation de leur nombre pour une raison quelconque – par exemple, une réduction de la température corporelle – peut entraîner de graves problèmes. Lorsqu’il y a une baisse excessive de la température corporelle, le nombre de globules rouges reste le même bien que le fluide sanguin diminue. La viscosité du sang se réduit à mesure que le nombre de globules rouges augmente en termes d’unités par volume. Cela peut mener à la congestion dans les veines, ce qui oblige le cœur à travailler plus durement. Il est donc d’une importance vitale que le nombre de globules rouges soit régulé.

Il ne suffit pas que les globules rouges soient plats pour le système de transport du corps. Les globules rouges qui transportent l’oxygène seraient inutiles s’ils ne pouvaient pas le fournir aux cellules de façon utilisable. Les cellules du corps nécessitent des molécules pour les lier à l’oxygène – les molécules doivent se combiner avec l’oxygène de manière idéale, sous une forme tridimensionnelle et transporter l’oxygène en toute sécurité. Cependant, elles ne doivent pas se lier trop étroitement à l’oxygène, et quand elles parviennent à la cellule à laquelle elles libèrent l’oxygène, elles doivent se séparer de lui sans difficulté. En bref, pour que l’oxygène soit transporté et utilisé en cas de besoin, une molécule spéciale avec une création très particulière est nécessaire.

Cette molécule est l’hémoglobine, qui donne au globule rouge – et donc, au sang lui-même – sa couleur rouge.

Puisque l’hémoglobine remplit deux fonctions totalement distinctes, elle est décrite comme étant une molécule extraordinaire.

Pendant que l’hémoglobine dépose le dioxyde de carbone dans les poumons, elle prend de l’oxygène et se déplace à partir de là vers les muscles, qui oxydent les éléments nutritifs et produisent du dioxyde de carbone. Lorsque l’hémoglobine atteint les muscles, elle suit une procédure inverse, déposant l’oxygène et prenant le dioxyde de carbone – le tout d’une manière apparemment consciente et disciplinée.

En 1996, les scientifiques ont découvert qu’en plus de transporter l’oxygène, les molécules d’hémoglobine dans la structure des globules rouges réalisent également une autre molécule d’une importance vitale: le monoxyde d’azote (NO). Il y a une raison très importante pour laquelle l’hémoglobine transporte ce gaz. Avec l’aide du NO, l’hémoglobine surveille la quantité d’oxygène qui doit être forunie aux tissus.3 Par conséquent, le transport du monoxyde d’azote de l’hémoglobine est de la plus haute importance pour la santé humaine.

Homeglobin

1. sacs d'air dans les poumons
2. capillaires du tissu
3. capillaires des poumons
4. cellules partout dans le corps

5. dioxyde de carbone
6. oxygène
7. globules
8. plasma
9. hémoglobine

L'hémoglobine est une molécule créée parfaitement pour transporter l'oxygène.

La structure moléculaire parfaite et les fonctions de l’hémoglobine ont attiré l’intérêt des scientifiques. Dans son livre The Great Evolution Mystery, l’évolutionniste Gordon Rattray Taylor écrit ce qui suit:

Homeglobin

La molécule d'hémoglobine sait quoi faire,quand et comment faire, et agit sous l'inspiration d'Allah.

La formation du sang, par exemple, est une saga en elle-même. ... [Il contient] au moins 80 composants, bon nombre d’entre eux sont encore peu compris. L’élément d’une importance capitale, est bien sûr l’hémoglobine qui prend l’oxygène dans les poumons tout en donnant du dioxyde de carbone, et puis, après avoir voyagé dans les muscles, donne de l’oxygène et accepte le dioxyde de carbone que les muscles produisent à la suite de combustion d’un combustible, autant de monoxyde de carbone produit par une voiture. C’est en effet une molécule remarquable qui, à un moment d’affinité pour l’oxygène perd cette affinité quelques secondes plus tard ; le fait qu’elle change simultanément ses préférences à l’égard du dioxyde de carbone, le rend encore plus remarquable. Il ne peut y avoir d’exemple plus étonnant d’adaptation à une tâche. 4

Comme résumé par Taylor, la molécule d’hémoglobine est capable de prendre des décisions quand c’est nécessaire tout comme une entité consciente. L’hémoglobine ne transporte pas seulement l’oxygène ; quand elle passe par un muscle dans le besoin urgent d’oxygène, elle se rend compte aussi immédiatement qu’elle doit livrer cet oxygène, agit dans la connaissance qu’elle doit recueillir le dioxyde de carbone qui est libéré et se dirige directement vers les poumons pour déposer sa nouvelle charge. L’hémoglobine ne confond jamais l’oxygène et le dioxyde de carbone, et se déplace toujours vers la bonne direction.

Le fait qu’une molécule se comporte d’une manière qui exige une réflexion, une prise de décision, une sélection et des préférences suscite beaucoup la réflexion.

Grâce à l’extraordinaire conscience montrée par cette cellule, les êtres humains peuvent facilement survivre. En moyenne, 900 millions de globules rouges sont produits dans le corps humain à chaque heure, et chaque cellule contient quelque 300 millions de molécules d’hémoglobine. Ces molécules possèdent la capacité d’effectuer l’ensemble de ces processus sans la moindre confusion. En gardant à l’esprit le nombre de molécules d’hémoglobine dans le corps humain et la façon dont toutes, sans exception, possèdent les mêmes capacités, vous pouvez voir encore plus clairement l’importance de ce sujet.

Il est évident que pour toute personne rationnelle, une telle sélectivité ne pourrait jamais se produire par hasard, et que des événements aléatoires ne pourraient jamais fournir ces caractéristiques à tous les milliards de molécules d’hémoglobine du corps humain. C’est Allah Qui a créé la molécule d’hémoglobine et l’a placée, avec toutes ses caractéristiques, à l’intérieur du corps humain.

Voilà Allah, votre Seigneur! Il n’y a de divinité que Lui, Créateur de tout. Adorez-Le donc. C’est Lui Qui a chargé de tout. (Sourate al-Anam: 102)

 

La distribution à base d'hémoglobine d'oxygène représente un dilemme impossible pour les évolutionnistes

La distribution à base d'hémoglobine d'oxygène représente un dilemme impossible pour les évolutionnistes L'incapacité du sang à distribuer l'oxygène et à absorber le dioxyde de carbone sans hémoglobine représente un dilemme impossible pour les évolutionnistes. C'est parce que les évolutionnistes soutiennent que le sang et les autres systèmes du corps humain se sont tous développés progressivement par une série d'étapes. En d'autres termes, selon cette affirmation, il doit y avoir eu un moment où le sang existait déjà, mais un moment où la molécule d'hémoglobine n'était pas encore présente en lui. Mais du point de vue de la théorie de l'évolution, cela constitue une contradiction majeure. Le sang ne peut pas remplir sa fonction en l'absence de la molécule d'hémoglobine, et un organisme mourra rapidement si l'oxygène ne parvient pas à atteindre ses cellules. Cet organisme n'a pas le temps d'attendre que la molécule d'hémoglobine se forme. L'hémoglobine doit être formée en même temps que le sang. En d'autres termes, il est essentiel que le sang, apparaît ensemble avec toutes ses propriétés et structures en un seul instant.

Les affirmations évolutionnistes concernant le développement progressif s'effondrent à ce stade, et on peut constater que le sang a été créé par Allah en un seul instant.

La sagesse dans la w des globules rouges

Comme on l’a déjà indiqué, les globules rouges ont une forme de coussin plat et rond. Cette forme idéale augmente la surface de la cellule et facilite le contact avec l’oxygène. Dans le cas où cette cellule est déformée, il en résulte des maladies très graves. Dans l’anémie dont les cellules sont falciformes, les globules rouges contiennent une forme anormale d’hémoglobine connue sous le nom d’hémoglobine S. Lorsqu’elle est privée d’oxygène, cette hémoglobine se décompose en cristaux allongés à l’intérieur du globule rouge, dont les cristaux prolongent la cellule, lui donnant une forme de faucille. Etant donné que les globules rouges ont pris la forme d’une demi-lune, le passage de l’oxygène du sang vers les tissus est rendu plus difficile. Cela conduit à une carence en oxygène et à une augmentation de la production de globules rouges falciformes. La situation peut atteindre des proportions fatales en quelques heures.5

En dehors de ces maladies, la forme du globule rouge est la même chez tout le monde. Grâce à cette forme, ils peuvent facilement transporter l’oxygène partout où il est nécessaire. Le fait que les globules rouges soient ronds et plats chez tous ceux qui ont vécu ou qui vivront à l’avenir ne peut pas être expliqué en termes de coïncidences. Allah a une connaissance parfaite de tout, définit et arrange tout dans les moindres plus beaux détails. La gloire d’Allah, le Seigneur des mondes, est grande.

sickle cell

Les globules rouges normaux (les érythrocytes) sont capables de passer facilement à travers les veines (1). Les globules rouges qui ont été déformés, en prenant la forme de faucille (2), conduisent à la congestion dans les veines.

red blood cell

globules rouges sains

 

Le Sang : Le Fluide Miraculeux Et Incomparable

Les scientifiques qui étudient les phénomènes qui se déroulent dans le sang essayent encore de reproduire le système impeccable en lui. Pourtant, à ce jour, ils n'ont enregistré aucun succès concret. En effet, les chercheurs ont commencé à abandonner leurs efforts à imiter ce fluide extraordinaire, ils ont changé l'orientation de leurs études du sang, et tentent maintenant de produire un liquide différent capable de transporter l'oxygène.

miraculous,incomparable

Cependant, les scientifiques rencontrent diverses difficultés dans leurs recherches. Le sang coagule dès qu'ils le retirent des veines et l'expose à l'air. En outre, les cellules sanguines ne se comportent pas de la même manière au microscope comme elles le font dans le corps. Et puisque le sang ne reste pas en vie ni dans des tubes en plastiques ou dans des bouteilles en verre, les cellules doivent être prélevées et examinées une par une. Tenons compte de tout cela, la science analyse le sang non dans les êtres vivants mais en laboratoire. (R. von Bredow, Geo, novembre 1997)

Cette extraordinaire substance, d'un genre qui ne peut être produit dans un laboratoire, est produit dans le corps depuis l'apparition du premier être humain. Affirmer qu'une substance qui ne peut pas être reproduite avec la technologie la plus avancée d'aujourd'hui puisse se produire par des événements fortuits représente une rupture totale de la réalité. Cette substance, qui donne la vie à de si nombreux

La capacité des globules rouges à changer de forme

Les globules rouges sont si petits qu’une seule goutte de sang peut en contenir 250 millions. Cela leur donne l’avantage de se déplacer avec aisance dans les veines. Cependant, le corps humain contient des vaisseaux sanguins de diamètre encore plus petit que les globules rouges. A première vue, cela peut sembler représenter un problème, parce que le globule rouge doit se faufiler à travers les vaisseaux sanguins qui sont encore plus étroits que lui-même. Comment ce processus difficile a t-il lieu?

A ce stade, la structure flexible des globules rouges entre en fonction. Grâce à leur structure plate et extrêmement souple, ils peuvent voyager à travers même des vaisseaux sanguins plus étroits. Cette flexibilité est un autre exemple de la création des cellules. Si les globules rouges perdent un peu de cette souplesse, de graves conséquences surviennent. Chez certains patients diabétiques, par exemple, les tissus sensibles des yeux deviennent congestionnés par les globules rouges qui ont perdu leur flexibilité, ce qui peut conduire à la cécité dans des cas extrêmes.6 Tout comme le montre l’exemple, chaque partie du corps humain est créée avec un équilibre extrêmement sensible et impeccable.

L’économie fournie par le système de recyclage du corps

Le système de recyclage du corps humain a une structure impeccable. Dans votre corps, de nombreux procédés sont réalisés chaque instant. Les déchets nuisibles, les cellules mortes et les corps étrangers qui pénètrent dans le corps sont détruits par le système immunitaire. Un grand nombre d’autres substances inutiles se déplacent constamment, mais aucune d’entre elles ne cause aucun dommage, parce qu’il y a des systèmes dans le corps pour expulser ces substances ou pour les réutiliser dans les processus de l’intéreur du corps.

Prenons par exemple les globules rouges constamment renouvelés. La durée de vie de ces cellules est d’environ 120 à 130 jours. Les vielles cellules meurent dans le foie, la rate et dans la moelle osseuse, et les globules rouges produisent sans cesse de nouveaux produits pour les remplacer. Dix millions de globules rouges meurent chaque seconde, et 200 milliards de nouveaux sont produits chaque jour pour les remplacer de telle sorte que tous les globules rouges du corps humain sont remplacés tous les quatre mois environ.7 La molécule de fer à l’intérieur des globules rouges morts est stockée avec le système de recyclage pour l’utilisation dans la production de nouveaux. Ceci est un exemple de la magnifique planification industrielle.8 De toute évidence, une telle planification ne pourrait pas se produire par elle-même. C’est Allah Qui a créé le globule rouge avec ces caractéristiques.

Les globules blancs: les micro-troupes

iron

1. globules rouges
2. vieux globules rouges allant vers la rate
3. Formation de nouveaux globules rouges
4. moelle osseuse rouge
5. cellules de tissu
6. rate

7. fer passant au sang à partir de la ratei
8. fer passant à la moelle osseuse rouge
9. Fourniture de fer à partir de denrées alimentaires
10. Perte de fer (par l'urine, la sueur, etc.)
11. La carence en fer est généralement.

L'illustration ci-dessus montre comment se produit l'absorption du fer dans le corps. Les globules rouges, sans cesse renouvelés, sont une importante source de fer.

Dans une seule goutte de sang, il y a 400 mille soldats miniatures appelés globules blancs. Dans des conditions normales, le nombre de globules blancs dans un centimètre cube de sang est compris entre 7 et 10 mille, mais si un puissant moyen de défense est nécessaire, ce chiffre peut soudainement s’élever à plus de 30 mille globules blancs.9 Le devoir de ces troupes est de défendre l’organisme contre les micro-ennemis. Les globules blancs sont programmés pour détruire tout ce qui, vivants ou inanimés, n’appartient pas au corps. Ils cherchent donc, localisent, suivent et au bon moment, détruisent les bactéries, les virus et les substances nocives de toutes sortes qui entrent dans le corps.

En termes structurels, les globules blancs sont différents des autres cellules du sang. Par exemple, les globules rouges n’ont aucun noyau, mais les globules blancs, comme tous les organites, possèdent un noyau. Mais les globules blancs ne vivent que quelques jours, ou dans le cas d’une infection, seulement quelques heures. Contrairement à ce que vous pourriez penser, une telle durée de vie brève est très importante du point de vue de la protection du corps. Parce que ce sont les globules blancs engagés dans la défense qui sont usés qui meurent. Mais à ce moment-là, de nouveaux globules blancs sains avec une plus grande capacité défensive sont produits.10 En effet, les globules blancs ne sont pas constitués d’un seul type de cellule, mais plutôt de différents types de troupes, et “globule blanc” est le terme général pour les cellules qui combattent au nom de l’organisme.

Ceux-ci sont classés en deux groupes principaux. Le premier se compose de granulocytes qui d’abord rencontrent et combattent l’ennemi. Le deuxième groupe est constitué de lymphocytes qui produisent des armes spéciales pour les utiliser contre l’ennemi, sous la forme d’anticorps.

Les lymphocytes ont des propriétés différentes de celles des autres cellules du sang. Un plus grand nombre de lymphocytes vit plus dans les tissus que dans le sang. Ces cellules dans les tissus, dans les profondeurs du corps, construisent l’équivalent de bases militaires et défendent les tissus contre les microbes. Par conséquent, cela étant, quelle est la raison de la présence de lymphocytes dans le sang?

En fait, les lymphocytes utilisent le système sanguin comme leur système de transport. Tout comme une patrouille de police, ils voyagent dans tout le corps au moyen du sang et renforcent rapidement les tissus contenant des globules blancs vieux et faibles. Il est impossible qu’un tel système rapide et rationnel se produise par hasard, comme les évolutionnistes voudraient nous le faire croire. De toute évidence, les cellules composées d’atomes inconscients ne pourraient pas acquérir leur capacité sélective et leur réactivité, ou les caractéristiques qui leur permettent de protéger le corps, le tout par elles-mêmes. La façon dont cette minuscule entité se bat pour protéger d’autres cellules est donc un indice très important. La façon dont une cellule trop petite pour que vous puissiez la voir à l’oeil nu se sacrifie pour vous, et le fait qu’il existe dans votre corps des milliards de cellules qui possèdent exactement les mêmes propriétés d’auto-sacrifice, sont quelques-uns des millions de miracles exposés devant vos yeux.

La perfection dans la structure des globules blancs, leur abnégation, leur connaissance et leurs aptitudes martiales ne sont pas le résultat de leurs propres préférences, mais de leur création par Allah. Jusqu’à présent, ceux qui ont cherché à prouver le contraire ont été incapables de le faire, et n’auront pas non plus de succès à l’avenir. Dans la sourate an-Nur, Allah compare ceux qui Le nient à un mirage:

Quant à ceux qui ont mécru, leurs actions sont comme un mirage dans une plaine désertique que l’assoiffé prend pour de l’eau. Puis quand il y arrive, il s’aperçoit que ce n’était rien ; mais y trouve Allah Qui lui règle son compte en entier, car Allah est prompt à compter. (Sourate an-Nur: 39)

 

leukocyte

Avec leur durée de vie et d'autres caractéristiques qu'ils possèdent pour la défense de l'organisme, les globules blancs sont des preuves claires de la création. Différentes images de globules blancs peuvent être observées sur les photos sur le côté. Les cellules jaunes sont des lymphocytes, des petits globules blancs.

La logique déformée des évolutionnistes à ce sujet

Un grand nombre de microbes pénètrent chaque jour dans le corps humain. Le système immunitaire cherche à les neutraliser dans la première étape. Toutefois, certains microbes et corps étrangers réussissent à entrer dans le système circulatoire et représentent une menace pour la vie. Ces organismes sont appelés antigènes. Le corps cherche à détruire les antigènes ou à les empêcher de se multiplier par la production de substances appelées anticorps. Les anticorps neutralisent les antigènes par verrouillage avec leur structure en trois dimension, tout comme la clé se raccorde à la serrure. Pour aider à comprendre ce système, l’analogie clé-serrure entre les anticorps et les antigènes nécessite un examen attentif.

Les cellules du système immunitaire sont capables de produire des anticorps pour chacun des centaines de milliers de différents antigènes qui se produisent dans la nature. Cela permet aux cellules de l’organisme de produire instantanément les clés adaptées à ces centaines de milliers de serrures.

Mais ce qui est vraiment intéressant, c’est que le corps humain peut produire des anticorps contre les antigènes artificiels, même fabriqués dans un laboratoire. De la même manière que les cellules peuvent produire des clés appropriées aux serrures de la nature, elles peuvent aussi produire des clés pour les serrures qui n’existent pas dans la nature.

Comment un mécanisme dans le corps peut-il posséder de telles informations étonnantes sur le monde extérieur? Bien sûr, cela ne peut pas être expliqué en termes de coïncidences aléatoires. Comment une cellule parvient-elle à acquérir la connaissance de centaines de milliers de corps étrangers, même d’un antigène très différent produit dans un laboratoire? Même si vous acceptez que les cellules de défense reconnaissent d’une certaine manière les antigènes dans le corps, il est encore bien étonnant qu’elles puissent reconnaître d’autres qu’elles n’ont jamais rencontrées auparavant. En outre, de la même manière que les cellules de défense identifient immédiatement cette substance étrangère qui entre dans le corps, elles possèdent également la capacité nécessaire pour identifier immédiatement et produire des armes (des anticorps) efficaces contre elle. Dire que ces cellules, équipées avec des capacités telles que l’identification, et prenant des mesures appropriées qui nécessitent une intelligence et une conscience, sont apparues par hasard est illogique. De la même manière que les évolutionnistes ne peuvent expliquer en termes de leur propre théorie la façon dont les cellules identifient toutes les formes de corps étrangers, ils cherchent alors à passer rapidement sur la question avec des explications excessivement illogiques et non-scientifiques.

Ali Demirsoy, scientifique et évolutionniste turc, dit la chose suivante sur la reconnaissance d’antigènes artificiels par les cellules de défense:

“Cependant, une cellule qui a déjà mis au point un mécanisme pour produire des anticorps contre une substance chimique synthétisée artificiellement au 20ème siècle est clairvoyante.”11

immune system

1. lymphocytes B

2. anticorps

Les lymphocytes B, une composante du système immunitaire, contribuent à la défense de l'organisme en produisant des anticorps qui combattent contre des envahisseurs spécifiques.

Dans le même livre, le professeur Demirsoy admet qu’il n’y a eu jusqu’à présent aucune explication de cela: “Comment et sous quelle forme les cellules plasmatiques acquièrent-elles cette connaissance, et comment peuvent-elles produire des anticorps spécialement formés en conséquence? Aucune explication définitive n’a encore été donnée.”12

antibody

a. antigènes
b. anticorps
c. antigène qui se combine avec l'anticorps

1) Les cellules immunitaires identifient immédiatement les cellules étrangères qui pénètrent dans l'organisme. En même temps, elles identifient et produisent les armes les plus efficaces – les anticorps – pour les employer contre l'ennemi.

2) Les anticorps éliminent les antigènes en se combinant avec eux. De manière très importante, les cellules du corps créent des armes adaptées contre l'ennemi spécifique.

3) Comme on le voit, les anticorps se verrouillent dans des antigènes ayant une structure en trois dimensions, un peu comme une clé qui s'insère dans une serrure, et éliminent les antigènes.

Dans ces mots, Demirsoy admet que la cellule possède un certain nombre de propriétés extraordinaires. C’est parce que le mot “clairvoyant” est utilisé pour décrire quelqu’un qui possède certaines informations avant le fait. La possession des connaissances par une cellule – en particulier sur les entités loin de son propre environnement – est quelque chose d’extraordinaire. Bien sûr, on ne peut pas s’attendre à ce qu’une cellule qui se met en place au moyen d’une combinaison d’atomes inanimés possède des instincts puissants ou des connaissances avancées par hasard. Une telle affirmation dépasserait les limites de la raison et de la logique.

Toutefois, étant donné que les évolutionnistes sont dans un état désespéré, ils doivent accepter les propriétés miraculeuses possédées par les êtres vivants depuis leur création. Pourtant, ils essaient d’expliquer la source de cette perfection en d’autres termes afin de nier que ces caractéristiques ont été créées spécialement – en d’autres termes, pour nier l’existence d’Allah. Après avoir passé ce point, les évolutionnistes proposent des explications qui n’ont rien à voir avec la science et s’engagent simplement dans la propagande qui cherche à dissimuler leur état désespéré. Ils tentent d’hypnotiser les auditeurs en disant: “C’est un miracle de l’évolution” ou “cette cellule est apparemment clairvoyante”, comme s’ils étaient des talismans de l’évolution.

Cependant, le fait est que ces cellules trop petites pour être visibles à l’œil nu et sans cesse renouvelées, possèdent une capacité et un équipement extraordinaires pour identifier et détruire tous les ennemis qui menacent le corps humain avant même qu’ils ne les voient. Attribuer une telle situation au hasard met en évidence la faiblesse intellectuelle de ceux qui cherchent à nier l’existence d’Allah.

Les évolutionnistes suggèrent que les mutations ont donné aux cellules de tels parfaits fonctionnement et caractéristiques. Dans son livre, Héritage et Evolution, Demirsoy poursuit en disant que, “on soutient que ce mécanisme [de reconnaissance des antigènes par les anticorps] soit né sous formes de mutations qui se sont développées par hasard”.

L’examen détaillé de la citation ci-dessus aide à comprendre les ruses auxquelles les scientifiques évolutionnistes recourent. L’auteur déclare que certains milieux affirment que ce mécanisme a vu le jour à la suite de mutations. Un lecteur manquant une connaissance approfondie de la biologie pourrait bien penser que cette phrase représente une explication scientifique et une vérité démontrée. Cependant, le fait est que l’affirmation selon laquelle la reconnaissance des antigènes par les anticorps a surgi par des mutations aléatoires est complètement creuse, sans valeur scientifique, et est écrite dans le seul but de distraire et d’influencer le lecteur.

Cette méthode de tromperie des gens ressemble à duper par le biais de jeux de mots ceux qui ignorent le monde extérieur, ou qui ont complètement perdu la mémoire. Si on montrait à ces gens-là un gratte-ciel équipé de la technologie la plus avancée et on disait que ce bâtiment “s’est formé à la suite d’un tremblement de terre”, même s’ils croyaient qu’une telle chose est logiquement impossible, ils n’auraient aucun moyen de la réfuter. Néanmoins, quelqu’un qui utilise sa raison et sa conscience comprendra toujours qu’un tel événement ne pourrait jamais se produire.

Dire qu'une telle cellule est venue à l'existence par des mutations n'est guère différent. Tout d'abord, toute cellule minuscule possède une technologie bien supérieure à celle de n'importe quel gratte-ciel immense. En effet, de nombreux scientifiques disent que la cellule est la structure la plus complexe et supérieure qu'ils n'ont jamais rencontrée. Deuxièmement, l'effet de la mutation sur la cellule - dont il est prétendu qu'elle a doté la cellule de ses caractéristiques – est généralement encore plus destructif que les effets du séisme sur un gratte-ciel.

Ils est absolument impossible qu’un tel facteur destructif produise, par hasard, une cellule capable de produire des anticorps individuels pour des centaines de milliers d’antigènes, et présente une mémoire et intelligence bien supérieures à celles des êtres humains.

Selon la théorie de l’évolution, la cellule a acquis ces caractéristiques à la suite de nombreuses mutations consécutives. C’est analogue à une ville étant érigée à la suite de nombreux tremblements de terre consécutifs!

Admettons un instant, bien qu’au mépris des faits scientifiques et peu importe combien impossible une telle chose peut être – que chaque mutation ait donné une certaine caractéristique bénéfique à la cellule. Pourtant, même cela ne suffit pas parce que la cellule immunitaire ne pourrait pas avoir attendu des millions d’années pour acquérir toutes ses caractéristiques. Si la cellule ne peut pas accomplir sa fonction, cela signifie la mort pour l’organisme en question. Les cellules défensives, ainsi que toutes leurs propriétés, doivent donc être présentes dans l’être vivant dès le premier instant. En outre, les cellules immunitaires ne possèdent pas seulement une capacité de reproduction très supérieure. Il existe de nombreuses classes de cellules dans le système immunitaire, chacune ayant des propriétés et des fonctions très différentes. En gardant à l’esprit les propriétés de ces cellules, et leurs différentes capacités, on peut à nouveau voir comment l’explication de “hasard” de la théorie de l’évolution s’effondre face aux faits.

La capacité des cellules immunitaires à estimer la structure physique des autres cellules vivantes et leur capacité à produire des tactiques conformément à cela, jusqu’aux moindres détails, ont été créées par Allah, le Tout-Puissant.

En vérité, votre seul Dieu est Allah en dehors de qui il n’y a point de divinité. De Sa science Il embrasse tout.(Sourate Ta-ha: 98)

Le plasma: le composant vital du sang

 
55% de plasma  
Elément Fonctions de base  

Eau

Transport d'autres substances

 
Sels (électrolytes)
Sodium
Potassium
Calcium
Magnésium
Chlorure
Bicarbonate
Equilibre osmotique -
prévention des changements de PH et
régulation de la perméabilité de la membrane
 

Protéines plasmatiques
Albumine
Fibrinogène
globuline
Equilibre osmotique -
prévention des changements de Ph,
coagulation du sang,
défense et transport des lipides
 

Le plasma constitue une part importante du sang. Les protéines et les sels dans le plasma exécutent des fonctions d'une importance vitale. La coagulation du sang, l'élimination des toxines du corps et le transport des nutriments ne sont seulement quelques tâches que les protéines exécutent. Le plasma réalise la fonction de transport-livraison dans le corps, sans jamais aucune confusion ou erreur. Ces protéines existent dans le plasma de tous les humains et effectuent exactement les mêmes fonctions. C'est bien sûr Allah, le Seigneur de Tout, Qui dote les protéines constituant le liquide plasmatique de leur intelligence.

Le liquide dans lequel les cellules sanguines (les globules rouges, les lymphocytes) nagent est appelé plasma. Ce n’est pas un simple liquide, mais un composé spécial contenant un grand nombre de substances particulières. Le plasma est constitué de 92% d’eau, de 6 à 8% de protéines, et des quantités de sels dissous, de glucose, d’acides gras et d’acides aminés, de dioxyde de carbone, de déchets azotés et d’hormones.

Le plasma distribue les nutriments que vous obtenez de la nourriture que vous mangez dans tout votre corps. Il transporte également les déchets que les cellules produisent aux organes appropriés pour les expulser du corps... Si le plasma n’avait pas cette responsabilité de transport et de livraison, alors la nourriture que vous mangeriez n’aurait aucune utilité, les éléments nutritifs n’atteindraient pas vos tissus et votre corps serait facilement empoisonné parce que les déchets qu’il produit ne pourrait pas être rejetés.

Parmi les autres tâches du plasma, sont compris:

EL’assurance de la pression artérielle est maintenue à un niveau spécifique,

L’assistance à une distribution égale de la chaleur dans le corps, le maintien de l’acidité du sang et d’autres tissus à un niveau spécifique.

Les protéines plasmatiques ont chacune des fonctions très différentes. Elles existent en trois formes principales: l’albumine, le fibrinogène et les globulines.

L’albumine est la protéine plasmatique la plus nombreuse. Elle effectue une sorte de service de transport dans le corps. La fonction la plus importante de l’albumine est d’empêcher le passage d’un liquide excessif des capillaires aux structures environnantes.13 Pour comprendre l’importance de cela, regardez le chemin tracé par les nutriments dans le corps. Pour leur permettre d’atteindre les tissus nécessaires à partir des artères, les nutriments doivent traverser la paroi tissulaire qui possède de très petits pores.

Néanmoins, aucune substance ne peut traverser cette paroi par elle-même. Ce qui importe ici, c’est la pression artérielle. Tout comme dans une passoire, le composant plasmatique liquide du sang et les petites molécules traversent la paroi sous pression. S’il n’y a avait pas de telle barrière et que ces substances étaient en mesure d’atteindre les tissus en quantités excessives, alors un œdème se formerait dans les tissus. L’albumine absorbe l’eau comme une éponge, et en raison de sa forte densité dans le sang, elle prévient alors ce danger.

L’eau et la plupart des substances dissoutes sont capables de traverser la paroi capillaire avec facilité. Mais ce n’est pas possible pour les protéines. C’est pourquoi ces protéines comme l’albumine restent à l’intérieur du vaisseau au point de transition et empêchent le liquide de suinter. L’albumine lie à elle-même les graisses comme le cholestérol, les hormones et la bilirubine jaune, le canal cholédoque qui est un produit toxique. En outre, elle se lie à la pénicilline et à d’autres médicaments et refuse de les laisser passer. Elle dépose des toxines dans le foie, et transporte les nutriments et les hormones aux endroits du corps où ils sont requis.14

Le fibrinogène, une autre protéine du plasma, joue un rôle important dans la coagulation du sang. Encore une autre protéine dans le sang, les gamma-globulines, transmettent des substances protectrices telles que des anticorps protecteurs qui se forment en réponse à la stimulation du corps par une infection particulière.

Ce ne sont là que quelques-unes des protéines dans le sang. En outre, les gaz tels que l’oxygène, l’azote et le dioxyde de carbone sont également présents dans une forme dissoute dans le plasma. Le glucose, l’une des substances solides du sang, est également très important, étant utilisé comme carburant pour le cerveau et les muscles. C’est pour cette raison que son niveau dans le sang est régulé par les hormones. Si le taux de glucose dans le sang est inférieur à certain niveau, il en résulte des tremblements et des évanouissements, suivis peu après d’un coma et souvent de la mort.

Chacune de ces substances, d’une très grande importance pour la vie humaine, est le produit d’une création très spéciale, comme il en ressort clairement lorsqu’on considère leurs fonctions et leurs caractéristiques.

Comme vous l’avez vu, il y a des interrelations étroites entre les substances du sang. L’absence d’une seule de ces substances d’importance vitale pour tous les êtres humains, ou sa présence en une mauvaise quantité ou avec des propriétés différentes, entraîne de graves problèmes dans le corps. Cela montre que toutes les propriétés du sang ont été créées ensemble par Allah.

La coagulation du sang

Throbocytes

1. Thrombocyte

2. globules rouges

Throbocytes traveling widely dispersed through the blood.

Chaque partie du corps est équipée d’un système constitué de millions de vaisseaux, par lesquels le sang circule en permanence. A la suite de petites éraflures ou coupures auxquelles le corps est parfois sujet, le liquide circulant dans ces tubes coule à la surface. Dans des conditions normales, on peut s’attendre à ce que tout le sang du corps circule par ce trou, de sorte que même la plus petite coupure conduise à la mort de l’individu. Pourtant, ce n’est pas ce qui se passe. Le sang commence à coaguler autour de la plaie, et le sang coagulé bloque alors l’espace, comme le mastic durci. Cette situation ressemble à un trou au fond d’un seau réparé en le bouchant pour empêcher les fuites d’eau.

Il ne fait aucun doute, cela est un grand miracle. Cette propriété du sang sauve la vie de chaque être humain sur terre. S’il n’y avait pas cette capacité de coagulation, alors même la moindre égratignure aboutirait à la mort. Cependant, les gens ne réfléchissent jamais à ce miracle qui se trouve juste sous leurs yeux et préserve donc leur vie.

Alors, comment se produit ce miracle? Comment le sang coagule t-il? Pendant qu’on cherche la réponse à cette question, un miracle très clair de création apparaît.

blood flowing

1. peau
2. vaisseaux sanguins
3. globules rouges
4. thrombocyte
5. coagulation du sang

6. Analyse de la formation
7. Séchage de la fibrine
8. vaisseaux sanguins
9. globules rouges
10. globules rouges

Le sang circulant dans les capillaires juste sous la peau fuit à la suite de la moindre égratignure ou coupure (en haut). Peu de temps après, le sang autour de la coupure commence à coaguler (photo du milieu). La fibrine avec sa structure souple commence à sécher après l'arrêt de la plaie et forme une carapace dure pour protéger la plaie jusqu'à ce que le processus de guérison soit complet (en bas).

La coagulation rappelle les premiers secours fournis par les ambulances appelées sur les lieux d’un accident de voiture.

Lorsque le saignement a lieu n’importe où dans le corps, les plaquettes sanguines connues sous le nom de thrombocytes s’empressent vers le lieu. Les thrombocytes sont distribués dans toute la circulation sanguine, donc où que le saignement se produise, il y aura inévitablement des thrombocytes, quelque part, tout près. Une substance appelée la protéine de facteur von Willebrand agit plutôt comme la police de circulation, indiquant le lieu de l’accident et demandant d’abord des secours. Elle arrête les thrombocytes quand elle les détecte et les amène à mettre un terme à la scène.

Le premier thrombocyte à arriver sur les lieux émet une substance spéciale, comme s’il appelait au secours, et appelle les autres équipes sur les lieux. Une cellule de taille microscopique réalise qu’il y a un problème et est en mesure de communiquer avec les autres, qui comprennent le message envoyé et font ce qui leur est demandé. Des entités minuscules invisibles à l’oeil nu communiquent ainsi entre eux et s’organisent.

A ce stade, environ 20 enzymes du corps se combinent et, ensemble, commandent pour produire une protéine appelée thrombine sur la plaie. L’absence d’une seule de ces enzymes signifierait que le système ne fonctionnerait pas, et le résultat serait la mort. Cependant, tout a été prévu et le système a été construit de manière impeccable.

La thrombine est produite uniquement à l’endroit de la plaie ouverte. Cela ressemble à l’équipe de premiers secours qui fournit les médicaments nécessaires pour le patient sur les lieux. En outre, la production de cette protéine doit être juste dans la bonne quantité, et elle doit d’ailleurs commencer et s’arrêter au bon moment. Les enzymes responsables de la fabrication des protéines émettent entre elles des ordres pour démarrer et s’arrêter.

Une fois qu’une quantité suffisante de cette protéine est produite, de minuscules fibres appelées fibrinogènes se forment, servant un objectif très important: elles forment un réseau sur la plaie, auquel les thrombocytes arrivants adhèrent et s’accumulent. Puisque les thrombocytes s’accumulent de plus en plus, l’hémorragie ralentit. Par la suite, une fois que la plaie est complètement cicatrisée, la croûte se dissout au moyen de processus semblables15

Considérons que ces enzymes et ces protéines se composent de chaînes d’atomes inanimés, aveugles et inconscients. Pourtant chacun d’entre eux assume une fonction depuis le début une fois que l’accident est survenu. Ils se hâtent rapidement sur les lieux, s’organisent pour stopper l’hémorragie, produisent les protéines nécessaires comme s’ils exécutaient un ordre, communiquent avec les autres pour appeler du secours, comprennent les messages reçus d’un autre et remplissent leurs fonctions.

Le système fonctionne impeccablement jusque dans les moindres détails. Maintenant, considérons ce qui se passerait s’il devait y avoir une faille dans ce système vital: si le sang commençait à coaguler en l’absence de toute blessure, ou si la croûte formée sur la plaie s’enlevait, ou si les protéines qui jouent un rôle dans la coagulation avaient des problèmes de communication – si l’une de ces quelconque faille avait lieu, alors nous ferions face à une coagulation dans les vaisseaux menant à des organes vitaux comme le cœur, les poumons ou le cerveau, et la mort s’ensuivrait en raison de la perte de sang.

Votre corps n’a pas seulement besoin que la coagulation ait lieu autour des blessures visibles. Nous avons également besoin d’un système de coagulation pour réparer les coupures dans les capillaires, ce qui arrive très fréquemment mais dont, bien sûr, vous ignorez généralement. Lorsque vous vous cognez le genou contre une table ou une chaise, un grand nombre de ces vaisseaux capillaires se rompent, conduisant à une hémorragie interne. Mais grâce au système de la coagulation, le saignement s’arrête immédiatement, et suit un processus de guérison qui commence.

blood clot
A gauche : les cellules fournissant la coagulation. A droite : les filets de fibrine emprisonnant les cellules sanguines (durant la coagulation).

Si aucune coagulation ne se produisait, le résultat serait le désordre connu sous le nom d’hémophilie. Les hémophiles ont besoin d’être protégés contre même le plus léger coup, car surtout aux stades avancés de la maladie, même le plus petit saignement ne peut pas être arrêté, et cela mène à la mort du patient en raison de perte de sang.

Il est essentiel que la propriété de la coagulation existe dans le sang, mais elle doit également faire l’objet d’une stricte surveillance. Comme vous pouvez clairement le voir à partir des informations fournies, un tel système ne peut absolument pas se former par hasard dans le corps vivant. Ce système dont chaque détail est le produit d’une planification et d’un calcul, est une indication de la connaissance, de l’intelligence et du pouvoir infinis d’Allah. Soutenir que ce système est survenu par hasard, traduit en fait l’effondrement logique du darwinisme.

Celui qui crée est-il semblable à celui qui ne crée rien? Ne vous souvenez-vous pas? Is He Who creates like him who does not create? So will you not pay heed? (Sourate an-Nahl:17)

La Thrombine, Une Substance Magique

La thrombine est une protéine qui fait coaguler le sang. Cependant, bien que la thrombine est présente dans la circulation sanguine, elle n'entraîne pas la coagulation dans les capillaires à travers lesquels elle se déplace et ne bloque donc pas la circulation normale du sang. Alors comment la thrombine acquière-t-elle soudainement sa propriété de coagulation dans les moments de besoin?

La thrombine est largement présente dans la circulation sanguine, mais sous la forme de protéine prothrombine inactive. Puisque la prothrombine reste inactive, elle ne peut pas permettre la formation de la substance de fibrine qui est nécessaire au processus de coagulation en mettant le fibrinogène en action. Les êtres vivants sont ainsi protégés d'une coagulation mortelle incontrôlée.

Considérez que si le fibrinogène et la prothrombine n'exécutaient pas les fonctions dans le système de coagulation du sang, cela pourrait avoir des effets mortels. Dans ce cas, si une personne est blessée, la prothrombine errerait sans but dans la circulation sanguine, sans avoir d'effet sur le fibrinogène, et la personne concernée mourrait de perte de sang. Puisque la prothrombine n'a pas la capacité de transformer le fibrinogène en fibrine, il y a alors nécessité d'un certain mécanisme qui met la prothrombine en action – et un tel système existe bel et bien.

Pendant le processus de coagulation, une autre protéine appelée facteur Stuart affecte le taux de prothrombine, la transformant en la thrombine active. La thrombine convertit à son tour le fibrinogène en fibrine, et la coagulation du sang a donc lieu.

Toutefois, si le facteur de Stuart, la prothrombine et le fibrinogène étaient les seules protéines à jouer un rôle dans la coagulation, le facteur Stuart aurait commencé à travailler immédiatement et le sang de l'organisme se solidifierait. C'est pourquoi le facteur de Stuart n'est pas présent dans le sang sous une forme active, mais il doit être activé pour commencer à travailler.

A ce stade, la coagulation affiche les propriétés les plus frappantes. Il ne suffit pas que le facteur Stuart actif mette le taux de prothrombine en mouvement. Vous pouvez mélanger le facteur de Stuart et la prothrombine ensemble dans un tube à essai, mais il faut après le temps à la thrombine de se former, tout individu sera déjà mort de perte de sang. Encore, une autre protéine, appelée accélérine est nécessaire pour mettre le facteur de Stuart en mouvement. Lorsque tous ces éléments sont réunis, le facteur Stuart et l'accélérine agissent immédiatement sur le taux de prothrombine, la transformant en thrombine et arrêtant le saignement.

Pour résumer, deux protéines distinctes sont nécessaires pour activer une proenzyme.

Encore, les processus impliqués dans la coagulation vont encore plus loin. Au départ, en effet, l'accélérine est sous la forme d'une proaccélérine active. Alors qu'est-ce qui active la proaccélérine? La thrombine! Comme vous vous en souviendrez, cependant, la thrombine est plus avancée que la proaccélérine dans cette réaction en chaîne. Cela signifie que la thrombine, qui joue un rôle dans la production de l'accélérine, est un peu comme un petit-enfant apparaissant avant la naissance de son propre grand-père. Encore, puisque le facteur Stuart agit sur le taux de prothrombine à un rythme très lent, il y a toujours quelque thrombine dans le sang. (Michael Behe, Op cit., p. 85-90.)

Tout cela est une explication assez superficielle du processus de coagulation. Pourtant, à partir de cette brève description, vous pouvez toujours voir comment la coagulation du sang, que nous rencontrons souvent dans notre vie quotidienne – est en réalité extrêmement complexe, une merveille de la création. Ce système fonctionne par le biais de plusieurs dizaines de composants travaillant ensemble, et il ne peut pas fonctionner correctement en l'absence de n'importe lequel d'entre eux. Suggérer qu'il est venu à l'existence par hasard est une affirmation très illogique et irrationnelle.

En outre, les évolutionnistes affirment que les êtres vivants ont évolué par étapes. Mais comme vous l'avez vu, toutes les protéines et les enzymes dans le processus de coagulation dépendent d'une autre pour que la coagulation se produise. En l'absence de n'importe laquelle, les autres sont inutiles, et conduisent même à la mort de l'organe concerné. Par conséquent, l'organisme vivant n'aura pas le temps d'attendre que tous les composants soient présents, et mourra donc. Quel que soit l'apparence qu'il affiche désormais, et quelles que soient les caractéristiques physiques et chimiques qu'il possède désormais, il doit tous les avoir eues depuis sa première création. C'est une des preuves que l'homme a été créé par Allah en un seul instant.

Dis: “Voyez-vous vos associés que vous invoquez en dehors d'Allah? Montrez-moi ce qu'ils ont créé de la terre. Ont-ils été associés à la création des cieux? Ou leur avons-Nous apporté un Livre qui contienne des preuves [pour ce qu'ils font?]” Non! Mais ce n'est qu'en tromperie que des injustes se font des promesses les uns aux autres.(Sourate Fatir: 40)

 

Notes

1- John Farndon ve Angela Koo, Human Body Factfinder, Miles Kelly Publishing Ltd., İngiltere, 1999, s. 63

2- Bilim ve Teknik Dergisi, Şubat 1998, sf.61

3- R. von Bredow, GEO, Kasım 1997

4- Gordon Rattray Taylor, The Great Evolution Mystery, Harper&Row, Publishers, New York: s.108

5- Guyton and Hall, Text Book of Medical Physiology, 9. Basım, s.432

6- Bilim ve Teknik Dergisi, Şubat 1998, sf. 62

7- The Circulatory System, Regina Avraham, The Encylopedia of Health, Chelsea House Publishers, Bölüm 4, s. 49

8- Prof. Dr. Ahmet Noyan, Yaşamda ve Hekimlikte Fizyoloji, 10. Baskı, Meteksan A.Ş., Mart 1998, s.670-673

9- The Circulatory System, Regina Avraham, The Encylopedia of Health, s. 50

10- Arthur C. Guyton, Text Book of Medical Physiology, W.B. Saunders Company, 7th Edition, s. 75

11- Prof. Dr. Ali Demirsoy, Kalıtım ve Evrim, Meteksan Yayınları, Ankara, 1995, s. 420

12- Prof. Dr. Ali Demirsoy, Kalıtım ve Evrim, s. 416-420

13- Eldra Pearl Solomon, Introduction to Human Anatomy and Physiology, 1.st edition, W.B. Saunders Comp., Philadelphia, Pennsylvania, 1992, s.148

14- Bilim ve Teknik Dergisi, Şubat 1998,sf.66-67

15- Michael Behe, Darwin's Black Box, New York: Free Press, 1996, s.79-97

2 / total 15
Vous pouvez lire le livre Le Miracle de l'Homme de Harun Yahya en ligne, le partager sur des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, le télécharger sur votre ordinateur, l’utiliser dans vos devoirs et thèses, et le publier, dupliquer ou reproduire sur vos sites internet ou blogs sans payer des droits d’auteurs, à condition de citer le site comme référence.
Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top