Ramadan 2014, 4. jour

www.harunyahya.fr

Allah a promis à ceux d’entre vous qui ont cru et fait de bonnes œuvres qu’Il leur donnerait la succession sur terre comme Il l’a donnée à ceux qui les ont précédés. Il donnerait force et suprématie à leur religion qu’il a agréée pour eux. Il leur changerait leur ancienne peur en sécurité. Ils M’adorent et ne M’associent rien et ceux qui mécroient par la suite, ce sont ceux-là les pervers. (Sourate 24, an-Nur: 55)

... De la même manière qu’Allah le Tout-Puissant a commencé l’Islam avec moi, ainsi Il le terminera avec Hazrat Mahdi (as). De la même manière qu’ils étaient libérés du polythéisme et de l’inimitié et leurs cœurs étaient remplis d’amitié et d’amour à travers moi, ainsi sera-t-il avec la venue du Hazrat Mahdi (as). (Al-Muttaqi al-Hindi, Al-Burhan fi Alamat al-Mahdi Akhir az-Zaman, p. 20)

AL-MOUSAWWIR (Celui Qui donne une forme aux choses)

C'est Lui Allah, le Créateur, Celui Qui donne un commencement à toute chose, le Formateur. A Lui les plus beaux noms. Tout ce qui est dans les cieux et la terre Le glorifie. Et c'est Lui le Puissant, le Sage. (Sourate al-Hashr, 24)

Notre planéte contient des milliers d'espéces différents possédant chacune leurs particularités. Penchons-nous par exemple sur la parfaite symétrie qui caractérise les ailes d'un papillon. La surface de chacune est ornée de différents motifs et de couleurs vives, mais aussi compliqués que soient ces motifs et aussi subtile que soit la palette des couleurs, la symétrie est toujours parfaitement respectée entre les deux ailes. Chaque papillon est ainsi une sorte de chef-d’œuvre pictural en soi. La beauté qui se déploie là n'est pas le fruit du hasard, mais d'une Volonté consciente, car même la peinture la plus triviale a un auteur et ne peut se mettre à exister de son propre chef. C'est Allah Qui a créé et façonné chacun des êtres vivants qui peuplent l'univers.

Allah a donc aussi créé les êtres humains et conçu l'organisation interne et externe de leurs corps et manifeste sa créativité incomparable dans chaque détail de cette structure complexe. Ainsi, le squelette (qui soutient la structure du corps) est une merveille sur le plan technique. Il protége des organes vitaux tels que le cerveau, le cœur et les poumons, et maintient en place de façon générale les autres organes. Il donne également au corps une capacité motrice qui ne peut être imitée par aucun mécanisme artificiel. Les os ne sont pas constituée de matiére inorganique, contrairement à ce que croient beaucoup. Ils sont la "banque" minérale de l'organisme et contiennent donc de nombreux minéraux, dont le calcium et le phosphate. Selon les besoins du corps, ils stockent ces minéraux ou les libérent en cas de besoin. De plus les os produisent aussi les globules rouges. Ce systéme multifonctionnel n'est que l'un des nombreux systémes existant dans le corps humain.

... “Notre Seigneur, dit Moïse, est  Celui Qui a donné à chaque chose sa propre nature puis l'a dirigée”. (Sourate Ta-Ha, 50)

http://harunyahya.fr/fr/books/28742/Les-noms-dAllah/chapter/9239/Les-noms-dAllah--AL-MALIK---AL-MUDHILL

Alors que dans le Coran, il y a de la compassion pour les Chrétiens et les Juifs, dans les récits mensongers inventés il y a de la haine

http://harunyahya.fr/fr/Extraits-des-interviews/159319/Alors-que-dans-le-Coran-il-y-a-de-la-compassion-pour-les-Chretiens-et-les-Juifs-dans-les-recits-mensongers-inventes-il-y-a-de-la-haine

Les Problemes Qui Affecterent Pharaon Et Son Entourage

Pharaon et ses proches étaient si dévoués à leur système polythéiste et à leurs croyances païennes que pas même le message du Prophète Moïse (psl), doté de sagesse et de miracles spectaculaires, ne parvinrent à adoucir leurs coeurs ni à les détourner de leurs superstitions sans fondements. Ils déclarèrent aussi ouvertement ce fait :

Et ils dirent : "Quel que soit le miracle que tu nous apportes pour nous fasciner, nous ne croirons pas en toi." (Coran, 7 : 132)

A cause de leur attitude hautaine, Dieu leur envoya des afflictions, décrites comme étant "des signes explicites" dans un verset, afin de les punir de leur arrogance (Coran, 7 : 133). La première de ces plaies fut la sécheresse. Cela eut pour résultat une baisse de la production agricole. Le verset qui fait référence à cela déclare :

Nous avons éprouvé les gens de Pharaon par des années de disette et par une diminution des fruits afin qu'ils se rappellent. (Coran, 7 : 130)

Les systèmes agricoles égyptiens dépendaient du Nil et généralement les changements dans les conditions naturelles ne les affectaient pas. Cependant, Pharaon et ses proches souffraient énormément à cause de leur orgueil et de leur refus de reconnaître le Messager de Dieu. Et au lieu de "s'en soucier" ils considérèrent ces évènements comme une malchance provoquée par le Prophète Moïse (psl) et les tribus d'Israël. A la suite de cela, Dieu envoya une série de malheurs dont le Coran nous parle dans le verset suivant :

Et Nous avons alors envoyé sur eux l'inondation, les sauterelles, les poux (ou la calandre), les grenouilles et le sang, comme signes explicites, Mais ils s'enflèrent d'orgueil et demeurèrent un peuple criminel. (Coran, 7 : 133)

Les détails relatifs aux désastres qui frappèrent le peuple d'Egypte et inscrits dans le papyrus sont exactement tels que décrits dans le Coran. Le Coran mentionne toutes ces catastrophes. Le récit islamique sur cette période de l'histoire humaine a été confirmé par la découverte faite en Egypte, au début du 19ème siècle, des papyrus Ipuwer qui datent du Moyen Empire. Après sa découverte, le papyrus a été envoyé au Leiden Museum en Hollande en 1909 et traduit par A. H. Gardiner, un grand spécialiste de l'Egypte ancienne. Dans ce papyrus étaient décrits les différents désastres vécus par l'Egypte, tels que la famine, la sécheresse et la fuite des esclaves d'Egypte. De plus, il apparaît que celui qui avait écrit ce papyrus, un certain Ipuwer, avait été témoin de tous ces évènements. C'est ainsi que le papyrus d'Ipuwer raconte les catastrophes décrites par le Coran:

La terre est couverte de plaies. Il y a du sang partout.219

La rivière est en sang.220

En vérité tout ce qui hier encore était visible a péri. La terre est aussi dénudée qu'après la coupe du lin.221

La Basse Egypte pleure… Tout le palais est sans ses revenus… A lui appartiennent (de droit) le blé et l'orge, les oies et le poisson.222

A vrai dire, le grain a péri de tous côtés.223

La terre - dans toute son étendue n'était que confusion et bruit terrifiant… Nul ne quitta le palais pendant neuf jours et personne ne pouvait voir le visage de son voisin… Les villes furent détruites par d'énormes vagues… la Haute Egypte souffrit de la dévastation… Il y avait du sang partout… la pestilence à travers tout le pays… Personne ne navigue plus vraiment vers Byblos aujourd'hui. Que devons nous faire pour le cèdre de nos momies ?... Nous manquons d'or…224

Les hommes se refusaient à goûter les êtres humains, et avaient soif d'eau.225

Voilà notre eau ! Voilà notre bonheur ! Qu'allons-nous faire ? Tout est en ruine !226

Les villes sont détruites. La Haute Egypte est asséchée.227

La résidence s'est retournée d'un coup.228

La chaîne de catastrophes qui frappèrent l'Egypte, selon ce document, est en parfaite conformité avec les récits coraniques de ces faits.229 Ce papyrus, qui relate de manière très similaire les catastrophes qui frappèrent l'Egypte à l'époque de Pharaon, prouve encore une fois que le Coran est d'origine divine.

219. "The Plagues of Egypt," Admonitions of Ipuwer 2 : 5-6;www.mystae.com/restricted/streams/thera/plagues.html
220. Admonitions of Ipuwer 2 : 10, www.mystae.com/restricted/streams/thera/plagues.html
221. Admonitions of Ipuwer 5 : 12, www.geocities.com/regkeith/linkipuwer.htm
222. Admonitions of Ipuwer 10 : 3-6, www.geocities.com/regkeith/linkipuwer.htm
223. Admonitions of Ipuwer 6 : 3, www.students.itu.edu.tr/~kusak/ipuwer.htm
224. Admonitions of Ipuwer www.mystae.com/restricted/streams/thera/plagues.html
225. Admonitions of Ipuwer 2 : 10, www.geocities.com/regkeith/linkipuwer.htm
226. Admonitions of Ipuwer 3 : 10-13, www.geocities.com/regkeith/linkipuwer.htm
227. Admonitions of Ipuwer 2 : 11, www.geocities.com/regkeith/linkipuwer.htm
228. Admonitions of Ipuwer 7 : 4, www.geocities.com/regkeith/linkipuwer.htm
229.Rabbi Mordechai Becher, "The Ten Plagues - Live From Egypt", Ohr Somayach Institutions, www.ohr.org.il/special/pesach/ipuwer.htm

http://www.miraclesducoran.com/historique_03.html

Les croyants accomplis aiment Allah plus que tout

… Et ils dirent: "Allah nous suffit ; Il est notre meilleur garant.' (Sourate Al Imran, 173)

L’amour des croyants accomplis pour Allah est aussi fort que la crainte qu’ils nourrissent à Son égard. Ils savent que c’est Allah qui les a créés à partir de rien et leur a accordé Ses innombrables bienfaits. Ils ont également conscience qu’Il veille sur eux et les protège à chaque instant. Ils croient que toute chose n’existe qu’avec Sa permission, et qu’un jour ils mourront selon Sa volonté. Ils savent qu’Il est le Seul qui existera pour l’éternité.

Ayant compris cette vérité, ils dirigent tout leur amour vers Allah, leur Créateur et Possesseur conformément au conseil du Messager d’Allah (saws), "Aime Allah car Il te nourrit et pourvoit à Ta subsistance…" (Tirmidhi). Ils aiment Allah plus que tout autre être et toute autre personne qu’ils voient ou connaissent. Ils sont conscients qu’il n’y a pas de meilleur ami ou secoureur "... Quel excellent Maître et quel excellent Protecteur ! " (Sourate al-Anfal, 40)

Dans une prière du Prophète Ibrahim (as), qui était un croyant dévoué, cette confiance se manifeste clairement:

(C’est Lui) Qui m'a créé, et c'est Lui Qui me guide ; et c'est Lui Qui me nourrit et me donne à boire ; et quand je suis malade, c'est Lui Qui me guérit, et Qui me fera mourir, puis me redonnera la vie, et c'est de Lui que je convoite le pardon de mes fautes le jour de la rétribution. Seigneur, accorde-moi sagesse (et savoir) et fais-moi rejoindre les gens de bien. (Sourate ash-Shu'ara, 78-83)

Comme le montrent ces versets, le Prophète Ibrahim (as) est bien conscient que c’est Allah Qui lui donne la vie, régit tout ce qui lui arrive sur terre, lui donne la nourriture, lui envoie la maladie et les moyens de guérir et qu’Il est le seul Maître de la terre. Aussi lui voue-t-il un amour profond. C’est ce type d’amour pour Allah que les croyants accomplis prennent pour exemple. 

L’amour des croyants accomplis envers les autres créatures est en relation directe avec l’amour qu’ils vouent à Allah. Leur critère pour aimer les gens dépend de leur application à adopter la bonne morale qui plaît à Allah. Les croyants nourrissent un grand amour pour ceux qui observent avec attention les commandements et les interdictions d’Allah et s’efforcent de vivre selon les bonnes valeurs morales. La principale cause de leur amour pour ces gens est de chercher dans l’amour profond qu’ils éprouvent pour Allah et leur engagement à Le prendre comme seul Ami.

La foi authentique permet aux croyants de comprendre que toute beauté, sagesse et qualité qu’ils voient sur cette terre appartiennent à Allah. Quand ils rencontrent une personne de belle apparence, sage ou douée, par exemple, ils tirent un grand plaisir du spectacle de ces qualités, se rappelant que c’est Allah qui les crée et donne. Aussi le plaisir qu’ils en tirent n’est pas indépendant de leur amour pour Allah. Au contraire, c’est une source de profond amour et respect pour Allah.

Ceux qui n’ont pas une foi forte ne ressentent pas un amour intense pour Allah. Ces individus, certes, savent que c’est Allah qui leur donne la vie, veille sur eux à chaque instant de leur vie, leur octroie maints bienfaits et leur accorde Son pardon. Néanmoins, pendant la majeure partie de leur existence, ils oublient ou négligent ces vérités. Pensant que les êtres vivants créés par Allah possèdent un pouvoir propre qui ne dépend pas de Lui, ils éprouvent pour ces êtres un amour distinct de celui d’Allah. Dans le Coran, la situation de ces gens est décrite comme suit:

Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d'Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or les croyants sont les plus ardents en l'amour d'Allah.  (Sourate al-Baqarah, 165)

Dans un autre verset, la différence qui existe entre ces hommes et les croyants accomplis est expliquée de la façon suivante:

Allah est le Défenseur de ceux qui ont la foi: Il les fait sortir des ténèbres à la lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs les Tâghoût, qui les font sortir de la lumière aux ténèbres. Voilà les gens du feu, où ils demeurent éternellement. (Sourate al-Baqarah, 257)

http://la-matiere-est-une-illusion.com/fr/Livres/39590/une-foi-accomplie/chapter/9140

La construction du rayon par les abeilles est sans égal

Plus les scientifiques étudient le monde des abeilles, plus ce monde les ébahit. Ils sont stupéfaits par les calculs concernant les formes géométriques telles l’hexagone, le trapézoïde et le losange et par la manière dont les abeilles complètent si parfaitement des détails tels que l’endroit dans le rayon où ces formes doivent se trouver. Murray Hoyt, auteur de l’un des plus importants livres écrits sur le sujet, The world of bees résume la construction des rayons comme suit:

Il est totalement incroyable que, avec des milliers d’abeilles qui viennent et ajoutent leur petit morceau de cire à l’endroit où le "rallongement" est en cours, vous n’obteniez pas un millier de différentes variations de forme et d’épaisseur. Vous êtes amené à la conclusion que chacun de ces milliers d’insectes doit lui-même être un ingénieur diplômé.

Chaque abeille n’ajoute qu’une minuscule partie à une zone donnée du rayon. Cependant, chaque cellule se retrouve avec la même taille et la même forme que toutes les autres. A partir de l’apparente désorganisation et du chaos au petit bonheur du travail sur les rayons, arrive la perfection de l’uniformité. Quand vous observez le travail pendant qu’il est en cours, vous avez même l’impression que chaque abeille se constitue comme étant une équipe d’inspection formée d’un seul individu. Elle examine le travail, y met la main ici et là, puis elle retourne à vaquer à ses occupations. Avec des milliers d’abeilles qui le font, vous obtenez on ne sait trop comment ce parfait produit fini.1

Les déclarations ci-dessus poussent à la réflexion. Il est extrêmement difficile pour un être humain de dessiner les formes géométriques régulières en absence d’instruments tels une règle ou une équerre à dessin. Il est presque impossible de faire correctement des angles internes de 120 degrés d’un hexagone, ce que les abeilles réussissent à faire, dans une obscurité presque complète.

De plus, les formes que nous dessinons sur le papier sont à deux dimensions. Toutefois, les abeilles produisent des prismes hexagonaux à trois dimensions. Pendant la construction de ces prismes tridimensionnels, elles effectuent de très délicats calculs concernant l’épaisseur et l’élasticité des parois. De plus, puisque le rayon a deux faces, il y a le problème de joindre la base des cellules des deux côtés. Puis, toutes les cellules sont construites à une inclinaison de 13 degrés pour être en mesure et ce afin d’éviter que le miel s’écoule.2

En plus de tout cela, comme nous l’avons montré, la structure du rayon est formée en joignant ensemble des composants séparés. En d’autres mots, le rayon ne commence pas par une seule pièce qui s’agrandit au fur et à mesure que ladite pièce s’élargit. Les pièces produites séparément par les abeilles sont ajoutées aux extrémités. Pourtant, au même moment, il ne reste aucune trace des joints entre les sections du rayon produites dans différentes zones. Aux intersections, les hexagones ne sont pas à demi formés ou de différentes dimensions, par conséquent, aucun problème de cellules étant d’une hauteur différente ou mutuellement incompatibles ne survient. Les abeilles unissent si parfaitement les cellules ensemble qu’il est impossible d’identifier les points de jonction.

Pourquoi les abeilles ne commencent-elles pas la construction du rayon à partir d’un seul côté ? Si elles le faisaient, la construction prendrait beaucoup plus de temps. Parce que la zone en construction serait limitée, les nouvelles abeilles ne pourraient s’unir au travail que lorsque de nouvelles cellules seraient ajoutées. Au contraire, quand le travail débute avec toutes les abeilles commençant de plusieurs côtés, le rayon est achevé beaucoup plus vite puisqu’un plus grand nombre d’abeilles peut entreprendre le travail.

Comme nous l’avons vu, il y a une énorme quantité de détails impliqués dans la construction des rayons. Clairement, le rayon est une structure spéciale et il est illogique d’imaginer qu’il pourrait avoir été créé par hasard. Chaque stade de la vie des abeilles est une manifestation de l’infinie puissance et de l’art créatif d'Allah.

1. Murray Hoyt, The World of Bees, p. 99 et 100
2. Mark L. Winston, The Biology of the Honey Bee, p. 81

http://harunyahya.fr/fr/books/4906/Le-miracle-de-labeille/chapter/9528/Le-rayon-Une-merveille-de-ling%C3%A9nierie

La conception dans la protéine

Mettons maintenant de côté la question " d’où provient la première cellule ? " et posons une question plus facile : " d’où provient la première protéine ? " La théorie de l’évolution n’a aucune réponse à cette question non plus.

Les protéines sont les blocs de construction de la cellule. Si nous comparons une cellule à un énorme gratte-ciel, les protéines en sont les briques. Toutefois, elles n’ont pas une forme et une structure standards comme ces dernières. Même les cellules les plus simples ont à peu près 2.000 différents types de protéines. Si la cellule peut survivre, c’est grâce au fonctionnement harmonieux extraordinaire de ces protéines distinctes.

Les protéines sont faites de structures plus petites, ou de molécules appelées " aminoacides ", qui sont formées par les différentes combinaisons faites d’atomes de carbone, de nitrogène et d’hydrogène. Il y a entre 500 et 1.000 aminoacides dans une protéine moyenne. Certaines sont beaucoup plus grandes.

Le point le plus important est que les aminoacides doivent s’aligner dans un certain ordre pour former une protéine. Il y a 20 différents types d’aminoacides utilisés dans les organismes vivants. Ces aminoacides ne se combinent pas au hasard pour former les protéines. Chaque protéine a une certaine série d’aminoacides et cette série doit être reliée avec précision. Même la carence ou le remplacement d’un seul aminoacide transforme cette protéine en une masse moléculaire sans aucune utilité. Pour cette raison, chaque aminoacide doit être au bon endroit dans le bon ordre. Les instructions pour cet ordre sont stockées dans l’ADN de la cellule et, selon ces instructions, les protéines sont produites.

La théorie de l’évolution affirme que la première protéine se forma " par hasard ". Toutefois, des calculs de probabilités montrent que ce n’est en aucun cas possible. Par exemple, la probabilité d’une série d’aminoacides d’une protéine faite de 500 aminoacides étant dans le bon ordre est d’1 sur 10950. 5 10950 est un nombre inimaginable formé en plaçant 950 zéros après 1. En mathématique, une plus petite probabilité que 1 sur 1050 est considérée comme presque impossible.

Brièvement, même une seule protéine ne peut pas se former par hasard. Les évolutionnistes admettent aussi ce fait de temps en temps. Par exemple, Harold Blum, un célèbre scientifique évolutionniste, déclare que " la formation spontanée d’un polypeptide de la taille de la protéine la plus petite connue, semble au-dessus de toute probabilité ". 1

Alors, que veut dire tout cela ? Perry Reeves, un professeur de chimie, répond:

Lorsqu’on examine le grand nombre de structures possibles qui pourraient résulter d’une simple combinaison hasardeuse d’aminoacides dans un étang primitif s’évaporant, c’est époustouflant de croire que la vie a pu provenir de cette façon. Il est plus plausible qu’un grand entrepreneur avec un plan directeur et une stratégie globale aurait été requis pour une pareille tâche. 2

6. W. R. Bird, The Origin of Species Revisited, Nashville: Thomas Nelson Co., 1991, p. 304

7. J. D. Thomas, Evolution and Faith, Abilene, TX, ACU Press, 1988, pp. 81-82

http://harunyahya.fr/fr/books/3055/PARLEZ-MOI-DE-LA-CREATION/chapter/9900/La-conception-dans-la-prot%C3%A9ine

Guêpe braconide

Age : 50 millions d’années

Période : Eocène

Localisation : Kaliningrad, Russie

Les exemples de formes intermédiaires attendues et espérées par Darwin n’ont toujours pas été découverts, malgré 150 années de fouilles. La science a depuis prouvé que les formes de vie sont apparues sans l’intervention d’un processus évolutionniste.

Continuer à défendre une théorie en dépit de la clarté des preuves contraires est le signe de préjugés profonds. Cette guêpe de la famille des Braconidaeayant existé il y a 50 millions d’années fait partie de ces preuves soumises aux évolutionnistes. Sa structure inchangée depuis des dizaines de millions d’années témoigne de l’erreur de la théorie darwiniste.

http://harunyahya.fr/fr/books/16839/LATLAS-DE-LA-CREATION---vol3/chapter/9313/Specimens-de-fossiles-d%E2%80%99insectes

Les Calomnies Sur Les Musulmans Dans L'Histoire

http://harunyahya.fr/fr/Livres/163691/LES-CALOMNIES-SUR-LES-MUSULMANS--DANS-LHISTOIRE

Impact Harun Yahya

http://www.impactharunyahya.com/

2013-07-09 15:07:02

Nouvelles | Présentations| A propos de c e site | Faites votre page d'accueil | Ajouter aux favoris | RSS Feed
Tous les matériaux publiés sur ce site internet peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence.
(c) All publication rights of the personal photos of Mr. Adnan Oktar that are present in our website and in all other Harun Yahya works belong to Global Publication Ltd. Co. They cannot be used or published without prior consent even if used partially.
www.harunyahya.fr Harun Yahya International © 1994 . Tous droits réservés. Nos matériaux peuvent être copiés, imprimés et distribués en donnant le site comme référence
page_top