RAMADAN 2009. 4. JOUR










O les croyants ! N’annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort, comme celui qui dépense son bien par ostentation devant les gens sans croire en Allah et au jour dernier. Il ressemble à un rocher recouvert de terre : qu’une averse l’atteigne, elle le laisse dénué. De pareils hommes ne tirent aucun profit de leurs actes. Et Allah ne guide pas les gens incroyants.

(Sourate al-Baqarah, 264)








Lorsque vient le mois de Ramadan, les portes du paradis sont grandes ouvertes, les portes du feu solidement fermées et les démons soigneusement enchaînés.

Rapporté par Al-Boukhâri







LA CREATION DE L'HOMME: D’UNE CELLULE A UN MORCEAU DE CHAIR…
 

Sur l’image, on voit un fœtus de trois semaines fixé à la paroi de l’utérus. Cette masse de cellules qui ressemble à un morceau de chair continuera à se diviser et, en temps voulu, les yeux qui nous permettent de voir, le nez qui nous permet de sentir, les pieds avec lesquels nous marchons et courrons, et les mains et les organes internes seront formés de ces cellules. Cette merveilleuse transformation ne peut se produire par hasard. Elle ne peut pas arriver par elle-même. C’est Allah, le Seigneur de tous les mondes, Qui a décrété toutes ces transformations parfaites dans le corps.
Les cellules continuent à se diviser et à se multiplier pendant un certain temps, formant les cellules de l’œil sensibles à la lumière, les cellules nerveuses pour percevoir l’amer, le doux, la douleur, le chaud et le froid, les cellules des oreilles pour sentir les ondes sonores, les cellules de l’appareil digestif pour digérer les aliments, et beaucoup d’autres.

Après les trois premières semaines, les cellules qui se sont multipliées prennent l’apparence d’une masse. Dans le Coran, ce développement a été révélé comme un changement d’un ‘alaq (adhérence) en un embryon:

Ensuite, Nous avons fait du sperme une adhérence [alaq]; et de l’adhérence Nous avons créé un embryon; puis de cet embryon Nous avons créé des os et Nous avons revêtu les os de chair. Ensuite Nous l’avons transformé en une tout autre création. Gloire à Allah le Meilleur des Créateurs! (Sourate Al-Muminune, 14)

Ce n’est que récemment qu’il a été découvert, en embryologie, que la première phase de la formation du bébé se termine par ce type de développement. Mais ce fait scientifique avait été révélé il y a 1.400 ans, dans le Coran, qui est parfait et sans erreur, transmis par Allah, Seigneur de l’univers. Que la majesté d'Allah soit exaltée.

La construction du système nerveux

Alors que toutes ces opérations se poursuivent, un autre organe important se forme: le système nerveux central. Le système nerveux central (le cerveau et la moelle épinière) se développe à partir de l’allongement et de l’épaississement de l’ectoderme, la couche la plus externe des trois couches primaires de l’embryon. Les côtés de cette plaque neurale s’étirent et se plient, puis se rejoignent et fusionnent, formant ainsi un nerf. La partie antérieure de ce tube s’épaissit et s’étend pour former le cerveau; pendant ce temps la partie postérieure forme la moelle épinière.

Tous les développements que nous avons résumés ici en une ou deux phrases dépassent les limites de l’imagination humaine. Les autres étapes de la formation du système nerveux confirment encore et encore le caractère extraordinaire de ces développements.

A partir de la cinquième semaine commence la production, dans la colonne vertébrale, de cellules nerveuses spéciales appelées neurones. Elles sont produites très rapidement, au rythme de 5.000 par seconde.1 Un grand nombre de cellules du cerveau est produit dans les cinq premiers mois de la vie de l’embryon, et toutes les cellules prennent leur place dans le cerveau avant la naissance. Les cellules du système nerveux se forment très rapidement, puis commencent à migrer vers des zones éloignées pour former les colonnes du système nerveux central.

A ce stade, il est absolument nécessaire que chaque neurone trouve la place qui lui est réservée dans le système nerveux. Pour cette raison, un guide est indispensable pour que les jeunes neurones trouvent leur chemin. Ces guides sont des cellules spéciales qui se tendent comme un câble entre les endroits où se développent le cerveau et la moelle épinière. Les neurones quittent l’endroit où ils ont été produits et émigrent attachés à ces guides. Ils reconnaissent les places qui leur sont allouées, les occupent et développent des rallonges pour se connecter avec les autres neurones.

Mais comment les neurones savent-ils qu’ils doivent se mettre en route pour un long voyage dès qu’ils sont formés? Comment décident-ils d’utiliser un guide pour atteindre leur cible et coopérer entre eux? Ce que nous appelons neurones sont des cellules, trop petites pour être vues à l’œil nu, composées de molécules et d’atomes. Il n’y a pas de doute qu'elles ne peuvent pas se déployer d’une manière aussi consciente de leur propre décision ou volonté. Ce qui dirige cette activité n’est pas le cerveau, car il ne s'est pas encore développé.

Dès que ces cellules sont formées, elles se déplacent comme si elles étaient programmées, dirigées par une information qui leur est insufflée, vers un endroit qu’elles ne connaissent pas. Il est clair que dans le processus de formation du cerveau et du système nerveux, aucun événement ne peut survenir par hasard, parce que la plus petite variation dans une seule de ces étapes causerait une réaction en chaîne qui fausserait tout le système. La formation des neurones et leur transformation en un système de nerfs ne sont qu’une étape dans la formation du cerveau et du système nerveux qui lui est relié. Contrairement à ce que prétendent les évolutionnistes, même un neurone ne peut pas être le fruit d'une coïncidence, alors que dire du cerveau?

Il existe beaucoup d’autres détails merveilleux concernant ce développement. Par exemple, quand ils apparaissent pour la première fois, les neurones ont une structure différente de celle des neurones d’un être humain mature. Pour réaliser les fonctions requises par le système nerveux d’un être humain en développement, les neurones émigrent vers une zone particulière du corps, et dans une première étape, leur métabolisme leur permet de survivre sans oxygène. Cependant, lorsqu’ils arrivent dans la zone du cerveau et s’y établissent, ils adoptent immédiatement un nouveau métabolisme qui nécessite de l’oxygène pour survivre. Dans l’intérêt de toutes les cellules nerveuses, cette transformation doit, chaque fois, se dérouler parfaitement, autrement leur survie ne serait pas possible. Ceci est, sans nul doute, un miracle.2

Nous savons aujourd’hui qu’il est très dangereux pour les cellules du cerveau humain de rester sans oxygène pendant une certaine durée, et si cette durée se prolonge, la paralysie puis la mort sont inévitables. Mais les premières cellules qui voient le jour ont un système totalement différent. S’il y a un problème à ce stade, c'est-à-dire s’il n’y a pas de changement dans le métabolisme des neurones au bon moment, l’embryon ne se développe pas en être humain. Evidemment, une cellule ne peut pas déterminer elle-même quelle fonction elle exécutera à l’avenir et changer sa structure par sa propre volonté.

Ici encore, nous sommes face au triomphe de la vérité: c’est Allah Qui crée les neurones avec ces caractéristiques, les active au bon moment et les place là où ils doivent être. Chaque être humain doit savoir qu’il est passé par ces stades, et être reconnaissant quand il voit la magnificence avec laquelle Allah l’a créé en tant qu’être humain. Il ne doit oublier à aucun moment que Allah est le Créateur de toute chose, et qu’à part Lui, il n’y a pas d’autre force dans les cieux ou sur terre.

... Serais-tu mécréant envers Celui Qui t’a créé de terre, puis de sperme et enfin t’a façonné en homme? Quant à moi, c’est Allah Qui est mon Seigneur; et je n’associe personne à mon Seigneur. (Sourate al-Kahf, 37-38)


_____________________________

1. Science et Vie, mars 1995, no.190, p. 88
2. Science et Vie, mars 1995, no.190, p. 94









Augmenter sa crainte d'Allah

La crainte d'Allah est la voie fondamentale pour augmenter sa sincérité. On doit se consacrer à Allah avec un profond amour après avoir compris Sa grandeur, qu'il n'y a aucune autre force en dehors de Lui, qu'Il a créé l'univers a partir de rien et qu'Il protège les êtres vivants avec compassion. On comprend ainsi que notre seul véritable ami, à la fois dans ce monde et dans l'au-delà, c'est Allah. Son consentement est donc la seule approbation à rechercher. En plus de ce profond amour, on doit craindre profondément Allah :

… Et craignez Allah. Et sachez que c'est vers Lui que vous serez rassemblés. (Sourate al-Baqara, 203)

La crainte d'Allah résulte de la compréhension et de la reconnaissance de Sa grandeur et de Sa puissance. Quelqu'un qui comprend l'éminence de l'autorité d'Allah et de Sa puissance éternelle sait qu'il aura à faire face à Son courroux et à Son châtiment, qui font partie de la justice divine, s'il échoue à mener une vie se conformant à Ses souhaits. Les tourments préparés par Allah dans la vie de ce monde et dans l'Au-delà pour ceux qui Le renient sont détaillés dans les versets du Coran, et nous sommes tous mis en garde. Tout vrai croyant est toujours conscient de cela. La crainte d'Allah permet de se souvenir continuellement que cette vie terrestre va se terminer tôt ou tard, et que tout le monde devra rendre des comptes, en présence d'Allah, pour ses actions. Ainsi, il a toujours conscience des tourments encourus. Cette conscience lui fait ressentir une crainte inhérente au châtiment d'Allah, et il s'efforce donc de s'en protéger.

Il refuse constamment d'agir en désaccord avec ce qu'ordonne et approuve Allah, et se protège en accomplissant convenablement tout ce qu'Il ordonne. Un homme sincère, qui craint Allah et qui est prudent, est conscient de ce qui déplait à Allah et des moyen de l'éviter. Par exemple, s'il se rend compte que le mauvais côté de son âme est attiré par les possessions terrestres, il placera toute sa richesse et tout son pouvoir dans une noble cause pour l'amour d'Allah, afin de se débarrasser de ce penchant. Voilà la véritable moralité en accord avec la sincérité. Quelqu'un désirant être sincère doit se rappeler immédiatement les ordres d'Allah pour "dépenser dans le chemin d'Allah" et "craindre Allah autant que l'on peut" afin de se retenir de tout comportement qui Lui est déplaisant. Comme Allah l'ordonne, il doit dépenser dans Son chemin, sans tenir compte des tentations du mauvais côté de son âme:

La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelque amour qu'on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l'aide et pour délier les jougs, d'accomplir la Salat et d'acquitter la Zakat. Et ceux qui remplissent leurs engagements lorsqu'ils se sont engagés, ceux qui sont endurants dans la misère, la maladie et quand les combats font rage, voilà les véridiques et voilà les vrais pieux! (Sourate al-Baqara, 177)





Allah conseille aux gens de Le craindre autant qu'ils le peuvent :

Craignez Allah, donc autant que vous pouvez, écoutez, obéissez et faites largesses. (Sourate at-Taghabun, 16)

En accord avec ce verset, un croyant n'est jamais satisfait du niveau de sa foi et essaye toujours d'augmenter la crainte d'Allah dans son cœur. Le Coran fait référence à ceux qui vivent dans la crainte de leur Seigneur :

Ceux qui redoutent leur Seigneur bien qu'ils ne L'aient jamais vu auront un pardon et une grande récompense. (Sourate al-Mulk, 12)

…. Redoutent leur Seigneur et craignent une malheureuse reddition de compte. (Sourate ar-Rad, 21)

La crainte d'Allah et la sincérité grandissent ensemble. Les vrais croyants essayent de craindre Allah autant qu'ils le peuvent, en conformité avec le verset mentionné ci-dessus. Ces efforts font partie intégrante de la sincérité. Et les croyants sont capables de Le craindre comme il se doit :

Ô les croyants! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu'en pleine soumission. (Sourate Al-Imran, 102)

La gravité et la sensibilité apportées par l'augmentation de la crainte d'Allah fait qu'une personne devient encore plus sincère et plus prudente. De plus, saisira les opportunités de se rapprocher d'Allah :

Ô les croyants! Craignez Allah, cherchez le moyen de vous rapprocher de Lui et luttez pour Sa cause. Peut-être serez-vous de ceux qui réussissent! (Sourate al-Maida, 35)

Une personne qui craint profondément Allah ne peut en aucun cas laisser jamais passer une opportunité d'adorer Allah et d'agir en conformité avec les préceptes du Coran. Elle n'oublie jamais que Allah l'entend et la voit en permanence et n'importe où, qu'elle soit seule ou entourée par une immense foule. Elle agit avec la conscience d'encourir le châtiment d'Allah si elle n'adopte pas le meilleur comportement. Avec cette crainte, sa compréhension est continuellement renforcée. Ainsi, elle ne sacrifie jamais la moindre part de sa sincérité, puisqu'elle se rappelle toujours la menace de l'enfer au cours de sa vie.









La patience dont faisait preuve le Prophète (pbsl) face aux difficultés

Tout au long de sa mission, le Prophète Mohammad (pbsl) a dû faire face à toutes sortes de difficultés. Opposants et polythéistes, issus de son propre peuple, l’injuriaient copieusement, allant jusqu’à le traiter de fou ou de magicien. D’autres voulaient le tuer et ourdirent d’ailleurs des complots à cette fin. Malgré tout, le Prophète essayait d’enseigner les leçons du Coran à des individus issus de milieux variés et de leur inculquer ainsi une morale et un comportement vertueux.

Comme le montrent les versets du Coran, certaines personnes n’avaient aucun rudiment de bonnes manières, pour la simple raison qu’il n’avait jamais traversé leurs esprits qu’ils pourraient avoir affaire à quelqu’un qui possédait une morale hors du commun. Le Prophète affichait la plus grande patience dans ces cas-là, se tournant vers Allah et implorant Son secours en toutes circonstances, et encourageant les croyants à la patience et à la soumission.

Dans maints versets du Coran, Allah conseille la patience au Prophète en dépit des propos tenus par les mécréants:

Endure donc ce qu’ils disent: et célèbre la louange de ton Seigneur avant le lever du soleil et avant [son] coucher. (Sourate Qaf, 39)

Que ce qu’ils disent ne t’afflige pas. La puissance toute entière appartient à Allah. C’est Lui Qui est l’Audiant, l’Omniscient. (Sourate Yunus, 65)

Et Nous savons certes que ta poitrine se serre, à cause de ce qu’ils disent. (Sourate al-Hijr, 97)

Il se peut que tu négliges une partie de ce qui t’est révélé, et que ta poitrine s’en sente compressée; parce qu’ils disent: “Que n’a-t-on fait descendre sur lui un trésor?” Ou bien: “Que n’est-il venu un ange en sa compagnie?” – Tu n’es qu’un avertisseur. Et Allah est le Protecteur de toute chose. (Sourate Hud, 12)


Les croyants doivent se rappeler les situations face auxquelles le Messager d'Allah se montrait patient et prendre exemple sur lui quand ils sont confrontés à leurs propres difficultés. Ceux qui se mettent à désespérer face au moindre problème, se montrant incapables de supporter la plus petite objection, arrêtant de prêcher la religion d'Allah et perdant espoir quand leurs affaires vont mal, doivent prendre conscience qu’un tel comportement est incompatible avec le Livre saint d'Allah ainsi qu’avec les dires et les actes du Prophète. Les croyants doivent toujours être patients, prendre Allah comme secoureur et Le remercier et adopter la morale sublime du Prophète, et espérer la miséricorde, la compassion et le paradis de notre Seigneur.

Le Prophète (pbsl) était toujours tolérant envers les gens autour de lui


Le Prophète était entouré de gens aux caractères et idées variés. Tout au long de sa vie cependant il témoigna de l’intérêt envers chacun, les avertissant de leurs erreurs et défaillances, et essayant de les éduquer dans tous les domaines, aussi bien ceux de la propreté que celui des questions de foi. Cette attitude faite de compassion, de tolérance, de compréhension et de patience, fut la voie qui fit naître dans les cœurs un profond amour pour l’Islam et le Prophète. Allah décrit cette attitude cordiale adoptée par le Prophète envers son entourage dans le Coran:

C’est par quelque miséricorde de la part d'Allah que tu (Mohammad) as été si doux envers eux! Mais si tu avais été rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d'Allah)… (Sourate Al ‘Imran, 159)

Dans un autre verset, Allah indique au Prophète la façon dont il devrait se comporter envers ceux qui l’entourent:

Nous savons mieux ce qu’ils disent. Tu n’as pas pour mission d’exercer sur eux une contrainte. Rappelle donc, par le Coran, à celui qui craint Ma menace. (Sourate Qaf, 45)

Le Prophète n’a jamais fait pression sur son entourage pour leur faire accepter la religion, ni ne leur a imposé de conditions. Au lieu de cela il a toujours employé la manière la plus conviviale pour leur parler.

Il a toujours soutenu la communauté des croyants grâce à sa forte conscience, et il était pour eux un grand bienfaiteur en toutes circonstances. C’est pour cela qu’à plusieurs occasions, le Prophète est désigné comme étant “notre compagnon”. (Sourate Saba’: 46, Sourate an-Najm: 2, Sourate at-Takwir: 22).

Ces croyants qui étaient capables de comprendre la conscience morale aiguë du Prophète considéraient qu’il était plus proche d’eux qu’aucun autre et adoptaient une attitude humble vis-à-vis de lui. Dans un verset, Allah déclare:

Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu’ils n’en ont sur eux-mêmes; et ses épouses sont leurs mères… (Sourate al-Ahzab: 6)

L’imam Ghazali, le grand savant musulman, a résumé les principales caractéristiques de l’attitude du Prophète envers son entourage à partir des informations données par certains hadiths:

... Chacun pensait qu’il était celui que le Prophète honorait le plus. Quiconque venait à lui pouvait le rencontrer.

... Il avait coutume d’appeler ses compagnons par leurs petits noms avec respect, et en donnait à ceux qui n’en avaient pas.

... Il était très affectueux et aimable dans ses relations avec autrui.

... Personne n’élevait la voix en sa présence.” (Imam Ghazali, Ihya Ulum-Id-Din (Le livre des sciences religieuses), Islamic Book Service, New Delhi, 2001, vol.II, p.240)


L’amour du Prophète pour l’humanité, sa bonté et sa compassion attiraient les gens de son entourage vers la vraie religion et allumaient dans leur cœur l’ardeur de la foi. C’est cette morale magnifique que tous les musulmans devraient chercher à reproduire.









La vie est apparue sur terre de manière soudaine et sous une forme complexe

Quand on examine les strates terrestres et les archives fossiles, nous constatons que tous les organismes vivants sont apparus de manière simultanée. La plus ancienne strate terrestre dans laquelle nous avons découvert des fossiles de créatures vivantes est celle du Cambrien dont l'âge est estimé à 500-550 millions d'années.
 
Les fossiles trouvés dans les roches cambriennes appartenaient à des escargots, des trilobites, des éponges, des vers de terre, des méduses, des oursins et d'autres invertébrés complexes. Cette large mosaïque d'organismes vivants composée de tellement de créatures complexes, est apparue de manière tellement soudaine que cet événement miraculeux est qualifié d'"explosion cambrienne" dans les livres de géologie.


Les créatures vivantes découvertes dans les strates appartenant à la période cambrienne sont apparues soudainement dans les archives fossiles - il n'existe aucun ancêtre. Les fossiles trouvés dans les roches cambriennes appartenaient à des escargots, des trilobites, des éponges, des vers de terre, des méduses, des oursins et d'autres invertébrés complexes. Cette large mosaïque d'organismes vivants composée de tellement de créatures complexes, est apparue de manière tellement soudaine que cet événement miraculeux est qualifié d'explosion cambrienne" dans les livres de géologie.

La majorité des formes de vie trouvées dans cette strate ont des systèmes complexes comme les yeux, les ouïes, un système circulatoire et des structures physiologiques très avancées et très proches de leurs homologues modernes. A titre d'exemple, la structure de l'œil des trilobites est une merveille. David Raup, professeur de géologie aux Universités de Harvard, Rochester et Chicago pense que "les trilobites utilisaient une conception optimale dont la mise au point exigerait de nos jours un ingénieur en optique bien formé et doté d'une grande imagination". 1

Ces invertébrés complexes sont apparus tout d'un coup de manière complète sans avoir le moindre lien ou la moindre forme transitionnelle avec les organismes unicellulaires, qui étaient les seules formes de vie qui existaient préalablement.

Richard Monastersky, l'éditeur de Earth Sciences, l'un des fleurons des publications populaires évolutionnistes, commente "l'explosion cambrienne" qui fut une surprise totale pour les évolutionnistes:

"Un demi milliard d'années auparavant, les formes remarquablement complexes des animaux que nous connaissons aujourd'hui sont apparues de manière soudaine. Ce moment, exactement au début de la période cambrienne de la Terre, 550 millions d'années auparavant, marque l'explosion évolutionniste qui remplit les mers des premières créatures complexes de ce monde. Les larges phylums d'animaux actuels étaient déjà présents au tout début de la période cambrienne et ils étaient aussi différents les uns des autres qu'ils le sont aujourd'hui." 2

Des recherches plus approfondies sur l'explosion cambrienne démontrent que celle-ci représente un grand dilemme pour la théorie de l'évolution. Les découvertes récentes indiquent que presque tous les phylums, la division animale la plus élémentaire, sont apparus de manière soudaine au cours de la période cambrienne. Un article publié dans Science magazine en 2001 écrit: "Le début de l'époque cambrienne, quelques 545 millions d'années auparavant, a vu l'apparition soudaine dans les archives fossiles de presque tous les principaux genres d'animaux (phylums) qui dominent la biote de nos jours." 3 Ce même article affirme que pour pouvoir expliquer l'existence de groupes vivants aussi complexes et divers selon la théorie de l'évolution, on aurait du trouver d'importants niveaux fossilifères démontrant un processus progressif de développement. Or, cette hypothèse n'a pas encore été avérée:

"Cette évolution différentielle et cette dispersion ont dû nécessiter une histoire préalable du groupe dont nous n'avons pas d'archives fossiles. De plus, les analyses cladistiques de la phylogénie arthropode ont révélé que les trilobites, à l'instar des urocordés, sont des "brindilles" très développées dans l'arbre arthropode. Toutefois, les fossiles de ces supposés arthropodes ancestraux font défaut… Même si les preuves d'une origine préalable sont découvertes, il n'en demeure pas moins difficile d'expliquer pourquoi autant d'animaux ont vu leur taille augmenter et ont développé des coquilles en si peu de temps." 4

Comment la terre a-t-elle pu, tout d'un coup, regorger d'un si grand nombre de groupes vivants et comment ces créatures différentes, qui ne descendent pas des mêmes ancêtres, ont-elles pu apparaître demeure un mystère que les évolutionnistes n'arrivent pas à déceler. Le zoologiste d'Oxford, Richard Dawkins, l'un des défenseurs les plus acharnés de la pensée évolutionniste dans le monde, commente cet état de fait qui réfute la base même de tous les arguments qu'il défendait:

"Par exemple, les strates rocheuses cambriennes, vielles d'environ 600 millions d'années, sont les plus anciennes où l'on trouve la plupart des groupes invertébrés. Et l'on trouve plusieurs d'entre eux déjà dans un état avancé de d'évolution, dès le premier instant de leur apparition. C'est comme s'ils étaient tout simplement plantés là-bas, sans la moindre histoire évolutionniste. Il va sans dire que cette apparition soudaine a ravi ceux qui croient à la théorie de la création." 5
Comme Dawkins est contraint de reconnaître, l'explosion cambrienne est une preuve irréfutable de la création. Car, celle-ci est le seul moyen capable d'expliquer l'apparition de la vie sur terre sous une forme complète. Douglas Futuyma, un biologiste évolutionniste de renommée admet cette réalité et déclare: "Les organismes apparaissent sur terre sous une forme complète ou pas. Si la réponse est négative, ces organismes ont sûrement dû se développer, via un processus de modification, à partir d'espèces déjà existantes. S'ils sont apparus sous une forme complète, ils ont sûrement été créés par une intelligence omnipotente quelconque." 6

Darwin lui-même a reconnu cette éventualité lorsqu'il a écrit: "Si de nombreuses espèces, appartenant aux mêmes genres ou familles, sont apparues tout d'un coup dans la vie, ce fait serait un coup fatal à la théorie de l'origine avec une lente modification à travers la sélection naturelle." 7 L'époque cambrienne n'est ni plus ni moins que le "coup fatal" de Darwin. C'est pour cette raison que le paléontologue évolutionniste suisse, Stefan Bengston, avoue l'absence de liens transitionnels tout en décrivant la période cambrienne. Il déclare: "Tout en étant déconcertant (et embarrassant) pour Darwin, cet événement nous étonne toujours." 8


Comme nous pouvons l'observer, les archives fossiles indiquent que les êtres vivants n'ont pas évolué d'une forme primitive vers une autre avancée, mais sont plutôt apparus de manière soudaine dans un état parfait. Bref, ces êtres n'existent pas grâce à l'évolution mais grâce à la création.


____________________________

1. David Raup, "Conflicts Between Darwin and Paleontology", Bulletin, Field Museum of Natural History, vol. 50, janvier 1979, p. 24.
2. Richard Monastersky, "Mysteries of the Orient", Discover, avril 1993, p. 40.
3. Richard Fortey, "The Cambrian Explosion Exploded?", Science, vol. 293, no. 5529, 20 juillet 2001, pp. 438-439.
4. Ibid.
5. Richard Dawkins, The Blind Watchmaker, London: W. W. Norton 1986, p. 229.
6. Douglas J. Futuyma, Science on Trial, New York: Pantheon Books, 1983, p. 197.
7. Charles Darwin, The Origin of Species: A Facsimile of the First Edition, Harvard University Press, 1964, p. 302.
8. Stefan Bengston, Nature, vol. 345, 1990, p. 765.

 






COELACANTHE

Age : 240 millions d'années

Localisation : Ambilobe, Madagascar

Période : Triasique inférieur








Le cœlacanthe, un poisson vieux de 400 millions d'années, représente une impasse pour la théorie de l'évolution. Ce poisson n'a pas subi de changements en 400 millions d'années. Le fait qu'il ait préservé ses structures physiologiques initiales durant tout ce temps – malgré les changements continentaux, les changements climatiques et les changements des conditions environnementales – déconcerte les évolutionnistes.

Le cœlacanthe infirme à nouveau la théorie que les êtres vivants évoluent et qu'ils subissent un processus constant d'évolution.

Le fossile de cœlacanthe que l'on voit est en deux moitiés. Dans ce type de fossile, les traces de l'image miroir de la créature apparaissent dans les deux moitiés sectionnées de la pierre.

Le cœlacanthe est un grand poisson d'environ 150 centimètres de longueur, son corps est recouvert d'épaisses écailles qui ressemblent à une armure. Il appartient à la classe des poissons osseux, les ostéichtyens, et les premiers spécimens de fossiles ont été découverts dans les strates de la période dévonienne. Jusqu'en 1938, beaucoup d'évolutionnistes imaginaient que ce poisson utilisait ses deux paires de nageoires pour marcher dans les fonds marins et que c'était une forme intermédiaire entre les animaux marins et terrestres. Pour étayer leur affirmation, les évolutionnistes s'appuyèrent sur la structure osseuse des nageoires qui apparaissait dans les fossiles de cœlacanthes qu'ils avaient découverts.

Cependant, en 1938, un événement a complètement réfuté les affirmations concernant les espèces intermédiaires, lorsqu'un cœlacanthe vivant a été capturé au large des côtes de l'Afrique du Sud. On pensait que cette créature avait disparu depuis au moins 70 millions d'années. La recherche a démontré que le cœlacanthe n'avait subi aucun changement en 400 millions d'années.










 

L’ARME SOCIALE DU DARWINISME

Le 20ème siècle est l’un des plus sombres et des plus meurtriers de l’histoire de l’humanité. Du sang fut versé et des millions d’individus côtoyant la peur furent soumis à l’oppression la plus terrible. Rares sont ceux conscients du concept intellectuel à l’origine d’un tel chaos, des conflits et des guerres causant haine et inimité. Ce concept n’est autre que le darwinisme social apparut au 19ème siècle.

Le darwinisme social répandit l’idée perverse que la vie est une lutte, dans laquelle seuls les plus forts peuvent survivre et que dans un climat sauvage, les hommes ont besoin d’entrer en compétition pour gagner ou au moins pour survivre. Cette philosophie manque de base scientifique, mais des hommes dénués de valeurs morales religieuses commencèrent à considérer la sauvagerie et la cruauté comme une norme. Ils ignorèrent les valeurs morales religieuses invitant à la compassion, à l’affection, à la compréhension, au sacrifice de soi, à la solidarité et au soutien mutuel entre les individus et les groupes. Ceux qui opprimaient brutalement les autres avaient enfin trouvé une justification soi-disant “scientifique” à leur cruauté. Ainsi ils pouvaient donner libre cours à leur sauvagerie. Ces idées et ces hypothèses fausses étaient bien évidemment une terrible tromperie.

Ce livre dévoile la vérité entière à propos de ces erreurs et expose, en détails, le danger incarné par la propagande perverse du darwinisme social.     












Le vrai visage de ce monde

Dans ce site, la vie éphémère d’ici-bas est présentée avec tous ses aspects trompeurs. Dans le Coran, Allah avertit les hommes ainsi :

O hommes ! La promesse d'Allah est vérité. Ne laissez pas la vie présente vous tromper... (Sourate al-Fatir, 5)
    
 
2009-07-20 15:32:57

Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top